• Accueil
  • > Projets, plans sur la comète, ...

Je suis un audacieux (BRM 200km de Noisiel)

Posté par Jean-Jacques le 23 mars 2014

Avec des ami(e)s du forum vélotaf, je m’étais inscrit au BRM  de Noisiel (77)  (Brevet de randonneur mondial de 200 km) organisé hier samedi 22 mars 2014 par l’Audax Club Parisien (du latin audax -> audace)

En voici le récit succint fait le soir même sur le forum (les prénoms sont les pseudonymes utilisés sur le forum) sans photo car c’est une épreuve sportive au cours de laquelle on n’a pas le temps de cueillir les pâquerettes :

Trajet aller peu agréable sous les nuages, mais avec vent de dos

Dès le début, Alérené a des soucis. Son vélo ne semble pas au point (pb de roue AR ?) et les développements peut-être trop cyclosportifs : faudrait p’têt’ essayer de changer la cassette pour une qui commence et finit avec au moins 2 dents de plus ? (plus un grand pignon « méga range » pour les côtes « de la mort qui tue » ?)

Bref le groupe Dodge-JJ puisqu’il avait été ainsi baptisé (Dodge, Saperli, Marion, Carlos45, Alérené, Youri et moi-même) finit par éclater : nous perdrons d’abord Alérené, puis Carlos45 et Youri, mais nous retrouverons Satory et Greeewy sur leur tandem avant Château-Thierry

Nous avons le plaisir de suivre l’itinéraire de la sortie « Brasserie des Trois Loups », y compris les chevaux blonds en haut de la côte de je ne sais plus où, celle qui suit le raidillon après une église

Pause casse-croûte sympa un peu après Château-Thierry, où nous rejoindra le foot-biker dépassé peu avant (ce type a fait les 200 km en « trottinette » améliorée !)

Reprise douloureuse : Dodge et Saperli partent les 1ers, puis sur leur tandem Satory et Greewy suivis du duo d’enfer (Marion et moi). Ils roulent bon train, Marion arrive à les suivre mais je fais l’élastique sans pouvoir les rattraper. Je me contente donc de ne pas me laisser larguer

On se retrouve le temps d’une pause abribus (terme latin dont l’origine remonte à Uderzo, proconsul romain qui a beaucoup oeuvré pour la diffusion de la culture gallo-romaine) afin d’échapper à une averse de pluie, ah ben tiens y’a aussi de la grêle. (finalement, nous sommes des chochottes malgré nos airs de dur(e)s à cuire)

Lorsqu’on repart, c’est finalement chacun à son rythme : 

  • Dodge, Saperli, Satory et Greewy
  • Marion qui en bave et moi, car je commence aussi à en avoir un peu plein les bottes. Donc le prétexte de ne pas la laisser pédaler seule dans la semoule tombe à pic

Il faut dire que le vent qu’on ne sentait pas à l’aller, on le sent vraiment bien maintenant ! Néanmoins, la route, vallonnée sans excès, est plaisante (notamment les vallées du Petit puis du Grand Morin) et offre de jolis paysages sous le soleil 

Hélas, on débouche ensuite sur le plateau (?) Briard : grandes ondulations de terrain, monoculture type plaine du mid-west, pas une haie pour couper le pinaise de vent de face sa race qui doit souffler à au moins 50km/h et une départementale (D216) passante en faux plat montant qui file droit devant, rectiligne à en pleurer tellement on dirait qu’on pédale sur place, avec des abrutis d’automobilistes frôleurs ou qui se rabattent devant ma roue alors qu’ils ont toute la place de doubler large (ah ! si j’avais pu coincer le con-ducteur de ce petit camion-benne transportant du bois de chauffage)

Heureusement, derrière moi un « JJ, prochaine à droite » nous fait quitter cet aperçu sinon de l’Enfer, du moins du purgatoire. Du coup, le vent on l’a de dos (béatitude et soulagement) puis à nouveau tantôt de face, tantôt de 3/4 face mais pas toujours du même côté pour varier les plaisirs, bref on est « ravis » ! mais sans trop de bagnoles, et surtout sans aucun(e) excité(e) du volant, c’est déjà ça

Enfin, c’est par des routes plus agréables que nous regagnons Noisiel avec, dans une longue descente douce, le fameux « Vas-y JJ on les fume tous » de Marion qui a repris du poil de la bête et dont le moral, à défaut de la forme physique, est gonflé à bloc. 
Le fait que l’on double et redouble souvent les mêmes cyclos au gré de nos haltes respectives, pour finir par les distancer jusqu’aux abords de Noisiel où la zone urbaine et ses feux nous met sur un pied d’égalité, n’y a sans doute pas été pour rien (et peut-être le « 2d souffle » des sportifs d’endurance ?). Et endurants, nous l’avons été : 11h15 pour boucler ce BRM, la preuve :

BRM 200km Noisiel 2014 (1)

 quelques infos :

  • Le tracé du parcours
  • 1ère étape (90 km) de Noisiel à Mont-St-Père, un peu après Château-Thierry : moyenne de 20,4 km/h, sous réserve que les heures exactes aient été notées sur mon carnet et non des heures forfaitaires par tranche de 15 mn.  (n’ayant pas noté les heures de départ des points de contrôle, impossible de calculer une vitesse moyenne pour les 2 autres étapes)
  • Pour Marion et moi, moyenne générale du Brevet : 17,8 km/h

Bon, la salle de bain doit être chaude comme un sauna, j’vais passer les 20 prochaines mn sous la douche et puis un bon p’tit restau pour fêter ça, car « je le vaut bien », à +

PS :
1- hors de question que je fasse jamais plus de 200km (suis pas fou à ce point)
2- la médaille est valable jusqu’en 2015 : j’attendrai donc 2016 pour voir si je repique au truc (ou alors l’an prochain s’il n’y a ni pluie ni vent annoncés)

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | 2 Commentaires »

Randonnées en pays d’Apt – 5 jours en nov.2013

Posté par Jean-Jacques le 23 novembre 2013

9 participant(e)s venu(e)s de divers horizons: Bordeaux, Dijon, Orléans, Fontainebleau, Paris et sa proche banlieue. Seul point commun : nous nous déplaçons quotidiennement à vélo, notamment pour aller au travail.

Lieu : Apt (84) dont le Camping municipal des Cèdres, un des rares encore ouverts (il ferme le 15 nov.), est parfait comme camp de base pour des randonnées « en marguerite ». Quand on part, on quitte la vallée et ça monte, mais au retour on descend.

Hébergement : dans des Bengalis (confortables bungalows en grosse toile de bâche, avec mention spéciale pour l’excellente literie) et sous la tente pour 2 courageux

Vendredi 8 nov.  
Tôt le matin, le transilien qui m’emmène à la gare du Nord est peu chargé, je suis détendu… jusqu’à ce que je découvre avoir oublié mon phare AV ! Mais pour quoi faut-il que j’oublie TOUJOURS quelque chose en partant ? 
Le trajet jusqu’à la gare de Lyon se fait rapidement : les rues parisiennes sont parfaitement roulantes aux alentours de 7h du matin.

Je suis le seul cycliste dans le TGV mais plus sur le parvis de la gare d’Avignon-centre où je retrouve 4 participants dont 2 inconnus : un dijonnais au trike sapin de Noël, et un bordelais au Van Nicholas en titane à moyeu à vitesses et porte bagage surbaissé avant.
D’un commun accord, nous décidons de commencer par une incursion touristique dans Avignon : tout droit direction la place de l’Horloge puis l’esplanade du Palais des Papes d’où nous montons vers un lieu de repos bien connu des avignonnais : le jardin du Rocher des Doms (rebaptisé semble-t-il, je n’ai pas relevé le nom) qui offre une vue panoramique à plus de 180° sur le pont St Bénézet et toute la région au nord d’Avignon
De là, nous redescendons vers le centre ville pour une agréable pause déjeuner à la terrasse d’un petit restau sympa 

Quelques gouttelettes de pluie rappellent que la météo n’est pas optimiste et nous font lever le camp. Rapidement, nous trouvons le chemin conseillé par le comité départemental du tourisme : l’anneau de vitesse l’immense rond-point quasi autoroutier de Réalpanier, St Saturnin les Avignon et sa longue descente vers la plaine puis, après avoir franchi le joli pont de l’Avocat, Velleron d’où, en coupant par le centre ville, nous allons jusqu’à la départementale menant à l’Isle sur la Sorgue puis la montée vers Lagnes, courte mais sèche, qui se prolonge jusqu’au « col » de Cabrières d’Avignon. Je la sens bien passer avec les bagages !

Un trajet vallonné nous emmène jusqu’à la descente vers Les Beaumettes et le début de la Voie Verte du Calavon.

Son revêtement est du billard, les paysages très agréables, mais jusqu’aux environs d’Apt le plaisir d’y rouler est gâché par les intersections avec les petites routes de campagne équipées de chicanes si serrées qu’il en faut presque poser pied à terre pour les franchir : je plains les cyclistes en tandem ou avec remorque ! Mais quelle mouche à bien pu piquer les concepteurs de cette partie ? d’autant plus qu’ensuite, les chicanes sont bien plus cyclamicales ; dommage et incompréhensible !

Arrivée nocturne (sans lampe AV, je n’en mène pas large) sur Apt : « c’est beau une ville la nuit », vue depuis la voie verte en corniche surplombant les toits. L’accueil au camping, juste en contrebas de la voie est cordial : je confirme le nombre de participants, de bengalis et convenons que le paiement global se fera mardi matin, la gérante n’ayant pas envie de rejouer le sketch de l’addition ©Muriel Robin.

Samedi 9
Après une bonne nuit, lever et départ nocturnes pour aller chercher les arrivant(e)s du samedi matin.
L’étude de la carte IGN au 1/100.000 et mes souvenirs de repérage sur Streetview laissent penser que l’on devrait pouvoir rejoindre la gare Avignon-TGV par de petites routes de la plaine au sud d’Avignon, entre Oppède, Caumont sur Durance, le sud de l’aérodrome et les rives de la Durance elle-même.
Nous louvoyons ainsi en évitant autant que faire se peut les routes à fort trafic, petites ou grandes, avant de déboucher sur la voie verte/ véloroute entre la Durance et la LGV, avec un bon petit vent de nord qui, s’il a le mérite de dégager complètement le ciel, nous oblige à rouler en gruppetto pour éviter de trop fatiguer et tenir la cadence.
Arrivés dans le secteur de la gare d’Avignon-TGV nous constatons que cela se termine hélas :

  • soit par une zone (au sens argotique du terme) parsemée de dépôts sauvages de déchets divers
  • soit en butant sur une voie ferrée en construction qui coupe un pratique accès quasi direct aux parkings de la gare

A l’heure prévue, nous retrouvons nos comparses (dont un me remet une lampe de dépannage) et c’est à 7 que nous refaisons le trajet de la veille, le restaurant étant remplacé par un pique-nique sur le Rocher des Doms, sur la pelouse ensoleillée d’une terrasse à l’abri du vent.
Nos ami(e)s découvrent la longue et régulière rampe d’accès à St Saturnin les Avignon, la belle route (et large heureusement, vu le trafic) allant vers Pernes les Fontaines, d’où nous bifurquons vers Velleron, où nous ferons une pause café.
Nous repartons vers l’Isle sur la Sorgue en prenant dans le bas du village le chemin des Nesquières, une petite route balisée « itinéraire cyclable ». Très agréable au début, elle devient vite un champ de mines : au revêtement fortement dégradé s’ajoute un patchwork de nids de poule et grosses rustines de goudron en relief. Nous aurions mieux fait de prendre la départementale de la veille. Heureusement cela ne dure pas trop longtemps et nous retrouvons rapidement notre itinéraire. 

L’une de nous nous fait une petite frayeur dans Lagnes lorsque, bien qu’on sache qu’elle n’est pas une grimpeuse confirmée, son retard devient alarmant. Elle est retrouvée bien bien vite « Mon GPS me disait qu’il fallait tourner à droite ».
Après la montée vers le « col de Cabrières » puis 2 autres courtes grimpettes, nous voilà sur la voie verte où nous retrouvons 2 d’entre-nous restés au camping le matin mais venus à notre rencontre.
Les nouveaux s’extasient sur la voie verte et c’est encore de nuit que nous arrivons à Apt où l’Intermarché est vite dévalisé en prévision du dimanche et du lundi férié. Judicieuse idée car nous sommes complètement hors saison .

Dimanche 10
Nous partons sous un ciel maussade sur la Route des Ocres. Le début de l’itinéraire, qui passe devant l’usine des Ocres de France, nous laisse sceptiques car il se poursuit sur la D900 qui dessert Apt. (revêtement moyen et trafic intense)
Heureusement nous la quittons vite et, dans la montée vers Gargas, à la faveur d’une halte le long d’un lotissement pour ôter mon blouson de pluie, je fais la connaissance d’un type bedonnant sorti tailler sa haie d’une main tremblante. C’est en fait un cyclotouriste membre de la « Confrérie des 650″, qui est passé au trike (un Performer acheté à Buis les Barronnies) depuis qu’il est parkinsonien et ne peut plus conduire un vélo conventionnel.
Plus loin, nous découvrons enfin un filon d’ocre et une mine abandonnée. Nous y descendons avec un peu la sensation de nous transformer en explorateurs méridionaux, ce qui donne tout de suite un côté jovial et aimable à la chose…

La pause déjeuner se fera après avoir grimpé, sous une faible pluie, la colline où est juché le joli village de Roussillon.
A partir de là, c’est sous de gros nuages menaçants chassés par le vent et le soleil que nous nous dirigeons vers St Saturnin les Apt que nous contournons par de très agréables petites routes dans la campagne vallonnée.
Une dernière « vraie » montée vers le rond point situé au bas de Rustrel, où le fléchage nous dit de monter par une belle rampe rectiligne à 6 %… alors que nous aurions très bien pu passer par une route de contournement, et nous voilà au Colorado provençal où nous laissons les vélos.

C’est le début de la fin d’après-midi, le ciel reste menaçant, aussi n’avons-nous pas le temps de vraiment parcourir ce site immense insoupçonnable depuis la route. Et c’est sous les puissantes rafales annoncées par la météo (35 km/h avec rafales à 85) que nous descendons vers le camping où, après un nouveau dîner communautaire pris dans le bengali des garçons, l’enfer du jeu du Uno se déchaîne. 
Je laisse mes camarades rejouer « Macao l’enfer du jeu » jusqu’à je ne sais quelle heure.

Lundi 11
Le petit-déjeuner est pris un peu plus rapidement que la veille me semble-t-il. Heureusement car j’ai proposé un circuit Apt -> Roussillon -> Murs -> Lioux -> St Saturnin-les-Apt qui pourrait être assez physique. Il le fut.
Nous prenons la voie verte jusqu’à la partie où elle se transforme en véloroute empruntant une partie de départementale un peu passante. De là nous montons vers Roussillon d’où nous redescendons (et quelle descente !) vers Murs.
C’est un village perché sur un petit plateau à environ 500m d’altitude dont l’accès se mérite. Surtout aujourd’hui où le vent qui, s’il nous offre un grand ciel bleu parfaitement dégagé, rajoute quelques degrés au % de la pente ininterrompue. Mais nos efforts méritoires sont récompensés par :

  • un accueil officiel par M. le Maire et les notables du village (nous arrivons pile pour le début de la commémoration de l’Armistice, à laquelle nous assisterons en silence jusqu’au bout)
  • et un lieu de pique-nique ensoleillé à l’abri du vent et des regards

Nous repartons vers Lioux par une petite route traversant des collines boisées de maquis : chênes verts, genets, buis, sumacs rouge sang, arbustes et plantes aromatiques. Après une descente vers un creux de vallon, une rampe bien raide – mais courte – nous demande encore un bon coup de collier.
Enfin nous débouchons en vue de Lioux et sa falaise : la petite route qui y mène est en parfait état, toute en descente avec des parties plus ou moins droites, des virages, des lacets… bref un vrai plaisir à dévaler, mais avec prudence car les récentes averses ont parfois entraîné un peu de terre, gravier et cailloux dans certains virages.
Dans la vallée, l’impressionnante falaise nous domine de toute sa masse. Nous la longeons un peu avant de monter vers Lioux et sa jolie place de la mairie.

