Vélo rond : évolution (2)

Posté par Jean-Jacques le 2 décembre 2017

Enfin ! J’ai pu enfin installer un garde-boue avant afin d’être un minimum protégé lorsque je roule sur chaussée ou chemin détrempés, voire par temps de pluie.

Je me suis procuré :

  • le même garde-boue arrière que celui offert par Antoine Goudrand, sur lequel j’ai pratiqué deux décrochements afin qu’il s’insère entre les fourreaux de la fourche
  • un pieu adaptateur aheadset à expandeur (Décathlon) pour servir de point de fixation

et… tadaaammm 

WP_000278 (1)

Alors oui, le « wishbone » de fixation est un peu lourdingue et la tête du pieu adaptateur qui dépasse en dessous, ça n’est pas très heureux, mais je vais enfin être à peu près correctement protégé du plus gros des projections de la roue avant, la preuve :

WP_000281 (2)

Mise à jour du 4-12 : garde-boue avant et sa pose validés lors de mon trajet « bruineux » Enghien – Paris 15ème d’hier, avec retour en fin d’après-midi jusqu’à la gare du Nord faute d’avoir prévu un éclairage pour faire tout le retour à la nuit tombante.

Mise à jour du 6-01-2018 : avant les vacances, le Père Noël m’avait livré la belle selle pas trop mastoc trouvée après des recherches assidues sur le site de VPC Chill-out.net, allemand comme son nom ne l’indique pas. D’un apparent bon rapport qualité/prix, elle vient d’être installée, testée et validée par mon postérieur lors d’un tour du parc des Chanteraines, poumon de verdure à 10 mn de ma maison, sucrée maison.

Son châssis étant un poil plus haut que celui de la selle d’origine, il m’a fallu ajuster sa hauteur en la baissant et, par conséquent, régler l’inclinaison du garde-boue.

et voilà : 

WP_000328

seul bémol : cette selle couine lorsqu’elle « travaille » sur chaussée en état moyen ou mauvais, c’est un peu gênant (j’aime bien rouler en silence) 

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Vélo rond : évolution (1)

Posté par Jean-Jacques le 26 novembre 2017

Pause canapé, l’habituel coussin chauffant/ronronnant (et parfois ronflant) contre ma cuisse droite (sa place attitrée), après un p’tit bol d’air et, surtout, la satisfaction d’avoir réussi, à défaut de belle ouvrage de compagnon, un bricolage astucieux.

A partir de pièces trouvées dans le tiroir de commode réservé aux « ça pourrait encore (re)servir » : 1 rétroviseur ovale noir btwin sur tige (sans sa fixation, cassée) + 1 support de lampe « pour conformité avec la législation » + 2 colliers autobloquants = le rétroviseur de cintre qui faisait cruellement défaut.

De plus, j’ai trouvé une vieille sonnette « ratbike » staïle qui kroïnke plus qu’elle ne dring-dring mais suffit pour avertir (quand elle le veut bien).

Du coup, j’ai profité du p’tit vent frais sous le ciel couvert pour aller faire le tour du parc des Chanteraines. J’ai bien fait : il n’y avait pas la foule des w.e. ensoleillés de la belle saison.

WP_000261
La pompe, gainée d’un tronçon de chambre à air pour plus de discrétion, est désormais fixée sur le fourreau droit de la fourche et un bicycode (autocollant bleu) a été gravé sur la jonction tube de direction/cadre

WP_000262
la cordelette pour attacher l’anse du U a disparu, remplacée par un discret support de Viooclip HS pour protéger la base

WP_000263 (1)
le nouveau poste de pilotage presque comme si vous y étiez (on voit bien la pompe sur le côté de la fourche), encore qu’avec ce vélo, on se laisse porter plus qu’on ne conduit ou pilote.

Ce vélo est génial pour flâner, un peu moins pour vélotaffer , malgré la poursuite de son équipement avec la toute récente  pose d’un garde-boue avant

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Vélo rond : apte au vélotaf mais…

Posté par Jean-Jacques le 14 novembre 2017

J’ai récupéré mon Précieux (One ring bike to rule them all…) réparé et agrémenté d’un garde-boue arrière !

avant : WP_000127 (1)   après : WP_000246 (1)

maintenant : 

WP_000243 (1)

J’ai donc décidé de profiter du beau temps de ce lundi 13 novembre pour le tester en mode « vélotaf » sur mon trajet Enghien-les-Bains / Nanterre : on pédale agréablement et régulièrement, mais… pas rapidement (sauf en descente, mais ça reste tout relatif : rien à voir avec mon vélo de route).

Donc, si on part « juste » (après avoir procrastiné en se disant « ça va, chuis encore large… ») il faut oublier toute velléité de tentative de rattraper son retard en mettant les mains en bas du cintre route pour « bourriner » avec relances en danseuse. Et les lignes droites avec vent défavorable deviennent bizarrement bien plus longues, de même que les quelques pentes de mon trajet se transforment en véritables montées…

De plus, comme la route principale du port de Gennevilliers est celle de tous les dangers pour les pneus de vélo, je ne vais pas trop tenter le Diable en y roulant sans pneus renforcés contre la crevaison. J’y circulerai à nouveau lorsque j’aurai pu garnir les chambres à air de liquide préventif avant de passer, un jour, aux pneus sans chambre à air (tubeless comme on dit en bon franglais).

Côté maniabilité :

Quelques infos techniques :

  • longueur : limousine, env. 2,22 m
  • envergure : albatros, env. 76 cm
  • poids : conséquent, env. 20 kg d’après mon vieux pèse-personne (qui n’a jamais été contrôlé par le service des poids et mesures)
  • cadre : acier Cromo
  • transmission : monoplateau + moyeu à vitesses Alfine 8 (donc 8 vitesses)
  • pédales : larges à picots
  • freins : à disques, mécaniques (commande par câble)
  • roues : jantes de 26″ (type VTT) chaussées