A la sortie de Lioux, nous prenons à droite une petite route qui commence par monter un peu sec. Je dis un peu car sur la fin elle se transforme en quelques lacets dans lesquels je manque caler bien que je sois « tout à gauche » en 28×32. Je bénis mon vélociste d’avoir pu remplacer la couronne de 30.
La descente vers St Saturnin commence par un raidillon presque rectiligne à bien 17 % qui nous propulse comme des balles : je n’aurais pas aimé le monter dans l’autre sens !
Nous débouchons sur une départementale peu fréquentée, en faible pente descendante ou horizontale, au revêtement granuleux en état moyen qui gâche un peu le plaisir d’y rouler. Dans un virage, nous faisons une halte pour rejoindre le sommet d’un promontoire rocheux.

A l’entrée de St Saturnin, en contrebas du muret le long duquel nous faisons halte pour nous regrouper, nous découvrons un massif de cactus garni de figues de barbaries, les mêmes que le long de la voie verte juste à l’entrée de la tranchée d’Apt.
Contrairement à celles que l’on peut trouver sur les marchés franciliens elles sont violet sombre, avec une peau fine et souple garnie de peu de piquants. Le goût est doux et avec la langue on arrive facilement à séparer la chair d’une multitude de petits pépins durs comme du bois, ces derniers permettant l’improvisation d’un concours de lancer de « mitraille de pépins ».
Nous montons ensuite sur l’éperon rocheux des ruines du château, derrière lequel mes camarades ont la surprise de découvrir le petit lac d’un barrage, invisible depuis la route. Pour revenir sur la voie verte, nous traçons directement via la route principale, toute en descente et faux plats descendants. Nous y arrivons à la nuit tombée.

La soirée est consacrée à un repas de fin de séjour dans le restaurant du Palais (place de la Mairie) le seul ouvert dans Apt. Le gérant et sa compagne sont aimables et discrets, la cuisine goûteuse et parfumée : lapin à la tomate et romarin, légumes provençaux farcis, pizzas, le tout arrosé d’un rosé du Lubéron après le Kir à la lavande de l’apéritif.
Nous en sortons alors qu’un froid véritable commence à se faire sentir.

Mardi 12
Les bagages, pour certain(e)s préparés la veille, sont vite bouclés, les bengalis rangés, la facture du camping réglée et c’est dans un froid piquant (-1°) que nous partons sur la voie verte ensoleillée.
Le rythme est assez soutenu puisque malgré un petit vent défavorable, la voie verte est en faux plat descendant. Seuls ralentissements notables :

  • une halte pour admirer le pont Julien
  • le trike du dijonnais dont une des roues AV plonge dans un regard dont une plaque d’obturation, abîmée et mal positionnée, est tombée à son passage

A peine une petite pause au bout de la voie verte et nous repartons vers Caumont sur Durance. Nous retrouvons l’itinéraire emprunté samedi matin, constatons que le ballast de l’ancienne voie ferrée menant à Cavaillon est encore visible par endroits, et c’est au bord d’un verger de pommiers qui nous abritent un peu du vent que nous pique-niquons sous un grand ciel bleu.
Certain(e)s en profitent pour faire le plein de pommes oubliées après la récolte et nous repartons sur les petites routes de campagne après que le dijonnais soit retourné à Apt où il a laissé sa voiture : il voulait pédaler encore un peu avec nous et profiter de la région. 
Un bout de départementale à fort trafic et radar pédagogique, la traversée d’une autre route très passante, un bout de bande d’arrêt d’urgence à la sortie de Caumont sur Durance, passage sous le viaduc de la LGV puis sous une autoroute, et nous voilà longeant l’aérodrome d’Avignon.

Nous arrivons dans la ceinture verte (agriculture, loisirs et… je-sais-plus-quoi, proclame un panneau) sur une route le long d’un canal, bordée de quelques dépôts sauvages de déchets et  se terminant en impasse sur une centrale à béton, d’où on accède enfin à la « voie verte / véloroute » entre la Durance et la LGV. La hauteur à laquelle se trouve la LGV et sa digue de protection, au regard de la largeur du lit du fleuve, montrent que ce dernier doit être capable de crues historiques mémorables.

Pour accéder à Avignon-TGV nous évitons d’aller jusqu’à la zone des caraques et boumians sédentarisés et coupons au plus court vers les parkings en franchissant la fameuse voie ferrée en construction citée plus haut.

De là, avec notre ami bordelais qui pourra ainsi repérer le trajet pour revenir prendre son train (mais errera un peu en ayant eu le tort de vouloir passer ailleurs) nous nous dirigeons vers le centre ville d’Avignon en suivant un itinéraire cyclable mais comment dire, perfectible, se terminant par un étroit trottoir.
C’est à la terrasse d’un café près de la place de l’Horloge que nous prenons un dernier pot à base de cafés et chocolats chauds.
Encore quelques coups de pédale sur l’avenue en « contresens cyclable / arrêt minute » qui mène droit à la gare et nous voila dans la salle d’attente où certains, faute de place vélo réservée, procèdent au démontage et mise sous housse de leurs vélos.

Dans le TGV, arrivé et parti à l’heure, nous arrivons à nous regrouper dans une sorte de « carré cycliste » qui nous permet de bavarder, admirer les OVNIS constitués par quelques nuages lenticulaires se découpant dans le couchant, regarder les photos et vidéos prises par les une et les autres.
Je ne résiste pas au plaisir orgueilleux de citer un commentaire me concernant « Il est classe JJ, on dirait qu’il ne force jamais »

Pour vous récompenser d’avoir lu ce long texte : voici mon diaporama

Aller ! on remet ça en 2014 pour aller découvrir le Lubéron ?! le 11 nov. sera un mardi ! 

Quelques infos cartographiques :

  • trajet Avignon-centre -> Apt : env. 64 km, facile mais avec un passage de difficulté moyenne (la grosse colline entre Lagnes et Cabrières d’Avignon)
  • circuit de la Route des Ocres : env. 52 km vallonnés, sans vraie difficulté
  • boucle Apt – Roussillon – Murs – St Saturnin les Apt près de 55 km vallonnés avec 2 difficultés : la montée vers Murs puis la sortie de Lioux vers St Saturnin les Apt. Explication du profil, sauf erreur : 1ère bosse : la colline de Roussillon - 2ème bosse : la montée vers Murs, suivie d’un « plateau » puis de la descente vers Lioux - 3ème bosse : nouvelle montée, vers Lioux et sa petite route à droite à la sortie, avant de redescendre sur St Saturnin-les-Apt - dernière forte pente colorée : la sortie de St Saturnin.
  • trajet Apt -> Avignon-TGV via Oppède et Caumont-sur-Durance, env. 59 km sans aucune difficulté (sauf le vent en cas de Mistral)

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

Tour du Vercors en cyclocamping

Posté par Jean-Jacques le 31 août 2013

Jour 1 : Grenoble – St Gervais – Pont en Royan – Gorges de la Bourne – St Julien – St Martin en Vercors

Le voyage commence la veille sous les meilleurs hospices(non, c’est plus tard que je serai à ramasser à la petite cuillère) auspices puisque parti au boulot avec armes et bagages (gros succès auprès des collègues du PC sécurité où j’ai laissé ma randonneuse chargée) il s’est avéré que contrairement à la gare de Nanterre-U celle de Nanterre-ville est un modèle d’accessibilité pour cyclistes et PMR… et le RER de cette fin de journée du 14 août est accueillant

Rapidement embarqué gare de Lyon, rapidement arrivé en « TGV vélos » à Grenoble chez l’ami qui héberge une partie de la bande et le lendemain, départ avec 9 autres comparses le long de la belle voie verte qui longe l’Isère aux eaux bleu-gris, comme si elle avait emporté avec elle les couleurs des glaciers et des roches
Elle est superbe cette voie verte : avec les falaises du Vercors sur notre gauche, on a l’impression d’être déjà à la montagne sans avoir besoin d’y monter !
Nous la quittons pour une agréable petite route qui sinue dans les vergers de noyers avant de rejoindre une large départementale qui, à défaut d’être cyclamicale et bucolique, n’est pas hostile et permet de rouler facilement à bonne allure

Nous arrivons bien vite à Pont en Royan, porte du Vercors, ses maisons suspendues sur la rivière et sa route qui monte vers les gorges de la Bourne, une montée régulière mais longue, longue… (plus de 20 km) sous le soleil et avec un petit vent de dos suffisamment lent pour que l’on ait l’impression de pédaler dans l’air immobile d’un four.
Et si ensuite nous bifurquons à droite à l’ombre vers St Julien et St Martin en Vercors, c’est pour un % légèrement supérieur me semble-t-il… heureusement, cette route ne pouvant pas monter indéfiniment, une fois arrivés en haut c’est un peu de plat puis une loooongue descente qui nous amènent au camping des Portes de St Martin et sa piscine dans laquelle nous allons bien vite barboter avec vue sur le ciel bleu, une grande barre rocheuse, la forêt et les prairies
Repas au bar du camping à base de ravioles, pizza, hamburger du Vercors, double ration de frites et que sais-je encore… Nuit calme, à peine troublée par les cris d’un rapace nocturne et les clarines de bovins (non personne n’a ronflé, c’était les autres campeurs) et réveil aussi humide que si un arrosage automatique avait été déclenché

Jour 2 : St Martin en Vercors – La Chapelle en Vercors – Vassieux en Vercors – refuge du Col de Vassieux

Le groupe des cyclistes normaux s’élance vers le refuge du col de Vassieux en Vercors avec d’autant plus d’entrain que l’on commence par se laisser glisser le long de la route en pente
Les fadas eux, ont pris la direction du col de la Machine (moi, rien que le nom je trouve que ça fait pas super envie…)
Nous arrivons ainsi très vite à St Martin en Vercors mais hélas, c’est là qu’est l’os, la route remonte vers La Chapelle en Vercors où nous faisons le plein de victuailles et d’eau à la belle fontaine surplombant la piscine municipale
Encore un p’tit coup de descente et bien vite la route remonte franchement vers le col du Proncel où, sur le final, je lâche Carlos pour régler à la loyale son compte à un sympathique cyclosportif qui nous avait doublés, rouge et essoufflé, maillot grand ouvert, en nous souhaitant bien du courage
La tête qu’il a faite quand il m’a vu le dépasser sans trop d’efforts apparents « mais comment vous faites avec les bagages ? » réponse « j’ai un bon vélo, de petits développements et je mouline pour ne pas forcer »
Arrivés au col, nous décidons à l’unanimité de faire une longue halte jugée bien méritée pour déjeuner et découvrons les premiers chardons argentés (espèce protégée) appelés Carlines

Rassasiés, nous descendons vers Vassieux, mais le démon de la course est en nous, enfin en Georges et moi car nous nous sommes tirés une bourre bien sympa, jusqu’au cimetière-mémorial à l’entrée de la ville, commémorant l’arrivée de troupes SS en planeurs qui décimèrent la population, civils et résistants confondus
C’est à Vassieux que nous retrouvons les fadas aux cuisses d’acier pour nous diriger tous ensemble vers le refuge via une jolie petite route campagnarde (à gauche en sortant du village) devenant forestière qui passe devant le Camp Nicolas Vanier avant de bien grimper « dré dans l’pentu » la bougresse !
Halte toilette à l’auge d’une source vivifiante, puis découverte du refuge, de la vue imprenable tant côté Vercors que côté Diois vu de la falaise, du charme capricieux de la cuisine au feu de bois, de la dureté des bas flancs comparés à l’herbe des campings

La nuit ne fut troublée par aucun rongeurs, sans doute effrayés d’abord par les discussions confuses et animées pré-endormissement, puis par les bruits de nos activités nocturnes (ronflements à divers degrés, petits cris d’une amie qui cauchemardait…) bref une sympathique nuit normale

Jour 3Col de Vassieux – Villard de Lans par les cols de St Alexis, de Rousset et d’Herbouilly

Départ du refuge, passage devant la salle de bain attenante (ou presque) et nous continuons sur cette petite route forestière dont le revêtement se dégrade fortement dès que nous attaquons la pente
Les tâches des rayons de soleil filtrant à travers les arbres perturbent la vision de la chaussée et il vaut mieux être sur ses gardes. Nous arrivons sans encombre à Vassieux après un petit tirage de bourre avec deux amis (oui, à vélo, j’ai souvent 40 ans de moins)
De Vassieux, nous partons plein Est vers le col de St Alexis, avalé sans pb (il en faut désormais plus pour nous impressionner) d’où nous redescendons doucement vers la route du col de Rousset où j’irai constater qu’en franchissant le tunnel tel une sorte d’Alice au pays des merveilles, on a une vue splendide sur le Diois
Après avoir rebroussé chemin, la descente vers St Agnan est un régal. Le groupe ayant pris de l’avance, je me lâche et j’ai bien du frôler les 70km/h sur cette belle route. C’est à St Agnan que l’un de nous découvre la démission de sa chambre à air arrière qu’il répare rapidement et nous rejoignons un peu plus loin la bande qui pique-nique joyeusement au bord de l’eau en regardant distraitement les Aigles de la Route qui paradent

Lorsque nous remontons vers St Martin, c’est avec l’orage sur nos talons : le ciel noircit au sud, le vent se lève, on entend un lointain tonnerre… passé St Martin, après quelques palabres le groupe se scinde pour rejoindre Villard de Lans : une partie continue directement vers les gorges de la Bourne, l’autre monte vers le col d’Herbouilly, chacun priant pour ne pas se retrouver sous l’orage menaçant
L’organisateur de la sortie détend l’atmosphère des grimpeurs « si vous entendez comme des bourdonnements d’abeilles, descendez immédiatement de vélo et couchez-vous à terre »
Finalement, c’est une guêpe qui me surprendra : une amie qui, après avoir un peu pédalé avec moi car elle est polie, me largue sur un bout de semblant de faux plat prélude à une reprise de la montée. En quelques instants, ce n’est plus qu’un petit point tout au loin tandis que je sue à grosses gouttes pour arriver péniblement à bout de cette satanée montée
La pluie arrive dans le haut de la montée, puis s’intensifie au point que dans la descente vers Villard de Lans, malgré nos blousons de pluie nous faisons une pause pour nous regrouper dans un abri providentiel

Lorsque nous repartons, le bleu gagne du terrain dans le ciel et la pluie se calme, rendant plus agréable la sinueuse descente en forêt vers Villard de Lans, après une courte halte à un mémorial de la Résistance en belvédère panoramique
Miracle d’une organisation sans faille, nous arrivons au camping sous un grand beau temps quelques minutes après l’autre groupe. Bons emplacements : herbe tendre, sol moelleux, proche mais pas trop d’un bloc sanitaire et nous avons le plaisir de voir un 11ème « collègue » nous rejoindre
Après courses, douche, baignade dans la piscine (avec toboggans !) et un bon repas autour d’une nappe improvisée tout le monde part se coucher

Jour 4 : Villard de Lans -> La Balme de Rencurel -> Col de Romeyère -> tunnel des Ecouges -> St Gervais -> Grenoble

La veille, nous avions pris la bonne résolution de nous lever tôt. Ce qui fut fait : le soleil n’a pas émergé au-dessus de la barre rocheuse et la brume nimbe encore le paysage lorsque je sors de la tente dégoulinante de rosée, comme d’hab’ (la rosée, pas mon saut du duvet). Avant d’en sortir, j’ai tout rangé : matelas et duvets, sacoches … je suis chaud-bouillant !
Nous finissons le petit-déjeuner lorsque nous entendons un formidable réchaud se déclencher : ce sont 2 montgolfières venues survoler le camping en rase-motte, l’une d’elle atterrira même brièvement… récupération d’un passager ou coup de pub ?
Le départ est facile : ça descend, et vu la fraîcheur du fond de l’air, nous avons tous sortir un blouson coupe-vent. Bien nous en a pris car les Gorges de la Bourne sont bien fraîches et impossible de se réchauffer en pédalant.
La route est magnifique, parfois taillée dans le rocher telle un tunnel auquel manquerait la paroi de gauche. Mais pas question de trop relâcher notre attention car la chaussée n’est pas nickel, l’arrivée sur le pont du carrefour avec la route de St Julien ressemble même à un champ de mines…
C’est là que nous nous regroupons… sauf… notre ami qui avait déjà des soucis avec sa roue arrière hier et qui manque à l’appel

Nous patientons en regardant passer les cyclosportifs… mais d’autres randonneurs aussi… l’inquiétude grandit aussi l’un de nous décide d’aller voir. J’arrive à lui faire laisser ses sacoches sur place et il part, bientôt suivi d’un autre
Ne sachant pas trop ce qui les attend ensuite, ceux qui ont un train à prendre et les genoux un peu mous partent vers La Balme de Rencurel, au pied de la route du col de Romeyère
L’organisateur nous avait prévenu « ça monte un peu fort au début, puis ça va mieux »… mouais… en fait ça monte raide, on croit ensuite que c’est fini mais ça regrimpe encore aussi fort, puis la pente s’adoucit enfin avant de se relever légèrement sur la dernière centaine de mètres avant le col
Pendant cette montée, deux des cyclistes rapides du groupe nous rattrapent : le pneu arrière du retardataire a déclaré forfait mais il a pu repartir grâce à une réparation de fortune (c’est lui qui avait crevé la veille : dire qu’hier en arrivant au camping il aurait pu mieux inspecter son pneu et en racheter un neuf !)
Le cycliste le moins aguerri du groupe aura vaillamment vaincu cette dernière ascension en pratiquant avec succès la technique du « fractionné » : coup de pompe -> arrêt pour un morceau de banane séchée et un peu d’eau -> en selle jusqu’au prochain coup de mou, etc.

Arrivés au col, après une pause fruits secs nous nous laissons glisser vers le tunnel
Peu avant, la route s’enfonce dans de magnifiques gorges puis bute contre un muret, seul rempart contre un à pic et un panorama dont le Vercors a le secret. Sur la gauche, la bouche béante du tunnel ressemble à l’entrée d’un train fantôme, mais pas la version fête foraine… plutôt celle d’un Stephen King des bons jours.
Brut de décoffrage, sans aucun éclairage ni marquage au sol ni dispositif réfléchissant le long de ses parois, on dirait une gueule édentée s’ouvrant sur un œsophage qui va nous avaler.
Moins poétiquement, il donne l’impression d’avoir été fini de creuser la veille et ouvert par mégarde à la circulation.
Nous nous y engageons. Je dois régler ma lampe B&M sur la puissance maximum (40 lux) pour y voir à peu près correctement car l’on n’a aucun repère et, le tunnel n’étant pas rectiligne, on n’en voit pas le bout
La lumière du jour arrive enfin et la suite de la descente aussi : on est heureux de ne pas avoir eu à monter par là ! La pente raide est très sinueuse, parfois en mauvais état, avec des  virages sans visibilité, et se rétrécit par endroits pour ne laisser que la place d’un véhicule de passer

Un attroupement sur un pont attire mon attention : en short et torse nu, ils regardent une mouche… non un homme descendre en rappel le long de la partie supérieure d’une immense cascade. Du canyonning m’a-t-on dit : moi qui croyais que cela consistait à sauter de vasques en bassins et à se laisser glisser le long de toboggans de pierre polie par les eaux…
Après 2-3 photos, je repars dans l’pentu et c’est à St Gervais que je finis par rattraper le couple de motards partis avant moi du pont du canyonning. Concentré sur mon pédalage, je traverse le village comme  une balle et finis en douceur à l’entrée de la Voie Verte où les autres membres du groupe me rejoignent

En attendant les sportifs passés par le col du Mont Noir, nous aidons une cycliste du dimanche matin (fine 40aine dynamique, cheveux courts, corsaire et brassière de sport) à ranger son vélo dans sa voiture. Au passage, je remarque que les pneus de son vélo sont sensiblement à la même pression que mon matelas autogonflant de camping.
Je le lui fais remarquer en soulignant que les grosses valves permettent le gonflage en station service… et la réponse me laisse pantois « je ne sais pas le faire, c’est comme pour les pneus de la voiture : je ne le fais jamais, c’est mon mari qui s’en occupe » (encore une handicapée de la vie ?)
Nous regagnons la rive gauche de l’Isère, plus accueillante pour une pause pique-nique et, lorsque le reste de la bande arrive auréolée de gloire et de relents de transpiration, ça tourne à la braderie de fin de marché : « qui veut finir cela ? » « il me reste encore de ceci ! » « je ne vais tout de même pas repartir avec ça ! ». Tout sera liquidé…
Après un bon café nous nous engageons sur la voie verte.

Je remarque que notre néophyte, à l’agonie le premier jour (mais la veille il avait fait Lyon – Grenoble à vélo) a repris un bon coup de pédale : il est considérablement plus vaillant qu’au départ et passe même en tête du gruppetto formé par 5 d’entre nous (« mon compteur indiquait 25 mais mes jambes me disaient : 27… 27… »)
C’est au tour d’un autre de prendre le relais et tout à coup, insensiblement, voila le Club des 5 mains aux cocottes, bien en ligne, à mouliner aux alentours de 30-35 km/h pendant une dizaine de km en prenant des relais
Le reste du trajet se fera avec le groupe au complet, en passant devant un mur de soutènement de voie rapide livré aux graffeurs, puis une zone d’habitat précaire de SDF avant que le chemin de halage ne se termine sur les quais
Fin de la randonnée devant un glacier artisanal (humm… la glace à la Chartreuse) avant de se dire au-revoir à la gare de Grenoble toute proche

diaporama du Tour du Vercors

tracé du parcours effectué à partir de la banlieue de Grenoble

Petit bilan :

Fringues : 

  • 1 polo manches courtes 
  • 1 t-shirt technique
  • 2 cuissards à bretelles (pas lavés mais portés en alternance un jour sur 2)
  • 1 boxer informe en coton genre Pervers Pépère © Gotlib (pour la nuit)
  • 3 paires de socquettes basses
  • 1 blouson léger membrané « wind protect » à manches amovibles 
  • 1 blouson de pluie
  • 1 grande serviette microfibre
  • 1 slip de bain (perdu)
  • 1 paire de tongues (jamais mises, herbe trop humide)

Cols :

  1. montée de Pont en Royan à St Julien en Vercors (car elle le vaut bien, cf. polémique sur le site du club des 100 cols)
  2. Col du Proncel
  3. Col de Vassieux
  4. Col de St Alexis
  5. Col de Rousset
  6. Col d’Herbouilly
  7. Col de Romeyère

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

Toulouse – Carcassonne par le Canal du Midi en cyclocamping

Posté par Jean-Jacques le 30 avril 2013

Petit résumé chiffré

  • 2 participants Rayan (10,5 ans cycliste néophyte) et son père (à peine plus vieux dans sa tête malgré ses 56,5 ans)
  • 110 km en 2 jours et 2 heures du 22 au 24-04 (le 25, retour en train), dont 7 km de détour pour accéder au camping de La Capelle, à St Martin Lalande, peu après Castelnaudary (mais ce camping vaut le détour)
  • 1ère étape Toulouse – Montgiscard : 20 km d’autoroute à vélo – camping sauvage à l’écluse – boulangerie salvatrice de l’autre côté du pont, le long de la RD à trafic assez intense
  • 2ème étape Montgiscard – St Martin Lalande : 50 km sur des chemins de halage qui se dégradent fortement passé Port Lauragais – nuit au camping tout confort de La Capelle : 10 € TTC pour nous deux – attention, aller faire les courses à l’épicerie-dépôt de pain du village demande de bonnes cuisses pour une courte mais raide ascension
  • 3ème étape St Martin Lalande – Carcassonne : 40 km de chemin de halage pénible car comme pour la fin de l’étape précédente, on passe une partie de son temps à regarder où on place sa roue AV – nuit au camping**** de la Cité, quasiment au pied de la Cité médiévale fortifiée : 14€ TTC, accessible peu après le débouché du Pont Neuf via une sorte de voie sur berge le long d’un petit bras de l’Aude. Ouvert toute l’année mais doit être une véritable usine en haute saison

C’est munis du guide conçu par Philippe Calas (fort utile pour évaluer le kilométrage, savoir où sont les points d’eau potable, quand changer de rive) et de duvets 5° achetés vu les T° nocturnes annoncées que nous partons de Toulouse Matabiau en fin d’après-midi après quelques courses alimentaires.  

Toulouse - Carcassonne par le Canal du Midi en cyclocamping dans Projets, plans sur la comète, ... wp_000616-300x225

La voie sur berges est royale, mais encombrée !!! piétons, rollers, skateurs, cyclistes, vél’ôveurs, … nous obligent à adopter un rythme tranquille aux alentours de 10-15 km/h, parfait pour Rayan.

La lumière du soleil couchant est dorée à souhait et une fois dépassés les derniers faubourgs toulousains, nous pouvons pédaler en profitant pleinement du paysage

   wp_000620-150x112 Canal du Midi dans Projets, plans sur la comète, ...  dsc00427-150x112 Carcassonne  wp_000621-150x112 Castelnaudary 

C’est sur un beau coin de pelouse de l’écluse de Montgiscard (PK -point kilométrique- 20 depuis Matabiau) que nous plantons la tente pour passer la soirée en joyeuse compagnie.

wp_000625-112x150 cyclotourisme  wp_000624-300x225 Port Lauragais 

Le lendemain, après un petit-déjeuner pris à l’abri dans la vaste salle à manger wp_000627-150x112 Toulouse nous repartons de bon coeur, Rayan ne se plaignant même plus d’avoir mal au fondement : le métier rentre !

Il prend même assez souvent la tête du tandem  

dsc00438-300x225 Villefranche de Lauragais et je constate également avec plaisir qu’il commence à pédaler bien plus régulièrement qu’avant, même s’il a toujours tendance à regarder un peu trop longtemps autour de lui… ça lui jouera un tour un peu plus loin…

Nous quittons l’autoroute (à vélos !) à l’écluse de Renneville pour aller à Villefranche de Lauragais acheter des appâts pour la pêche. La gérante du magasin de cycles et art. de pêche vend à Rayan une carte de pêche (obligatoire, mais à 5€, c’est pas la ruine) et lui fait cadeau d’une boîte d’appâts en DLUO car la livraison prévue le matin a été différée. Nous profitons de cette halte citadine pour nous offrir le restau.

De retour sur le chemin de halage, nous constatons qu’à partir de Port Lauragais, l’ « autoroute » se transforme en mauvais chemin, nids de poule inclus, puis, au-delà du Seuil de Naurouze (ligne de partage des eaux) en sentier étroit en forme de gouttière : les bords incurvés sont de vrais pièges à roue avant et se concentrer pour rouler au milieu devient vite hypnotique : d’ailleurs, c’est là que je chuterai au ralenti (normal, on ne peut pas y rouler à plus de 7 à 10 km/h) par dérobade de ladite roue avant.
Ce sentier dsc00450-112x150 redevient assez vite un chemin dsc00451-150x112 hélas creusé de nids de poules et d’ornières : pas de quoi attirer des foules de cyclotouristes.

Si mes souvenirs sont bons, ça s’améliore un peu avant d’arriver à Castelnaudary et son étonnante superbe « rade »

dsc00460-300x225

dsc00461-300x225

où nous nous cassons le nez sur le camping municipal qui n’ouvre qu’au 15 juin… et pas moyen de négocier à l’amiable (vive les petits patelins, on arrive souvent à trouver un arrangement) mais le responsable nous donne le tél. d’un camping à quelques km plus loin et nous assure qu’il est indiqué depuis le canal.

Effectivement, à l’écluse de Guerre (peu après le PK 70, donc à env. 50 km de Montgiscard) un panneau salvateur indique « camping La Capelle, 3,5km ». Nous ferons ce trajet -agrémenté de 2 courtes côtes, dont la dernière plutôt raide- avec une famille de cyclos : papa (avec sur une remorque mono-roue les 2 tentes pop up et les bagages) maman (avec au bout de la barre trailgator TM une gamine de 5 ans) et 2 filles de moins de 10 ans.

dsc00462-300x225

Inutile de vous dire que pour Rayan ce fut un soulagement de constater que nous n’étions pas les seuls à chercher un point de chute et un stimulant de voir que des gamines plus jeunes mais plus expérimentées tenaient aussi bien voire mieux le coup que lui.

Bref, satisfaction de trouver un camping à la ferme loin de tout mais bien équipé (ah ! la bonne douche chaude)  dont le sympathique propriétaire est un fermier spécialisé dans les asperges.

En nous installant, je réalise que nous n’avons plus qu’une tranche de pain WasaTM et des sachets de thé : la faute à la galère pour trouver ce camping, oubli de faire un minimum de courses

Heureusement, le fermier (l’exploitant agricole devrais-je dire) nous dépanne d’un paquet de pâtes et d’une délicieuse baguette complète maison, bref de quoi faire un repas quasi gastronomique quand on est affamé et qu’on a vécu les affres de trouver où planter la tente

Le lendemain matin, je me rattrape en allant chercher pain frais et viennoiseries à l’épicerie (la baguette de la veille est un souvenir) sans oublier 2 boîtes de sardines à la tomate pour aller avec le restant de pâtes, un beau morceau d’un fromage au lait cru dont j’ai oublié le nom et un pack de barquettes de salade de fruits au sirop léger .

Puis nous reprenons la route derrière la famille cyclodsc00467-300x225alors qu’un vent d’Est à décorner les cocus, le marin, s’est levé : heureusement le chemin de halage, pour désagréable qu’il soit, est encaissé au ras du canal, ce qui nous protège

Rayan, vaillant, se retrouve vite en tête avec Sarah  

C’est après la pause déjeuner que la famille cyclo nous « largue », pressée d’arriver à son camping quelques km après Carcassonne

Rayan commence à en avoir plein les bottes : vent + mauvais chemin + copines disparues qu’on ne rattrape pas = découragement, fatigue, chutes sans gravité, dont une à cause d’une barrière anti-motorisés qu’il n’a tout simplement pas vue…alors :

pause pêche dsc00470-150x112 reposante, certes, mais dsc00471-300x225

Quelques km avant Carcassonne, après des méandres serrés dignes des Ardennes, le long desquels le chemin de halage doit s’élever à une hauteur impressionnante

le canal franchit un « saut » nécessitant 2 écluses contiguës  dsc00469-225x300 

marquées par un poteau singulier dsc00468-225x300

A partir de là, le chemin de halage, bien que caillouteux, se civilise et nous atteignons Carcassonne après avoir discuté avec un joggeur, un vrai qui trottine d’une foulée régulière à la même vitesse que nous : il doit en être à son 10ème km

L’arrivée dans Carcassonne est bizarre, le chemin de halage à moitié en friche, on se fait doubler par un furieux en VTT qui avoine dans les 50cm nous séparant du canal

Puis c’est l’arrivée en ville. Nous quittons le chemin de halage dont je me demande s’il aboutit quelque part tellement il est envahi de « mauvaises » herbes et je remercie mon smartphone dont la cartographie me permet de trouver le chemin du camping de la Cité car côté signalisation cyclable… il y a des aménagements, mais je n’en saisis pas la cohérence, étonnant non ?
Pour situer la place de la voiture : sur un mail servant de parking, j’ai vu une bande piétonne verte !

Nous atteignons rapidement le Pont Neuf menant à la rive droite de l’Aude

wp_0006301-300x225 et à l’oppidum de la Cité médiévale fortifiée  puis au camping où nous n’avons que l’embarras du choix pour nous installer. 

Habitué au camping sauvage ou à la ferme, Rayan revient des toilettes : « Papa, il y a tellement de portes que ça m’a fait peur » 

et effectivement dsc00484-150x112

Après un bon repas et une bonne nuit, nous partons pour la gare, non sans une dernière photo souvenir

dsc00487-300x225 

Pèle-mêle photographique :

dsc00428-112x150  dsc00443-112x150   et au seuil de Naurouze dsc00448-112x150  dsc00449-112x150

Le bateau de Popeye !  dsc00437-91x150   et  dsc00436-150x112 du Capitole, bien sûr  (qu’il soit romain ou toulousain)

Les menus (choisis d’un commun accord) :

  • 1er soir : boîte de chair de crabe et crevettes, chorba (sachet de soupe déshydratée prévu pou 4 pers. mais dilué pour 2 assiettes : très pratique, que nous aurions pu rendre encore plus nourrissante en rajoutant quelques pâtes), leerdammer, compote pomme-fraise
  • déjeuner du lendemain : menu asiatique à Villefranche de Lauragais
  • 2ème soir : pâtes et pain complet
  • déjeuner du lendemain : pâtes et sardines à la tomate, fromage (local ?) au lait cru, salade de fruits
  • 3ème soir : biscuits apéritifs, petits-pois carottes + sardines et thon à la tomate, restant de fromage, compote de pomme
  • déjeuner du lendemain : fast-food en gare de Toulouse en attendant la correspondance pour rentrer (la régression, ça a du bon)

Les cartes de nos trois étapes, scannées à partir de celle fournie avec le guide du Canal du Midi, qui est par ailleurs une mine d’informations historico-géographico-touristiques, illustré de belles photos et documents, un très modeste investissement agréable autant qu’utile : n’hésitez pas une seconde à l’acheter pour préparer puis effectuer un périple le long du canal

1-toulouse-montgiscard-134x150  2-montgiscard-ecluse-de-guerre-150x101   3-ecluse-de-guerre-carcassonne-150x123 

 

 

 

 

 

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | 1 Commentaire »

Circuit des 4 forêts : Montmorency, Chantilly, Halatte, Ermenonville

Posté par Jean-Jacques le 2 avril 2013

Pour changer de mes trajets quotidiens Enghien-Nanterre et retour, j’ai enfin réussi à mettre au point un circuit permettant de parcourir les 4 massifs forestiers du nord francilien.

Pour le faire, un vélo normal peut suffire, pourvu qu’il soit équipé de pneus pas trop fins et résistants pour faire face à quelques portions de chemins forestiers caillouteux peu roulants.

Env. 114 km d’Enghien à la gare d’Orry la Ville, parcourus en 8h à la moyenne ébouriffante de 14,5 km/h.

Le tracé du circuit 

Le départ, à froid, est éprouvant puisque c’est une montée d’env. 4,5 km jusqu’à la route forestière du Chemin du Repos de Diane, une voie verte dûment répertoriée sur la carte des aménagements cyclables éditée par la région Île de France.

Elle est plate, puis en descente. Heureusement car cette descente est en mauvais état et les fins pneus de Guylène, ma randonneuse, sont mis à rude épreuve. Elle s’améliore avant de tourner à droite, jusqu’à la D123 entre St Brice et Domont. Je tourne à gauche pour attaquer la pente raide où je dois mouliner « plus petit plateau / plus grand pignon ».

Je rejoins facilement Attainville, le village aux nids d’hirondelles, d’où une route d’exploitation agricole cimentée en excellent état me conduit jusqu’à Mareil en France, entre vergers, champs et même une galerie improvisée de « street art » :

Circuit des 4 forêts : Montmorency, Chantilly, Halatte, Ermenonville dans Projets, plans sur la comète, ... dsc00391-150x112 dsc00392-150x112 dans Projets, plans sur la comète, ... dsc00393-112x150 dsc00395-150x112 dsc00396-150x40

Jagny sous Bois et son « phare » dsc00399-112x150 marque la fin du plateau et la longue descente en pente douce vers Luzarches et la vallée de l’Ysieux.

A l’entrée de Luzarches, je tourne à droite vers le joli petit château d’Hérivaux :

 dsc00401-112x150 dsc00400-112x150 dsc00402-150x112

où j’ai la mauvaise idée de tourner à gauche, au lieu de contourner le Château par la droite comme je l’avais déjà fait.

En effet, la carte topographique IGN laisse penser qu’il est possible de rejoindre Coye la Forêt. Hélas, le mauvais chemin où je me suis engagé, après avoir traversé une prairie humide, bifurque à l’opposé de là où je dois aller.

Je m’engage donc dans un layon boueux, puis un autre tout aussi défoncé, à pied car même un VTT aurait du mal à passer, Guylène en est la preuve : dsc00404-150x112

Je finis par tomber sur un chemin à peu près roulant  dsc00405-112x150 qui m’amène à Coye la Forêt,  non sans avoir découvert un chêne majestueux

 dsc00406-107x150  et des habitats collectifs écocertifiés   dsc00407-112x150 dsc00408-112x150 dsc00409-112x150

La route vers les Etangs de Commelles a bien changé depuis le repas de mes 1ères noces  dsc00410-150x112  et après une vaine tentative de pause gourmande au Château de la Reine Blanche (tenancier débordé par 15 personnes)  je reprends ma route.

Pas de photo du château de Chantilly, mais une du boulodrome de Vineuil St Firmin qui a du aussi être un terrain de tir à l’arc dsc00412-150x112 sport populaire en Picardie

La montée en pente douce vers Aumont longe le haras et le golf d’Apremont, autres spécialités du sud picard, et c’est à la sortie d’Aumont que j’entame la traversée de la forêt d’Halatte par des routes et chemins forestiers quasiment déserts 

dsc00413-112x150  bien que ce soit la pleine saison de floraison des aillots :  dsc00414-150x112 dsc00415-150x112

(sous-bois typiques de cette forêt au sol gorgé d’eau)

L’approche du Mt Pagnotte se fait par une succession de vagues en marches d’escalier, chacune plus haute que la précédente, jusqu’à ce que je voie sa silhouette massive surmontée de hautes futaies (et non futées comme précisé sur le site du parc naturel)  dsc00416-150x112 dsc00417-150x112 

La route d’accès est raide, vraiment, la photo ne lui rend pas justice,  dsc00418-150x112 et ceux qui m’ont précédé se sont allégé au maximum pour arriver au sommet  dsc00419-150x112 que je finis par atteindre  dsc00420-112x150 

avec vue panoramique  dsc00423-150x112 sur les Monts Brumeux (c) JRR Tolkien.

Ce sommet a bien changé depuis la dernière fois que j’y suis allé. La route, au-delà de la tour du relais hertzien, condamnée, est devenue un mauvais chemin pierreux voué au débardage. Après une partie en pente très raide, elle se transforme heureusement en chemin plus roulant, puis le bitume réapparaît. Encore un dernier raidillon casse-pattes pour sortir d’un vallon et c’est la longue descente vers Villers St Frambourg.

Une erreur de navigation me fait passer au sud de Raray et de son château qui servit de décor au film « La Belle et la Bête » avec Jean Marais. Mais la perspective de devoir faire 6km avec le vent de face me décourage. Je continue donc vers la butte de Montépilloy et son donjon en ruine.

De là, je descends vers Fontaine-Chaalis par une route qui semble constituée de vibreurs tellement je suis secoué, ce qui gâche le plaisir.

Fontaine-Chaalis, dont on sort par une courte zone de pavés épouvantables, marque le début de la forêt sablonneuse d’Ermenonville qui se traverse facilement malgré la côte, plus impressionnante que vraiment difficile, de la maison forestière dite Maison Blanche.

dsc00425-112x150

Je rejoins la gare d’Orry la Ville par l’agréable route qui, au départ de Mortefontaine, descend en sinuant vers Thiers sur Thève, puis coupe par Pontarmé, village récemment spécialisé dans les champs de gazon pour la vente en dalles et rouleaux.

Bref, agréable randonnée que le vent de face sur les 2/3 du trajet a rendu finalement assez éprouvante pour le modeste cyclotouriste que je suis : à refaire à plusieurs, ça sera plus sympa;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | 1 Commentaire »

Boucle « nord de la Côte d’Or » – histoire et paysages

Posté par Jean-Jacques le 30 mars 2012

29-12-2011 – Bon ben voila, c’est les fêtes de fin d’année, bientôt la période des bonnes résolutions…

Alors voici mon cadeau pour 2012 : proposition d’idée d’ébauche de suggestion d’itinéraire d’une boucle dijonnaise pour le printemps 2012 !!

Dijon > Lantenay (site de la Combe Arvaux dite aux Mammouths) > St Germain Source Seine (source de la Seine) > Echalot > Aignay le Duc > Beaulieu > Chatillon sur Seine (haut lieu du sur-mesure cycliste artisanal) > Cruzy le Chatel et Ancy le Franc (j’aime bien ces noms) > Asnières en Montagne (pour les parisiens) > Alise Ste Reine (site d’Alésia, historiens trolleurs s’abstenir) > Dijon

D’après Viamichelin option vélo : aux alentours de 230km soit une moyenne de 57km/ jour sur 4 jours (ponts du 1er mai du 28-04 au 01-05 ou de l’Ascension du 17 au 20-05) qui devrait laisser un peu de temps, si on ne traine pas à se mettre en route le matin, pour de la découverte pédestre (via ferrata de la Combe aux Mammouths), des visites (par exemple d’atelier d’artisan cadreur), etc.

S’il faut faire ce circuit sur 3 jours, on le raccourcira afin de rester dans l’esprit « balade » 

Donc les propositions, conseils, etc. en tous genres des régionaux sont les bienvenus (campings, routes à éviter ou au contraire à prendre, points de ravitaillement, autre itinéraire)

Pour la météo, j’en fait mon affaire dès que j’aurai pu prendre une grenouille en otage

O2-O1-2012 – les principaux points d’intérêt que j’ai relevés :

1er jour

  • Lantenay : Combe Arvaux (accès par Pasques) dite Combe aux Mammouths, en référence aux formes des rochers de ses falaises 
  • Baulme la Roche (près de Lantenay et Pasques) : site de parapente et deltaplane, voie romaine sur les falaises
  • Champagny (à 3 km au nord de St Seine) : école-musée ouvert(e) le 17
  • St Seine l’Abbaye 1ère ville-étape : 2 circuits de découverte du parc Eolien et des paysages (circuits Tramontane 15km et Foehn 32km) à parcourir à VTT, mais peut-être aussi en vélo de route à pneus pas trop fins ? Camping municipal: ouvert, tarif 2011 : nuitée à 5,20€ (adulte 2,70€ + 2,50€ électricité)

2ème jour

  • St Germain Source Seine : source de la Seine. A 5km, lavoir du XIXème (point de départ du circuit des lavoirs)
  • Salives (en allant vers Grancey le Château) : autre lavoir remarquable du XIXème au pied d’une falaise, donjon de l’an Mil et remparts du XVème 
  • Grancey le Château 2ème ville-étape : village médiéval sur un éperon rocheux (comme Venasque-84 ?) porte fortifiée du XIIIème. Hébergement, ça va être chaud (façon de parler !)  : camping municipal fermé et gîte pour groupes complet 
  • Dernière info, la réponse de la mairie de Grancey le Château à mon appel au secours : « Recontactez-nous si vous ne trouvez rien 15 jours environ avant votre venue et on trouvera sûrement pour vous dépanner. »

3ème jour

  • Beneuvre (en allant vers Chatillon) : table d’orientation du Mt Aigu, sur la ligne de partage des eaux atlantique/méditerranée. Ascension uniquement si la route est ouverte en raison de l’altitude et des risques de chutes de neige si le printemps s’avère frais
  • Chatillon sur Seine : visite à un artisan cadreur spécialiste du vélo sur mesure, ville du crémant de bourgogne, musée du Pays du Chatillonnais et Trésor de Vix (non, ce n’est pas ce que Jess a récemment oublié dans le RER)
  • Ste Colombe sur Seine (en allant vers Marcenay) : important ouvrage hydraulique, seul vestige d’une des 1ères usines modernes à l’anglaise (1770)
  • Marcenay 3ème ville-étape : près d’un vaste plan d’eau, haut-fourneau de 1742 qui fournissait en fonte les forges de la région, et Maison du Terroir : artisans et artistes locaux camping ouvert (à partir du 01-05) nuitée : env. 5-6 €

4ème jour


08-03-2012 – Précisions logistiques (merci aux « locaux » : Christine et Quentin) :

Recommandations vélo : rien de particulier, c’est vallonné sans être incroyable, donc un vélo « normal » (mais bien roulant) fera l’affaire.
Début du week end : Jeudi 17 Mai - RdV en gare de Dijon vers 10h30 
(départ Paris bercy > 7h38 - départ de Lyon > 7h20 - départ de Grenoble la veille au soir pour lyon puis départ de lyon à 7h20 avec les lyonnais)
Fin du We : Dimanche 20 Mai - Gare de Montbard 17h30 
(départ pour Paris bercy > 18h06 - départ pour Lyon part dieu et grenoble > 17h53)
Particularités : Attention, le nord côte d’or est un « désert » : les campings/ points de ravitaillements/ bars sont rares (voire inexistants). Prévoir chèques et liquide.
Alimentation et camping :

Jour 1 jeudi férié, Dijon -> Saint Seine l’Abbaye : 
camping avec électricité - petit casino ouvert le jeudi matin - boulangerie fermée l’après midi (pour le vendredi matin : en cours de vérification)

Jour 2 vendredi, St Seine l’Abbaye -> Grancey le Chateau : 
à St Seine l’Abbaye : petit casino ouvert le matin de 8h30 à 12h (mais on sera partis avant 12h)
camping à Grancey le Château : ouvert pour nous mais sans eau chaude ni électricité.
attention ni boulangerie ni commerce de St Seine l’Abbaye à Chatillon : le coeur de la haute Côte d’or, la France profonde quoi

Jour 3 samedi Grancey -> Marcenay : 
Passage samedi après midi par Chatillon sur Seine : intermarché, boulangeries, bars. faire les courses pour le soir + lendemain
camping à Marcenay (15 km de Chatillon) : electricité, salle couverte de lecture… le grand luxe quoi

Jour 4 dimanche Marcenay -> Montbard : 
passage par Luceney le Duc au km 34 : boulangerie (en cours de vérification)
passage par Alise Ste Reine (Alesia) au km 47 : au muséoparc, sandwicherie de 11h à 15h et restaurant (« pause gourmande » après 14h) jusqu’à 16H30
au km 50 (après le déjeuner) passage par Venarey : aucune boulangerie ouverte après 13h et super U fermé le dimanche. 

Fin à Montbard : dimanche soir tout est fermé sauf le bar/ hotel en face de la gare

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

Ludions par vaux et plateaux

Posté par Jean-Jacques le 1 novembre 2011

La balade « Ludions par vaux et plateaux » commence pour moi un peu avant 7h quand, ayant oublié de le faire la veille, je sors tirer quelques billets du DAB de mon secteur… qui s’avère vide ! « On » m’en voudrait ? La petite balade pédestre jusqu’au centre-ville me permet de constater que les voitures sont couvertes d’une couche non pas de givre mais de glace : ça donne le ton, hivernal, du départ.

Bien que non sponsorisé (à mon grand regret) c’est vêtu de ma tenue DKT hivernale (blouson membrané et cuissard long à bretelles) que j’arrive à peu près à l’heure au pied de la statue de Charlemagne devant N.D. de Paris où m’attendent Arofarn, Ensellecowboy et Satory notre G.O.

Nous enquillons la montée de la rue St Jacques, puis la N20 pour rejoindre le château de Sceaux noyé dans la brume. Nous y retrouvons MichelH et un sympathique ami. (dont je n’ai pas retenu le prénom)

p2210110921chateausceaux.jpg

La balade commence vraiment. Après avoir traversé un petit bout du vaste parc, la longue montée le long l’arboretum de la Vallée aux Loups à Châtenay-Malabry nous donne un avant-goût de ce qui nous attend. Heureusement, après la traversée de la forêt de Verrières puis la descente d’un beau toboggan bétonné la route redevient plane, puis serpente en corniche surplombant une vallée semble-t-il, mais la brume tenace ne nous en laisse rien voir. Nous remarquns tout de même l’entrée de la maison littéraire de Victor Hugo, « Les Roches ».

p2210110952tobogganbton.jpg

La route plonge ensuite dans le creux de la jolie vallée de La Bièvre d’où il faudra ressortir en montant vers le plateau de Saclay par une belle route en pente bien raide… où je mets pied à terre au milieu pour faire une pause salvatrice. Ce n’est pas le cas du TGV du club de Triathlon qui nous dépasse en trombe au moment où nous débouchons sur le plateau. « Pile à l’heure » nous informe Satory qui les a rencontrés lors de ses 2 repérages.

Le temps est calme, pourtant un petit courant d’air souffle quand même sur ce plateau. L’horizon se perd dans le brouillard, Satory nous parle tours d’essais de boosters pour fusées, CEA, accélérateur de particules (qui aurait été bien utile dans la côte que nous avons gravie), polytechnique, etc. Après quelques zigzags nous arrivons au rond-point du Christ de Saclay où nous attend une flamboyante Jess en polaire rouge vif et casque boule Girly au possible : un vrai chaperon rouge ! Mais le loup aurait du mal à la coincer : sur son CRS à éclairage teuton (nabendynamo, taglicht, standlicht) et grâce à sa toute nouvelle cassette 11×32 elle prend la tête de la troupe en compagnie de Satory.

p2210111030christsaclay.jpg p2210111037saclay.jpg

Nous roulons entre l’étang vieux et l’étang de Saclay sur une route en jetée. Sur la partie droite, une compagnie d’oies (ou de canards vraiment balaises) semble attendre le soleil pour prendre son envol vers des cieux plus cléments.

Nous arrivons enfin, toujours dans la brume, dans des contrées plus verdoyantes et vallonnées, mais sans excès. Un café providentiellement ouvert à l’entrée de St Rémy les Chevreuses nous permet une bienvenue et agréable pause café-chocolat chauds, renouant ainsi avec l’esprit de la halte au « Bienvenu » du « 100 bornes de chez Gégène » en février 2010, la pluie et le vent en moins.

p2210111051chevaux.jpg p2210111124pausecaf.jpg

C’est l’occasion de faire un point sur la route qu’il nous reste à parcourir, parler relief de la région, évoquer le destin tragique et bétonné de la Bièvre dont le nom aurait donné le nom anglais du castor, découvrir un magnifique carreau de céramique illustré judicieusement placé au dessus des WC afin de rappeler avec un humour… comment dire… très franco-français, à Messieurs les Hommes qu’il faut viser avant d’œuvrer en position debout : subliminalement parlant, cela pourrait inciter les plus réceptifs à s’asseoir …

p2210111201dpartdestrmy.jpg

Un fois sortis, nous découvrons que le soleil semble vouloir se décider à percer la couche de grisaille et c’est le cœur joyeux que nous pédalons vers le château de Breteuil sur une piste cyclable… très moyenne, après avoir salué Arofarn parti réguler le bon fonctionnement des réseaux d’eaux de ruissellement franciliens. Nous verrons d’abord de l’autre côté de la vallée le Château de la Madeleine avant de nous engager, sur la gauche, dans la montée vers le plateau en direction de Choisel. Au pied de cette montée, 2ème vraie difficulté de la balade, nous passons devant les anciens locaux de la « pompe à incendie » puis la clairière de la fontaine St Paul.

p2210111220pompeincendie.jpg p2210111222fontainestpaul.jpg

Arrivés au sommet, nous faisons une pause bien méritée qui se prolonge un peu à cause de la crevaison de mon pneu AR. Après épilation des éclats de silex et vérification que l’intérieur est nickel, je monte la CAA de secours et la gonfle à l’aide de ma pompe CVFM en carbone (39g) sortie comme par magie de la sacoche de guidon, suscitant l’admiration (enfin !) de mes comparses.

A partir de là, la route qui nous mène au château de Breteuil puis au lieu du pique-nique est un vrai régal et le plaisir que l’on éprouve à la parcourir est accentué par la douce lumière du soleil automnal qui perce enfin.

Le grand soleil enfin arrivé, nous pique-niquons dans la forêt de Rambouillet aux Vaux de Cernay un peu à l’écart d’une route pas encore fréquentée par les meutes de motards : c’est quand le soleil sera vraiment bien installé que nous en verrons quelques uns. En revanche, de nombreux cyclistes, dont certains remarquablement bariolés de manière uniforme, assurent le spectacle.

Nouvelle discussion au cours de laquelle Jess avoue avoir hésité avant de renoncer à emmener un morceau d’andouille de Guéméné (parce qu’il y en aurait quelques unes autour de la table ?) Satory nous parle de GPS ellipsoïde (ou un truc du genre, une histoire de rotondité qui n’a rien de sexy). Nous trinquons grâce et à la santé d’Oliver Pool en débouchant sa bouteille de Leffe que j’avais conservée du vélopot à la Bibliothèque Nationale, dégustons la salade nordique de pomme de terre au haddock fumé préparée par Satory, résistons aux attaques de glands : sois rassuré(e) ami(e) lecteur(trice) ce ne sont pas des scootards ou scooteurs en furie, mais ceux qui tombent des chênes qui surplombent la table.

Nous repartons vers St Rémy en faisant une boucle passant par Auffargis qui, après une montée sinueuse et encaissée à l’abri d’une glissière de sécurité en béton, nous fera emprunter une belle voie mixte piétons-vélos, la piste des Maréchaux (rien à voir avec son homologue parisienne) d’abord rectiligne à travers champs, puis sinueuse et couverte d’un tapis de feuille dorées à travers bois. Elle longe parfois le bord escarpé d’une vallée, notamment une ancienne carrière reconquise par la végétation.

Après une courte pause devant le château de Dampierre (merci Jess) le groupe se scinde en deux groupes égaux : Jess, MichelH et son ami rentrent en RER, Ensellecowboy, Satory et moi continuons vers la montée des 17 tournants, Guyancourt, Versailles, etc.

La montée des 17 tournants – qui n’en compte que 15 – n’est pas très longue (un peu plus d’1 km) mais me rappelle certaines routes montant vers les crêtes des Vosges. Au passage, je remarque que la borne kilométrique au pied de la montée porte le chiffre 17 : lui aurait-elle donné son nom ?

Je réussis à grimper d’une traite, Ensellecowboy dans ma roue… Satory, avec son démoralisant air de rien, nous a collé comme d’hab. 200m dans la vue et mouline au ralenti en attendant qu’on le rejoigne. Puis nous bifurquons à droite afin de voir de près, et d’en haut, le château de La Madeleine qui nous offre une vue panoramique sur la vallée de Chevreuse.

Ensuite, nous traversons l’extrémité occidentale du plateau de Saclay que nous quittons en plongeant dans une route sans issue… et pour cause : dans le bas d’un sévère raidillon, une rangée de bons gros séparateurs de chaussée en béton (vous savez, pour les travaux longs et lourds) forme une barrière que l’on ne peut franchir qu’en roulant tout près du bas côté ! J’imagine la scène de nuit, heureusement ils sont blancs !

Pour remonter (ça vous étonne encore ?) de l’autre côté du val, nouvelle côte au pourcentage respectable. Je crois aussi que la fatigue commence à se faire sentir. J’y mets pieds à terre pour franchir les 2 derniers virages en poussant N°1. Nous arrivons en vue de Guyancourt et de « la ruche », c’est-à-dire l’immense technocentre Renault (vous savez, celui de la pub où les ingénieurs se penchent sur l’origine d’un boulon tombé d’une voiture pendant une révision)

Nous traversons la calme et caste zone du camp militaire de Satory (ce nom me dit quelque chose) où nous sommes dépassés par la berlinette Renault jaune vif que nous avions croisée peu de temps avant. En coupant par une Z30 dans des casernements de gendarmerie, n’ayant pas encore sombré dans une semi-inconscience robotisée (pédaler… pédaler… plutôt mourir qu’abandonner) j’ai la lucidité de remarquer un agréable syndrome hellbornien.

Nous arrivons à Versailles, passons au pied de la gare eifelienne puis de l’Hôtel de Ville en travaux (très belle bâche) et en sortons par une piste cyclable aussi raide, si ce n’est plus, que les pentes d’accès au Tunnel du Bois Clair, sur la Voie Verte Chalon/Saône -> Mâcon. Comme c’est visiblement la seule place qui restait après le tracé de la 2×4 voies que l’on surplombe, le cycliste de base fait comme moi : pieds à terre et merci quand même. Mais c’est la seule façon de rejoindre Paris sans avoir à se battre encore contre du relief : on a eu notre dose (moi c’est sûr !)

Puis c’est la rencontre des sympathiques Vélizienne et Houarn et de deux gnomesses pleines de vie au pied de magnifiques cèdres : avec celui de Meudon la Forêt, il semble que ce soit l’arbre symbole du coin ! Petit papotage puis c’est reparti face au petit vent frisquet qui joue désormais contre nous.

Après être passés devant cet autre temple de la technologie qu’est le siège de Bouygues télécom, nous prenons malgré tout le temps de contempler Paris depuis la trouée de la côte de Chatillon en travaux pour cause de tramway, une dernière photo d’une curiosité architecturale locale et c’est la plongée vers la porte d’Orléans où nous arrivons à 18h50.

Un grand merci à Satory ainsi qu’à ceux qui m’ont attendu lorsque je trainais pour prendre un cliché. Quant aux étangs de François Hollande ils n’ont qu’à bien se tenir : je suis sûr qu’ils seront le but d’une autre randonnée.

Au final, voici le parcours définitif

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

Découverte du Morvan et du Nivernais

Posté par Jean-Jacques le 13 juillet 2011

Pour ce pont de 4 jours du 14 juillet 2011, qui s’annonçait radieux mais que les prévisions météo nuancent de plus en plus, j’avais prévu de faire une boucle cyclotouristique de découverte du Nivernais et du Morvan : Auxerre > Panneçot (par la voie verte le long du canal du Nivernais) > lac-réservoir de Pannecière-Chaumard > lac des Settons > Saulieu > Montbard

Compte tenu des prévisions météo justement (précipitations et vents)  j’ai décidé d’inverser le sens de ce parcours qui devient « découverte du Morvan puis du Nivernais » afin de commencer par la traversée du Morvan, qui promet d’être « vallonnée », et finir par la voie verte car j’en aurai peut-être plein les guibolles, qui plus est sous la pluie ou les averses depuis la veille !

Les liens vers les 4 étapes :

Revue des troupes :

  • carte routière régionale du Bibendum indéchirable et insensible à la pluie ? oui
  • de quoi manger demain (déjeuner et dîner) car on sait jamais dans ces contrées reculées de province un 14 juillet ? oui (fruits et fromage inclus) manque plus qu’un ou deux paquets de biscuits secs pour pauses énergétiques et un pain
  • flacon de gel douche/ shampoing/ lessive/ liquide-vaisselle/ savon pour les mains ? oui
  • paquet de lingettes humides/PQ parce que ça essuie mieux que du simple papier et que j’aime avoir le fondement qui brille tel une LED de phare performant ? oui
  • billet pour le TER Paris-Bercy -> Montbard de demain matin 7h20 ? ce soir en sortant du boulot
  • carte de réduction Bourgogne Liberté ? oui, achetée avant-hier, rangée dans la sacoche de guidon (= 50% de réduc’, y compris depuis ou vers Paris !)
  • préparation bagages et vélo ? ce soir avant de dormir, en essayant d’alléger car je suis tendance CULTE (Cyclocampeur Ultra Lourd et TEtu) certain(e)s cyclocampeurs(euses) de ma connaissance adeptes du voyager léger estimant d’ailleurs qu’il y a des coups de pied au culte qui se perdent…
  • vélo à démonter et emballer ? non car il voyagera entier, pas comme dans le TGV, merci le TER ! “TER, le train qui va vous plaire !”
  • billet SNCF La Barre-Ormesson – Paris-Nord ? en sortant du boulot ou à Paris-Bercy car Enghien – Paris par la route c’est pas top quand on est chargé

Compte-rendu un peu tardif (nous sommes le 26-09 !) sans photo car mon fidèle smartphone commençait à donner des signes de fatigue côté APN :

La route de Montbard à Saulieu, large et sans difficulté, est aisément parcourue. J’y traîne d’autant moins que, passé Semur en Auxois où je me suis arrêté pour acheter du pain, sur les bas côtés quelques stèles composées d’une photo et de fleurs parfois défraîchies laissent deviner que pour certain(e)s la vie n’a pas été un long fleuve tranquille. Heureusement les quelques voitures qui me dépassent le font largement et je ne me suis jamais senti en danger.Arrivé à Saulieu, je passe devant un joli restaurant accueillant mais complet : tant pis, je déjeunerai donc sur un muret au soleil du repas froid que j’avais prévu.

Rassasié, je trouve sans peine la route du lac des Settons. Elle monte, mais pas trop, me fait parfois le plaisir de redescendre pour mieux monter à nouveau : visiblement, je me dirige vers une sorte de château d’eau naturel. Je longe des plantations du Père Noël : une partie des sapins serrés les uns contre les autres se retrouvera sans doute en Ile de France, perpétuant en quelque sorte la tradition abandonnée du flottage du bois de chauffage vers Paris.

Le paysage est très vert : bois, forêts, quelques prairies et peu de voitures viennent troubler ma balade.

Après une ou deux pentes un peu plus raides que les autres, il me semble d’ailleurs qu’elles ne sont pas forcément là où la carte les indique, j’arrive en vue du lac des Settons et, un peu fatigué je le reconnais, je m’arrête dans le 1er camping venu. C’est le Camping*** de la Plage, avec piscine, quasi complet : le placier (quel luxe !) m’indique mon emplacement où je m’installe rapidement.

Comme il est relativement tôt, après m’être reposé je décide de partir faire une boucle afin de découvrir le saut de Gouloux (via les hameaux ou lieux-dits Petit Jean et Le Gros Louis) : un petit cours d’eau, le Caillot, y saute une faille rocheuse et le bassin au pied de la cascade servait de lieu de stockage pour le bois de flottage. Un parcours pédagogique explique très bien tout ça et un peu plus même. C’est aussi à Gouloux que l’on trouve un sabotier, dont je n’ai pas visité l’atelier. Au retour, je passe devant un camping municipal qui me semble bien plus sympathique que celui où je me suis installé sans trop réfléchir.

De retour au camping, après dîner et une promenade pédestre, je passe une fraîche et bonne nuit malgré le bruit que font les voisins : vive les petits campings d’habitués couche-tôt !

Au réveil vers 7h, la tente et l’herbe sont couvertes d’une telle quantité de rosée qu’on pourrait croire au déclenchement nocturne d’un arrosage automatique. Je prends donc tout mon temps pour me préparer afin de laisser la tente sècher avant de la plier.

Je pars en empruntant la sinueuse route touristique sud, très agréable qui longe sous les arbres la rive du lac. Je la quitte pour monter vers La Gutteleau. De là une looongue descente me mène rapidement au pied d’Ouroux en Morvan, joli village qui surplombe le lac de Pannecière et fut un des hauts lieux de la Résistance pendant la 2de Guerre mondiale.

D’Ouroux en Morvan, la route plonge littéralement vers le lac-réservoir de Pannecière-Chaumard, alimenté par deux cours d’eau, l’Oucière et l’Yonne. Voilà une route que je n’aurais pas aimé monter chargé. Depuis les rives du lac, la route est vallonnée, plutôt descendante et je me rapproche rapidement de Château-Chinon, croisant des cyclosportifs visiblement partis pour l’ascension des pentes que je viens de dévaler.

Surprise, Château-Chinon est une ville perchée dont l’accès se fait par une looongue montée depuis la vallée de l’Yonne. Heureusement, la perspective de la pause déjeuner me réconforte. Après un petit tour rapide à l’Office du tourisme pour obtenir la liste des campings des environs, je m’attable à la terrasse ensoleillée d’un restaurant pour m’offrir un repas simple mais roboratif.

Ma prochaine étape sera donc Moulins-Engilbert, son camping municipal et son écomusée du Morvan. J’y arrive assez facilement puisque ma montée jusqu’à Château-Chinon est récompensée par des routes globalement en descente. Je dois même veiller à modérer mes ardeurs sur ces petites routes calmes : virages avec gravillons, engin agricole croisé au détour d’une haie (heureusement que je ne me suis pas retrouvé face à lui dans un virage)

Un peu avant Moulins-Engilbert, je longe l’étang d’Escame et son camping… le long d’une route blanchie par le passage des camions sortant d’une carrière. Je trouve le minuscule camping municipal à côté du gymnase : une vingtaine d’emplacements dont seuls quelques uns sont occupés.

Arrivé tôt, j’en profite pour découvrir cette petite ville et visiter le très intéressant écomusée du Morvan et du Charolais.

Le lendemain, après avoir réglé la note de ma nuitée je prends la direction du canal du Nivernais qu va me conduire à Auxerre. Le chemin de halage goudronné en très bon état me permet de pédaler bon train mais certaines portions trop rectilignes finissent par devenir ennuyeuses.

J’arrive vite au lac de Baye qui alimente le canal que l’on doit quitter car il passe sous la « montagne » de Collancelle par les « voûtes de la Collancelle », trois tunnels successifs de 758 m, 268 m et 212 m de longueur. La route monte au sommet puis longe la profonde tranchée au fond de laquelle passe le canal. C’est ensuite que l’on réalise être passé par le point haut du canal, lorsqu’on descend le long de l’ échelle à bateaux de Sardy les Epiry : 16 écluses qui se succèdent les unes aux autres comme les marches d’un gigantesque escalier. A vélo, attention aux « gendarmes couchés » avant chaque écluse : ils rappellent sèchement qu’il faut ralentir.

J’arrive ensuite assez vite au camping de Clamecy alors que la météo s’est dégradée : à peine la tente montée, une petite pluie se met à tomber. C’est le week-end de la fête du flottage : produits régionaux,  stands associatifs, maquettes de « train de bois flotté », expo photos…

Lorsque je repars de cette agréable ville, c’est en longeant l’Yonne. L’itinéraire cyclable passe le long d’une grosse usine, la SPCC, qui connut ses heures de gloire dans la carbonisation du bois et l’exploitation des produits chimiques dérivés (ne me demandez pas ce que c’est) détrônés par les produits dérivés du pétrole. Elle fait désormais partie du groupe Rhodia.

Cet itinéraire « dit cyclable », en fait une sorte de chemin de service constitué de nids de poule et de caillasse, met mon vélo à rude épreuve et je regrette de m’être engagé dessus. Heureusement, c’est moins long que cela ne le parait et je retrouve vite l’agréable chemin de halage.

Le canal sinueux est moins monotone que la veille,  et le point d’orgue de cette étape reste l’arrivée aux spectaculaires Rochers du Saussois.

L’arrivée aux abords d’Auxerre est, comme trop souvent, déroutante. Le balisage, impeccable jusque là, disparaît et seule ma carte me permet de trouver ma route : il semblerait que toutes les communes traversées ne soient pas décidées à jouer le jeu ? Je rencontre d’ailleurs un couple d’un certain âge (pour ne pas dire d’un âge certain) qui, sur des vélos de location, est complètement désorienté et n’arrive pas à retrouver son chemin vers Auxerre : je le leur indique sommairement et poursuis ma route sans m’attarder car nous ne roulons visiblement pas à la même allure et j’ai la contrainte d’un train à prendre.

C’est dommage car le trajet jusqu’à Auxerre même est agréable. Je trouve facilement la gare mais comme il est encore tôt, je profite du soleil revenu pour visiter cette jolie ville que j’avais connue lors des deux mois de « classes » de service militaire effectués au CIGA (Centre d’instruction des gendarmes auxiliaires)

Pour conclure, un agréable périple gâché par deux points de détail : le contournement de Clamecy et l’approche d’Auxerre.

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | 2 Commentaires »

Enghien Dieppe et retour en cyclocamping

Posté par Jean-Jacques le 10 juin 2011

« A chacun son Everest » comme le dit une célèbre association. Le mien, c’était de faire Enghien > Dieppe et retour en cyclo-camping et autonomie totale.

Après avoir reconnu le trajet Enghien > Beauvoir-en-Lyons, tout près de Forges-les-Eaux, je suis fin prêt et la météo aussi en ce week-end de l’Ascension. Comme à mon habitude, je me lève tôt et c’est avec 20mn d’avance que je me pointe à la gare afin de prendre le train pour Méry-sur-Oise. J’hésite quelques instants avant de me dire qu’après tout, n’ayant pas à faire l’aller et retour dans la journée, je peux bien partir à vélo.

Bonne surprise, les portions de chaussée les plus dégradées par les deux derniers hivers semblent avoir été refaites et je peux rouler sans ennui jusqu’à Méry-sur-Oise puis Auvers où je coupe à droite après le pont sur l’Oise afin d’éviter une première bosse : je ne roule pas à vide !

Dans la vallée du Sausseron, 1ère pause pour remplacer par un léger polo à manches longues la veste membranée qui me tient trop chaud. Un cycliste passe devant moi. C’est dans la longue montée après le hameau de Messelan que je le rattrape et dépasse, un peu étonné. Puis en débouchant sur le plateau du Vexin, je vois sur le bas côté une feuille morte ou un chiffon agité par le vent. Ah non ! C’est un petit écureuil roux qui ne détale que lorsque j’arrive à sa hauteur. Sympa !

A l’entrée de Berville, je consulte ma carte routière pour vérifier si, en tournant à droite, je peux rejoindre facilement la D923 afin d’éviter la montée plutôt raide vers le centre du village. Au moment où je remonte en selle un cycliste me double en s’excusant de m’avoir éventuellement gêné. La route part en légère montée plus ou moins face au vent et il me largue sans peine. Ce n’est que bien plus loin, vent dans le dos en direction de Gisors, que je le double à mon tour avec un joyeux « Bonne balade ! », un peu revanchard je le reconnais (je sais, c’est pas bien… mais ça fait du bien !).

Arrivé à Gisors, après une pause expresso, je décide de passer par la D14. D’après ma carte, elle semble touristique puisque bordée d’un trait vert. Bof… Mais après un bref mais sévère raidillon, le franchissement du plateau vers la D17 et le val de la Lévrière me donne l’occasion de constater les dégâts de la sècheresse : certains champs, comme éclaboussés d’eau de javel, sont mités par de grandes tâches jaunâtres de végétation qui aura du mal à arriver à maturité.

Je fais ma pause déjeuné à Bézu-la-Forêt, minuscule village dont je n’avais pas remarqué la beauté lors de mon précédent passage.

Un peu avant, j’ai eu une petite frayeur. Après une pause pipi, j’entends « psschhh… » en repartant. Je maudis le mauvais sort, pensant devoir défaire les bagages afin de pouvoir retourner le vélo pour réparer la crevaison. Heureusement, au premier coup de frein, « pschitt ! » la feuille morte coincée dans le frein avant s’éjecte. Je poursuis alors ma route en souriant car j’ai en tête la scène de la fausse crevaison collective dans « La vache et le prisonnier ».

Le ventre plein sans excès, je rejoins la forêt de Lyons par de petites routes calmes. Je passe devant un panneau indiquant « la panne » puis un autre, « la grande panne »… en fait, pas de mauvais présages, juste deux fermes dont l’une est nettement plus imposante que l’autre. Après la ferme musée de Rome, je tourne à droite dans le rue de la Source d’où j’ai une belle vue sur la haute futaie de la forêt. Je n’ai plus aucun doute lorsque j’arrive rapidement devant le chemin forestier qui, lors de ma reconnaissance, m’avait conduit à la fameuse source avant de m’égarer quelque peu en hors piste.

Je débouche sur une route forestière, prends à gauche puis de suite à droite et… ouch ! Je ne me rappelais pas ce petit raidillon dissimulé dans l’ombre : très bref mais dur à passer car j’arrive dessus quasiment sans élan. J’enchaîne avec une dernière route forestière avant de déboucher sur la petite D241 qui monte vers Beauvoir-en-Lyons.

Arrivé à la hauteur du panneau « arbre remarquable – hêtre de la Bunodière » je décide d’aller y voir de plus près puisque, après tout, j’ai le temps. Je m’engage donc à vélo sur un sentier, plutôt une sente que ronces et orties commencent à envahir faute d’entretien et/ou de passage. Je fais demi-tour lorsque je constate que les hêtres en question, des hêtres « pied d’éléphant », mutation génétique spécifique à ces arbres hauts-normands, ressemblent fort à ceux que l’on voit en forêt de Halatte par exemple et que celui de « La Bunodière » est je ne sais où.

En débouchant du sentier, j’ai la surprise de rencontrer un cycliste. A vrai dire, c’est plutôt lui qui est stupéfait de voir sortir du bois un cyclo-campeur sur un vélo de route surchargé. C’est un retraité d’Argenteuil (ville où j’ai habité et travaillé de nombreuses années : le monde est petit !) cycliste de longue date. Suite à des problèmes de santé il prend désormais la voiture pour sortir d’Ile-de-France afin de parcourir à vélo les nombreux itinéraires balisés de Haute Normandie, région dont il ne se lasse plus… de même que de ses bistrots, auberges, gargotes improbables et leurs clients. Il a semble-t-il fait partie de la fédération de cyclotourisme. Mais il l’a abandonnée car ses membres ne seraient intéressés que par  « tailler la route sur les départementales roulantes », pas par musarder sur les petites routes de campagne ou des circuits touristiques.

Je le quitte après que trois cyclistes soient passés. Je les rattrape dans la montée vers le plateau de Beauvoir-en-Lyons. Après les avoir suivis une centaine de mètres, je constate que j’ai un rythme de pédalage plus vif stimulé par l’envie d’arriver à Forges-les-Eaux, toute proche maintenant. Je les dépasse donc peu avant de sortir de l’abri de la forêt pour affronter le vent de Nord-est. Je remercie mon vélo d’être équipé d’un cintre « course », pense à Clément qui va faire demain son brevet de 600km, indispensable à son inscription pour Paris-Brest-Paris, et lui tire d’avance mon chapeau.

Arrivé au hameau des Bas-Routeux, je coupe droit devant par une étroite rue bordée de haies impénétrables. Un chat, surpris par mon arrivée, ne peut les franchir et se voit dans l’obligation de détaler devant moi tel un Christophe Lemaitre félin jusqu’à ce que le portail d’une maison lui permette enfin de s’échapper.

Je résiste à la tentation de vérifier si la boulangerie près de l’église de Beauvoir est ouverte, passe devant l’entrée d’une ferme où un âne semble attendre stoïquement je ne sais quoi, puis, sur les conseils du cyclotouriste rencontré en forêt, m’engage dans la longue descente vers Hodeng-Hodenger. De là, la route devient quasiment plate jusqu’à la longue mais faible montée vers Forges-les-Eaux.

Le camping, bien signalé, est juste à gauche à l’entrée de la ville et tout proche de la voie verte. C’est un camping * municipal et familial à l’ancienne, au tarif imbattable (4,10 € la nuitée, taxe de séjour comprise), avec des installations un peu désuètes mais une ambiance conviviale d’habitués qui regardent défiler les clients de passage. Bien que l’après-midi soit un peu avancée, je découvre le gérant dans une grande tablée devant un mobil-home qui n’a plus grand-chose de mobile. C’est un solide normand à la moustache de gendarme d’image d’Epinal.

Il me laisse m’installer où bon me semble « On aura bien le temps de régler la paperasse d’ici ce soir », ce qui me permet de choisir un emplacement qui n’en est pas un mais offre l’avantage d’être aéré, à l’ombre et sur une pelouse moelleuse.

Après m’être installé, je constate en revenant de la douche qu’un autre cycliste a planté sa tente de bivouac à proximité de la mienne. Son vélo est un VTT « Specialized » à fourche suspendue et gros pneus auquel est attelée une remorque mono roue. C’est Jason, un jeune et solide anglais qui en a bavé pour venir de Rouen avec le vent de face. Il me confie que son vélo aurait besoin d’une réparation car affecté par du « bobeling » (ou bobbling ?) avec un petit geste de la main : une roue voilée ? Je lui réponds par un « ah… » pouvant soit laisser supposer que j’en connais long comme d’ici à Pékin sur le bobeling, soit être un aveu d’ignorance, et comme je ne donne pas suite à sa proposition implicite d’aide…

Le soir venu, en faisant ma vaisselle, je rencontre un habitué qui me confie qu’il imite si bien le chant des pigeons turcs (si, si, ça existe) et des sansonnets qu’ils lui répondent et s’approchent de lui. A mon grand regret, je ne pourrai pas le vérifier.

Après une bonne mais fraîche nuit (le vent !) je repars de relativement bonne heure sans que Jason ait montré le bout du nez : j’espère qu’il aura pu récupérer de ses efforts de la veille car s’il continue jusqu’à Calais il n’est pas sorti de la berge ! Je m’engage sur l’avenue verte que j’avais repérée la veille. Le départ n’offre pas la meilleure image : devant l’ancienne gare, un espace caillouteux où les circulations des automobiles et des vélos ne sont pas définies. Résultat, outre la crainte de crever sur un éclat de silex, pour accéder au couloir cyclable menant à l’avenue verte on peut être gêné par des voitures stationnées en rang trop serré.

Au bout d’une longue courbe montante ombragée et après deux virages en épingle et une chicane anti 2 roues motorisés (tandems et vélos avec attelage attention : manœuvre délicate) je traverse la route menant à Neufchâtel-en-Bray et au Tréport avant de rejoindre la « vraie » avenue verte à la sortie de Forges.

Elle est bien aménagée, son passé est rappelé par de nombreux signaux ferroviaires qui ont été conservés (excellente idée !) et les traversées des nombreuses petites routes de campagne sont parfaitement signalées sans pour autant être compliquées par des chicanes mal venues (pour les tandems avec remorque par exemple : j’en ai croisé 2). Par ailleurs, lorsque d’anciennes gares ne sont pas aménagées, des lieux d’accueil se sont créés ou sont en cours d’aménagement.

Seule précaution à prendre : en traversant Neufchâtel-en-Bray, faire attention aux bordures de trottoir. Bien que biseautées, elles présentent une hauteur qui, ajoutée au caniveau, m’a fait craindre la crevaison par pincement de la chambre à air : pneus bien gonflés et roulage au pas conseillés. Consciemment ou par ignorance ou négligence, le concept de « vue à zéro » n’a pas été appliqué.

Le vent, de côté ou de ¾ arrière, et les faux plats descendant me font parfois atteindre des pointes jusqu’à 40 km/h ! Mais je ralentis bientôt le rythme car j’ai du poids à emmener. Malgré tout, j’arrive rapidement à St Aubin-en-Caux d’où je rejoins Martigny par la D154 car je ne suis pas sûr que le camping des 2 Rivières soit bien indiqué depuis l’avenue verte. La personne à l’accueil me le confirmera : arrivé à la hauteur de la petite cuve hors sol d’une station d’épuration, facilement repérable à la puissante odeur qui s’en dégage, il faut s’engager dans la base nautique et franchir un portail sur un pont.

En fait, il est situé tout près d’Arques-la-Bataille dont les ruines du château se dressent sur une colline proche. C’est un camping *** municipal installé entre deux rivières, ou deux bras du même cours d’eau, dans une petite vallée plate royaume des étangs : base de loisirs et pêche. J’ai le plaisir de me voir offrir un autocollant, un stylo bille et un plan de l’avenue verte : bonne idée pour sensibiliser ceux qui ne la connaitraient pas.

Là aussi, on me permet de m’installer où je veux, « derrière la salle de jeux par exemple, il y a un saule pleureur qui vous offrira de l’ombre toute la journée ». En effet, les platanes des parcelles ayant bénéficié d’une taille sévère, ce n’est que l’an prochain qu’ils donneront un peu d’ombre.

Mais la proximité de la salle de jeux ne me séduit guère et je préfère planter ma tente derrière les bâtiments de l’accueil, au pied d’un grand noyer, sur une digue bien ombragée dominant un petit cours d’eau d’où je suis quasiment invisible des autres campeurs.

Repas de fête pour ce midi un peu passé : une copieuse portion de « paella de la mer », un demi Pont l’Evêque fermier, une banane, achetés à Arques-la-Bataille chez « Entre terre et mer », et, de la boulangerie d’à côté, une baguette Polka et un « pépito », appelé en Île de France « brioche  suisse ». Pendant que la paella chauffe, je fais quelques pas et tombe sur une belle couleuvre qui serpente tranquillement dans l’herbe haute du talus. Ce ne sera pas le seul animal que je verrai pendant mon séjour : une poule d’eau, un petit oiseau vif au chant mélodieux, un ragondin trop furtif pour avoir pu le photographier et des poissons de taille respectable dont j’aurai un mal fou à tirer le portrait à cause des reflets sur l’eau.

Rassasié, je peux envisager de partir à la découverte de Dieppe. Je choisis de m’y rendre par la route de Martin-Eglise, qui fait visiblement le tour d’un estuaire comblé par les alluvions et le long de laquelle je remarque une sympathique gargote faisant aussi hôtel.

J’arrive à Dieppe par son côté ouvrier : des maisons de ville en brique rouge sombre, comme clonées, collées les unes aux autres, et débouche du côté de l’embarquement des ferries. Plutôt que de prendre la route qui monte vers le haut des falaises avec le vent de face, je vais jusqu’au bout de la zone d’embarcadère marcher sur un sentier qui surplombe la grève. Je ne peux aller bien loin, vite stoppé par un à pic, mais la balade me donne un aperçu de la flore sauvage locale.

Je reviens ensuite, par des ponts levant (levis ?) et une rue de ceinture du port très animée, sacrifier au rite de visite de la jetée, colonisée par les pêcheurs à la ligne qui jouent les équilibristes perchés sur les murs en plein vent. Tout au bout, la mouette appointée par l’office du tourisme permet à mon téléphone portable de réaliser une photo digne d’un chasseur d’images. De retour sur la promenade du front de mer, je m’offre la spécialité Dieppoise, une glace « américaine » : 3 boules dans un cornet, « chantilly », coulis (3 parfums au choix) et petits vermicelles de toutes les couleurs !

C’est donc en complète harmonie avec mon environnement que je vais faire une petite bronzette sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés… de galets, en regardant quelques surfers tenter de prendre les vagues : la faible distance entre la ligne de formation des rouleaux et la plage leur laisse peu de chances d’arriver à quelque chose de correct.

Je vous passe les clichés : le vent du nord, la couleur émeraude, l’écume sur la crête des vagues, la houle profonde, le ressac incessant, les travailleurs de la mer rentrant au port, les cris déchirants des mouettes, etc.

Je rentre au camping après avoir grimpé la côte de la route menant au château-musée et vers les falaises au sud-est de la ville : c’est par là que j’ai prévu de passer demain matin. La nuit est bruyante. On dirait que tout ce qui couine, glapis, siffle s’est passé le mot pour s’en donner à cœur joie. Ce n’est que lorsqu’un rapace nocturne pousse soudain un grand cri que tout se calme enfin.

Le lendemain, à 8h30, je suis en route pour mon circuit « découverte du Pays de Caux » :

Dieppe, Quiberville, le val de Saane jusqu’à Gueures, Hermanville, Bacqueville-en-Caux (d’où j’ai prévu de me rendre directement à Longueville-sur-Scie en cas de coup de mou), Lamberville, St Mards, Beauval-en-Caux, Auffray, Heugleville, Longueville-sur-Scie, St Crespin, St Honoré, Torcy, Martigny.

Je flâne un peu dans le centre de Dieppe, où l’animation de la veille a été remplacée par celle d’un marché, et remarque, outre les nombreux contre sens cyclables, la façon dont une certaine forme d’hôtellerie s’est intégrée dans le patrimoine historique. Je regrimpe ensuite la montée vers la route côtière dont le dénivelé ne s’atténue qu’au niveau des bâtiments d’un immense lycée.

Je suis récompensé de mes efforts non seulement par la découverte que je suis sur un itinéraire classé « euro-véloroute » mais par la descente sur Pourville dans laquelle je ne m’arrête que le temps d’une photo depuis un virage en belvédère. Il me faut ensuite remonter vers Varengeville. Ensuite, la route est plane et j’y croise un petit groupe de cyclos du coin qui me saluent cordialement, après un curieux petit instant d’hésitation car je suis un cycliste hybride : casque à visière (plutôt VTT ça), vélo de route à pneus fins, cuissard, chaussures à cales pour pédales automatiques… mais aussi : rétroviseur de bout de cintre, porte-bagage, 2 antivols (un câble et un U), sweat-shirt non cycliste. Le plus sympathique arbore une superbe moustache en guidon… de vélo digne d’une version cycliste des Brigades du Tigre.

Je bifurque vers le phare d’Ailly. La route ressemble à une allée de parc. Effectivement, il y en a un qui la borde, avec d’énormes buissons de rhododendrons en fleur comme j’en avais vu il y a bien longtemps sur la côte ouest de l’Irlande. Le phare lui-même est une arnaque : il est bien au sommet de la falaise, mais en retrait dans la forêt. Je suis alors un panneau « chemin du sémaphore » puis, en prenant le premier chemin sur ma droite, arrive sur une sorte de balcon naturel, bien qu’ici la falaise ne soit plus à pic mais à moitié éboulée et couverte de végétation.

En repartant, je remarque un sentier dont je sais qu’il aurait tenté nombre de mes connaissances adeptes du vélo hors piste… à moins qu’il ne conduise qu’à des toilettes en plein air ?

Quiberville est un petit village étalé le long de la plage et dont l’activité de port de pêche est attestée par les nombreuses barques chargées de flotteurs surmontés de drapeaux aux couleurs codées. Juste à la sortie, je remarque une curieuse enfilade de petits appartements de location saisonnière, identiques mais chacun peint d’une couleur différente.

La route monte gentiment le long de la Saane. Un peu avant Gueures, un petit château attire mon attention : contrairement aux manoirs et autres demeures de la région, il est entièrement en pierre grise qui renforce son caractère moyenâgeux. Deux cyclos me rattrapent alors : ce sont des pros, des Raymonds (cf. lexique). En effet, ils discutent entre eux sans me saluer, leur tenue noire et grise est identique (cuissard long et maillot cycliste à manches longues), leur pédalier n’a que 2 plateaux, leur roue libre fait un bruit de crécelle et ils montent en danseuse la côte à la sortie du village.

Pour ma part je ferai deux pauses dans cette côte : une pour le refuge pour randonneurs, l’autre un peu plus loin pour photographier le paysage défiguré (vous trouvez ?) par des éoliennes. Cette deuxième pause me donne l’occasion de discuter avec un éleveur de vaches à viande « Moi, la sècheresse ne me nuit pas trop, il reste des pâtures près de la rivière. Mais ceux qui ont des vaches laitières doivent leur assurer chaque jour suffisamment de nourriture pour qu’elles puissent produire. On devrait avoir de la pluie ce soir ou ce week-end, ça va donner un coup de pouce. »

La route du val de Saane est très agréable et semble faire partie d’un circuit cycliste des rivières. De plus, la circulation automobile y est très faible, au moins en cette saison. Arrivé à Bacqueville-en-Caux, la montée vers la ville se fait sur une route où la circulation automobile semble un poil plus intense. Après un coup d’œil sur la carte et compte tenu de ma forme, je décide de continuer vers St Mards et Beauval en Caux. Je ne le regrette pas car Bacqueville vue par en bas vaut le coup d’œil et la suite de la route reste agréable et tranquille.

A la sortie d’Auffray, en direction de Longueville-sur-Scie, j’ai la surprise amusée et partagée de croiser à nouveau « big moustaches » : nous nous saluons gaiement comme deux vieux potes. La route légèrement vallonnée suit le cours de la Scie qu’elle surplombe parfois.

Arrivé à Longueville, je remarque en sortant d’une providentielle boulangerie non seulement l’annonce d’un fête médiévale le 12 juin (anniversaire de
la Normandie : 911-2011)
mais aussi qu’il n’y a pas que les usagers franciliens de la SNCF ou du RER qui ont des problèmes de desserte.

Jusqu’à St Crespin, la route monte progressivement en offrant un paysage étonnant : côté vallée, le plus abrupt, d’immenses sapins évoquent les Vosges, côté amont, plus doux, des hêtres comme en Ile de France. Je débouche ensuite sur un étroit plateau, la route étroite se frayant un chemin au travers d’un immense champ de blé : je me sens tel Moïse traversant la mer rouge.

Après St Honoré, la route plonge en une longue descente sinueuse vers Torcy. Bien qu’en roue libre, j’atteins rapidement une vitesse vertigineuse. La pression de l’air est terrible. Je n’ose pas ouvrir la bouche de peur d’avoir le souffle coupé et que la surpression engendrée ne se transmette à l’autre extrémité de mon auguste personne, donnant ainsi corps au dessin de Geluck qui illustre mon blog. De plus, je mets un point d’honneur à pédaler sans assistance, fut-elle à aéro-réaction.

Torcy, comme d’autres villes normandes, telle Rouxmesnil-Bouteilles à l’entrée de Dieppe, bénéficie d’un aménagement routier destiné à apaiser la circulation automobile : la route décrit des chicanes et les chaussées sont séparées par d’étroits terre-pleins. Et comme ailleurs, bien que roulant à bonne allure, à près de 30 km/h, je ralentis la faible circulation automobile. Pour autant, je ne suis pas mal à l’aise car les quelques automobilistes qui me suivent attendent sans impatience de pouvoir me doubler sans risque. Un peu avant Martigny, un panneau « cueillette de fraises », tel un clin d’œil, me rappelle ma récente balade bourguignonne.

Bien qu’il soit un peu tard, ma balade ayant pris plus de temps que prévu, je prends mon temps pour déjeuner et plier bagages puisque je sais que je rallierai rapidement Forges-les-Eaux.

Le départ est laborieux. En effet, c’est samedi après-midi. L’avenue verte est très fréquentée aux alentours de Martigny, notamment par des piétons et cyclistes du week-end ayant parfois une notion approximative du partage de cette chaussée. Je maugrée intérieurement contre ces familles qui prennent toute la place, se figeant à mon arrivée comme pour tester mes capacités d’évitement, oubliant de dire à leur gamin(e) à vélo que, même sur une avenue verte ouverte à tous, on roule en tenant plus ou moins sa droite.

Quelques kilomètres plus loin, je peux adopter une allure plus soutenue. J’ai le plaisir de croiser toute une bande de cyclistes plus ou moins costumés mais surtout pédalant sur des vélos anciens, voire très anciens. Je remarque notamment un superbe Don Camillo sur son vélo de curé et une cycliste avec remorque mono roue en osier.

Je m’offre quelques pauses gourmandes puisque, régulièrement, des plantations d’arbustes fruitiers agrémentent l’avenue verte : cassissiers et groseilliers (rouges et à maquereaux). Bien qu’ils aient souffert de la sècheresse, ils sont chargés de fruits et je remarque des riverains qui n’hésitent pas à en cueillir de pleins seaux.

Toutefois, je ne traîne pas trop : le temps semble vouloir se mettre à l’orage si j’en crois la chaleur montante et les gigantesques nuages en chou-fleur que je vois grandir à l’horizon.

Arrivé au camping, j’installe ma tente en un temps record (je commence à avoir le coup de main !) et file acheter de quoi assurer mon dîner et le déjeuner de demain. Je dîne tranquillement en contemplant les orages qui semblent vouloir contourner la région puis discute avec le gérant. Il m’apprend que le camping, condamné par une opération immobilière, devrait être reconstruit de l’autre côté de la route, derrière l’aire d’accueil des camping-cars, et passer sous statut privé : si vous voulez profiter des tarifs actuels, dépêchez-vous !

C’est vers 23h que je sens le vent se lever avec les premières gouttes de pluie. Le temps de fixer les haubans de la tente par prudence et l’orage éclate. Ceux qui réclamaient la pluie sont servis, éclairs en prime : le sol en tremble et le compteur électrique du camping disjoncte ce qui déclenche la panique chez les caravaniers.

Le matin venu, je suis bien obligé de constater que, malgré mes efforts pour sécher le double toit à grand renfort de PQ volé aux toilettes, je vais devoir plier ma tente alors qu’elle est encore humide. Un surpoids dont je me serais bien passé !

Le temps est couvert et frais, la pluie a fait ressortir les odeurs : puissante des étables, fraîche de la menthe en passant devant une maison, un peu lourde des coquelicots dans les champs. A Hodeng-Hodenger, un calicot annonce que je vais rater une course de brouettes. Un peu plus loin, dans la montée vers Beauvoir-en-Lyons, c’est un superbe escargot de Bourgogne que je sauve d’une mort certaine en le déposant dans le bas-côté de la route qu’il voulait traverser.

A Beauvoir justement, l’âne est au même endroit et, semble-t-il, dans la même position qu’à l’aller. Puis, après la venelle désormais dite « du chat sprinteur », c’est la descente vers la forêt de Lyons, Rome, Bézu-la-Forêt et Gisors. De St Denis le Ferment à St Paës, je remarque une multitude de peintres et dessinateurs le long de la route : c’est le Festival des peintres initié par le Département de l’Orne. La route de Gisors via la forêt étant fermée en raison des travaux d’aménagement du contournement routier de la ville, je rejoins Gisors par Bézu-St-Eloi et la D148.

C’est à ce moment que la pluie s’invite. J’enfile mon blouson cycliste et teste la housse de protection intégrée à mes sacoches. Elle est parfaite, puisqu’elle couvre non seulement les sacoches mais aussi le barda fixé au-dessus (la tente et les chaussures). Seul reproche, elle est noire et dépourvue d’éléments rétro réfléchissants : de couleur fluo avec quelques inserts de sécurité elle aurait-été parfaite.

La pluie cesse rapidement et c’est à la sortie de Chaumont-en-Vexin que je déjeune le long d’une route transversale. Je m’offre le luxe d’un thé bien chaud et d’une petite somnolence dans l’herbe. Reposé, ayant profité de la chaleur du soleil que je sens percer à travers les nuages, je repars tranquillement. Le temps s’éclairci progressivement, nécessitant un allègement vestimentaire. Cette fois, je continue jusqu’à Amblainville afin d’éviter la courte mais raide côte pour sortir d’Arronville (bien agréable à l’aller). La route rectiligne est roulante mais ennuyeuse : j’ai l’impression de ne pas avancer. Cependant mon calcul est juste. Sorti d’Amblainville, la route est large, peu fréquentée en cette saison et, bien qu’offrant une vue dégagée sur les alentours, la pente est raisonnable.

Je retrouve avec plaisir la longue descente vers Messelan, puis le relief vallonné jusqu’à Méry-sur-Oise où la montée vers la gare, combinée à la chaleur orageuse et à la circulation automobile qui s’intensifie, me fait opter pour une fin de parcours en intermodalité, c’est-à-dire en train.

Et bien voila, je referai avec plaisir cette balade mais je lorgne déjà vers 2 nouveaux projets :

  • rallier à Gasny, près de La Roche Guyon, la voie verte qui monte vers Gisors et revenir par le Vexin, en passant ailleurs que par la vallée du Sausseron que je commence à connaître par cœur.
  • ou acheter la carte SNCF Bourgogne Liberté et continuer à découvrir cette région

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

Chalon/Saone > Mâcon : 3 jours de bonheur !

Posté par Jean-Jacques le 27 mai 2011

20052011jjpraesident.jpg

Pour la fin mai, un ami lyonnais avait proposé aux membres du forum www.velotaf.com qui le pouvaient un week-end de balade tranquille en Bourgogne, de Chalon sur Saône à Macon via une voie verte aménagée sur le tracé de l’ancienne voie ferrée abandonnée dans les années 60.

 C’est ainsi que je me retrouve ce vendredi 20 mai 2011 à 6h30 dans le hall d’attente sous les quais des départs TGV de la gare de Lyon avec 2 bagages à main : mon équipement de camping et mon vélo dans sa housse de transport multifonctions, condition indispensable pour son transport gratuit (housse, bâche pour ne pas mouiller/salir/abimer le tapis de sol de ma tente, tarp éventuel pour un abri de fortune) 

20052011.jpg     20052011001.jpg    20052011002.jpg    20052011003.jpg

Dès le début de la journée, les bancs de brume aperçus par la fenêtre du Train à Grande Valeur annoncent des nuits fraîches tout en donnant un caractère un peu magique au paysage.

 A Chalon, je déballe tranquillement mon vélo devant la gare, le remonte (guidon réaligné, roues et pédales remontées) le charge et me voila en quête du camping du Pont de Bourgogne, choisi sur la carte envoyée par l’office du tourisme pour sa proximité avec Chalon.

20052011004.jpg  20052011027.jpg  20052011014.jpg  20052011005.jpg  20052011028.jpg

Je récupère vite une voie sur berge dans un parc qui longe une marina, puis un bras mort du fleuve et arrive pile sur le camping situé dans un cadre atypique : d’un côté le port fluvial avec son quai, ses grues et entrepôts, de l’autre la campagne. Le pont de Bourgogne (à haubans) étant suffisamment loin et la circulation faible la nuit, il ne m’a jamais dérangé, contrairement aux canards qui font la java entre 5 et 7h du matin.

 Dès mon arrivée, je constate que le room service est aussi efficace que celui d’un Sofitel new-yorkais, bien que moins séduisant. En moins de temps qu’il ne me faut pour l’écrire, la pelouse bénéficie d’une coupe réglementaire et je peux installer ma suite.

 20052011006.jpg  20052011008.jpg  20052011009.jpg  20052011010.jpg

 Au passage, petite revue de détail de mon chargement :

au guidon, petite sacoche avec outillage vélo, pompe compacte performante, gants (fins de bricolage et mitaines cyclistes), lunettes anti poussières/moucherons/etc. et le smartphone pour des photos « à la volée »

sur la barre oblique : la touche « rose girly » de mon matelas autogonflant

sur le porte bagage :

  1. la tente Décathlon « ultra light pro » de 3 kg pour 3 places (ma suite : j’aime avoir mes aises) 
  2. la sacoche cavalière Lidl à pas cher avec :
  • grande sacoche sommitale carrée (= sac détachable à bandoulière) pour la bâche, la tenue en cas de grosse pluie (des orages sont annoncés), un blouson cycliste membrané/respirant fin mais chaud pour les levers au petit matin

  • une sacoche latérale pour fringues dont un cuissard  de rechange (cyclosportif à bretelles s’il vous plait !), affaires de toilettes, mules (faciles à enfiler sans contorsions en cas de besoin pressant) parce que camper sans trainer nonchalamment la savate jusqu’aux sanitaires, c’est pas vraiment camper

  • une autre sacoche latérale pour duvet compact, popote, réservoir de gaz, lampe mixte transformable (éclairage ambiant/torche : inutile finalement)

Bref, sur ce coup, je ne suis ni un MUL (marcheur ultra léger, voir le site dédié) ni un CUL (cycliste ultra léger) mais un CCUL (non, pas « la praline » ! un cyclo campeur ultra lourd) cependant, bien qu’un peu pataud le vélo roule avec une étonnante facilité.

En montant ma tente, je constate que j’ai oublié le petit marteau pour enfoncer les « sardines ». Peu importe : le sol est suffisamment humide et meuble pour les enfoncer à la main. Ceci-dit, je profite des courses pour le déjeuner dans la ZAC d’à côté pour aller acheter un petit maillet au Bricomachintruc car je ne sais pas si à Cluny la terre ne sera plus sèche.

Avant que d’autres vélotaffeurs n’arrivent je profite de l’après-midi pour partir à la découverte de Chalon sur Saône. C’est une ville très agréable sur la rive droite du fleuve. La petite île St Laurent, sur laquelle se trouve notamment l’hôpital historique et la Tour du Doyenné, est traversée par une rue monopolisée par des restaurants offrant quasiment toutes les cuisines du monde. En tête d’un des ponts, deux édicules doivent être ce qui reste de l’octroi.

20052011015.jpg    20052011013.jpg    20052011024.jpg    20052011026.jpg    20052011025.jpg

 Le centre historique de Chalon, dont la plupart des rues sont en travaux pour recalibrage et pavage, offre aux piétons et cyclistes un bel espace de flânerie et de découvertes. Par exemple les réverbères de la place St Pierre, face à la mairie, qui contrastent par leur modernité néo-eiffellienne (ça se dit ?) avec les maisons à colombages en surplomb.

20052011016.jpg  20052011018.jpg  20052011017.jpg  20052011019.jpg  20052011020.jpg  20052011022.jpg

 Je rentre au camping juste à temps pour l’arrivée des autres cyclocampeurs.

Christine et Quentin (que je connaissais déjà) en tandem tirant Zélie bien calée dans sa remorque forment un attelage spectaculaire. Laurence et Martin (que je découvre) sont eux remarquables par le nombre de leurs sacoches : 5 pour Martin, 4 plus 1 panier de guidon pour Laurence… prêts pour un tour du monde !

20052011croozer.jpg20052011pino.jpg

 

Notre dîner sur l’herbe ressemble à un apéritif dinatoire copieusement arrosé, égayé par les trilles de Zélie ravie de découvrir le monde et de nouvelles têtes. Quentin et Christine nous font une démonstration de MULs (ce verre découpé dans un fond de bouteille pèse 12g, ce réchaud à alcool a été réalisé dans un fond de canette de boisson, etc.). C’est grisés de vin et d’amitié que nous allons nous coucher.

 Au petit matin, alors que le jour commence à poindre, ce sont les canards qui nous réveillent par des cancans dignes de fêtards en route pour une « after ».

Tentes démontées, vélos et remorque chargés, Audrey nous ayant rejoint avec un pain au lait dijonnais de la taille d’un demi bâtard, nous partons à la rencontre de Sylvain et Giyère qui nous attendent quelques km après le début de la voie verte, à Givry.

 21052011.jpg    21052011001chalonamnagement2.jpg

Après être sortis de Chalon et avoir failli perdre Laurence partie couper à travers un parking de ZAC « oui, vas-y, ça doit rejoindre la route », la voie verte s’offre nous. Rectiligne, assez large pour circuler à l’aise à trois de front, avec un revêtement parfaitement lisse et uniforme, c’est comme un rêve éveillé pour les habitués des aménagements étriqués, mal ou pas entretenus, partant de rien pour déboucher sur nulle part sans autre logique que celle de l’effet d’annonce à l’heure des bilans.

21052011002dbutvoieverte.jpg  21052011003.jpg  210520110043.jpg  21052011bis3.jpg

21052011008chateaublanc1.jpg  21052011007.jpg  210520110192.jpg

 Comme dirait un motard (au hasard, mon p’tit frère Olivier : « Zoom’Allure Sud », attention, ça cause pas moto mais reportages) : « une route pour pneus carrés », dont l’intérêt des retombées à été compris : j’en veux pour preuve les signalements, officiels ou publicitaires, de sites, gîtes, campings, villages, etc.

Comme prévu, nous retrouvons Sylvain et Giyère. Vent dans le dos, c’est une joyeuse bande de 8 cyclistes ¼ (Zélie !) qui s’élance comme en son temps Charles Trenet sur la nationale 7.

 21052011labandeaucomplet2.jpg 

Nous arrivons rapidement à Buxy, charmant gros village. A la sortie, une curiosité : la voie verte, après avoir contourné un carrefour giratoire, décrit des lacets dignes des routes de l’arrière pays niçois. Au passage, un skateboarder muni d’une longue perche nous fait une démonstration de propulsion façon pêcheur du marais poitevin en pigouille.

 21052011buxy2.jpg

 21052011011.jpg  21052011010chancelierduroi2.jpg  21052011012.jpg  21052011014.jpg  210520110181.jpg

 Avant la pause déjeuner, Audrey « œil de lynx » improvise quelques courtes haltes pour cueillir les fraises des bois qui poussent sur certains bas côtés. Nous aurions pu l’appeler « Charlotte aux fraises » !

21052011cueillettefraises2.jpg

Nous prenons le déjeuner comme sur un balcon en plein vent dominant la plaine, saluant les nombreux cyclistes, rollers, marcheurs qui passent devant nous :

   21052011djeuner2.jpg  210520110202.jpg  21052011023.jpg  210520110222.jpg  210520110241.jpg

  Nous reprenons notre route, franchissant une pâle ébauche de col d’où nous redescendons sur l’ancienne gare de St Gendroux le National, agréablement aménagée en halte avec point d’eau, WC, location de vélos, et un immense parking à camping-cars soigneusement alignés en rang d’oignons de telle sorte que l’auvent de l’un effleure la paroi de l’autre : déprimant !

 210520110254.jpg    210520110264.jpg

Christine et Quentin font chauffer de l’eau pour le café avec leur micro réchaud bizarre. En effet, pour un expresso au bistrot tout proche, il faudrait attendre un peu trop : jusqu’au 28, date de réouverture. C’est alors qu’une « camping-cariste » compatissante devant tant de dénuement propose son aide car « Vous savez, nous sommes équipés ». Sans commentaire : nous ne venons pas de la même planète.

 210520110273.jpg  210520110311.jpg  210520110321.jpg  210520110303.jpg

 Nous remontons en selle après cet ersatz des délices de Capoue : il faut songer à arriver à Cluny, mais pas trop tôt car bien que nous roulions à un rythme de sénateur, nous avançons bien trop vite pour que la balade dure encore longtemps.

Au camping municipal de Cluny, Martin négocie les emplacements, négociation terminée parait-il par un « installez-vous où vous voulez » qui nous pousse immédiatement à aller du côté fermé, bien vert et plus calme car éloigné de la salle des fêtes qui jouxte l’accueil et où se déroule un mariage. Même les TGV qui passent brièvement (c’est-à-dire à donf’) à intervalle régulier ne troublent pas notre tranquillité. Il faut dire qu’ils roulent dans une sorte de tranchée et que le trafic cesse approximativement de 22h30 à 8h.

 220520110011.jpg    220520111.jpg

Pour ma part, la corde ayant servi à confectionner la « housse » de mon vélo me permet d’offrir à qui en a besoin un superbe fil à linge.

21052011potcluny2.jpgAprès un pot à une terrasse de café avant que Giyère ne nous quitte, nous faisons nos emplettes pour le dîner (bien arrosé lui aussi, mais sans excès). J’en profite pour prendre un flacon de crème solaire car mes cuisses, entre le genou et le cuissard, et mes bras (suis en t-shirt sans manche) virent au rouge homard.

Les rois du dîner seront Laurence et Martin pour leurs multiples sacoches fourre-tout : manque-t-il quelque chose ? Ils l’ont forcément ! Quant à Sylvain, il se taille une bonne part de succès grâce à son goût pour la couleur jaune : sacoches cyclistes, chaussures de sport, tongs… un vrai Brummell ! La preuve en image dans cette rue de Buxy, derrière l’église :

21052011009buxyrue5.jpg

Le lendemain matin, nous nous préparons mollement : il reste peu de chemin à parcourir et personne n’a envie de poireauter dans Mâcon un dimanche après-midi en attendant son train.

Après bien des discussions et tractations, nous décidons de parcourir une des boucles périphériques à la voie verte, la n° 12. Vallonnée, elle monte insensiblement dans les collines, jusqu’à une vraie petite côte qui me permet de « shooter » les arrivants.

 22052011boucle121.jpg  220520110021.jpg  220520110061.jpg  220520110031.jpg

 220520110071.jpg  220520110041.jpg  220520110051.jpg

A ma grande surprise, Laurence qui cachait bien son jeu se paye même le luxe d’une arrivé en danseuse !
« Ah tou sais toi qué tou es faite pour ça ? L’obyectif, il t’aime ! Tou dévrais poser pour les sacoches « biiip » qui vont lancer oune grandé campagne avec Johnny en Beach Cruiser Rohloff : En 2012, avec les sacoches « biiip » vous n’aurez plou lé blues » 

Nous redescendons enduite, coupés dans notre élan par le service sécurité d’une course cycliste sur route fermée qui nous oriente vers la voie verte. Nous nous consolerons en faisant une vraie halte fraises des bois qui recouvrent un bas côté juste après Cluny.

Ces vitamines vont nous être utiles car nous allons attaquer la montée vers le tunnel du Bois Clair. Une succession de côtes, lacets, raidillons (pour ne pas dire murs, à 15% voire plus je parie) entrecoupés de faux plats, propres à décourager les moins tenaces. La chaîne du pédalier de Christine ayant déraillé (opportunément ? la question fit débat) Quentin prouve sa valeur en emmenant seul son attelage (200 kg environ) au sommet.

 22052011011.jpg 22052011012.jpg 22052011013.jpg 22052011jjdansletunnel1.jpg 22052011014.jpg 22052011015.jpg 22052011016.jpg

 Mais nous sommes récompensés par la fraîcheur humide du tunnel (1,6 km à 11°C) qui se ressent plusieurs dizaines de mètres avant d’y arriver. Nous le franchissons en silence car il est habité, et, à sa sortie, le château de Berzé-le-Châtel nous regarde passer.

Commence alors la longue descente vers la plaine. Nous plaignons ceux qui montent vers nous avec le vent de face. Pour ma part, la direction de mon vélo étant devenue lourde et molle, je constate que mon pneu est dégonflé par une crevaison lente. Au ralenti, je rejoins le groupe qui s’est arrêté pour déjeuner. Après m’être restauré, je prouve brillamment qu’il est possible de réparer une crevaison en à peu près 30mn…

Ce déjeuner, à moins que cela ne remonte à hier, est l’occasion d’une bonne tranche de rigolade déclenchée par la cuillère/fourchette design (bleue marine ou noire ?) de Sylvain. La partie cuillère s’étant révélée parfaite pour faire manger de la banane écrasée à Zélie, la troupe est partie dans des délires sur des commentaires de produits, réels ou imaginaires, du site de DKT (cf. lexique) se terminant par « je recommande ce produit » ou « je ne recommande pas ce produit » avec appréciations des internautes « cet avis m’a été utile » (même pour les plus farfelus sortis de notre imagination débordante)

 22052011018.jpg    22052011017.jpg

La descente se poursuit gentiment. Sur notre droite, nous voyons bientôt se découper dans le ciel le profil de la roche de Solutré, à moins que ce ne soit celui de sa jumelle juste à côté. A Charnay-les-Mâcon, la transformation de la voie verte en chemin caillouteux (doit être bien agréable par temps humide, tiens !) signale l’arrivée imminente à Mâcon dont nous rejoignons le centre ville par une route plaisante, bien que le fléchage officiel indique une autre direction longeant une autoroute.

Arrivés à la gare, ceux qui rentrent sur Dijon, Lyon ou Paris constatent avec un amusement teinté d’appréhension que les cyclistes ne cessent d’affluer et se demandent si tout ces vélos vont pouvoir prendre place. Il semblerait que oui.

22052011019.jpg  22052011020.jpg

Je reste avec Sylvain qui, avant de remonter en Franche Comté (à vélo : mazette, quel homme !) a un peu de temps à tuer avant de gagner son hébergement. Après un petit tour dans le centre ville de Mâcon, une glace avec papotage à une terrasse, il m’accompagne afin de me mettre sur la route de la gare TGV de Mâcon-Loché au sud-est de la ville. J’y vais pour repérer les lieux puis, constatant qu’il est encore tôt, je décide de monter jusqu’à Solutré afin de compléter ma commémoration du 10 mai à La Bastille.

Et je maudis Sylvain de m’avoir mis cette idée en tête alors que nous roulions sur la voie verte : la montée, longue et assez raide compte tenu de mon chargement, se fait face au vent. C’est en moulinant à 9,6 km/h (j’ai eu le temps de bien regarder mon compteur) que j’arrive au belvédère des deux roches, au-dessus de Solutré-Pouilly (oui, le Pouilly de Pouilly-Fuissé). Je m’offre une pause bien méritée, dans le bruissement du vent dans le maquis et les stridulations des insectes, avant de poursuivre ma route par Vergisson via la rue de La Gorge du Loup (plus facile à descendre qu’à monter) puis Davayé et Prissé avant de retrouver la voie verte où je dîne sur une table de pique-nique. (pas de photo : téléphone en panne de batterie car j’ai oublié le chargeur chez moi)

Je regagne alors la gare TGV de Mâcon-Loché ou j’entreprends le démontage/emballage du vélo.Le trajet retour se passe bien, exception faite de l’arrêt du train à la hauteur de Maisons-Alfort car toute l’alimentation électrique est coupée pour appréhender et évacuer un « individu » qui fait le mariolle sur les poteaux des caténaires.

C’est donc à 2h15 que je pousse la porte de ma maison, sucrée maison et m’écroule sur un bon matelas ! Avec dans la tête plein de rêves d’autres randonnées…

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | 4 Commentaires »

1234
 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM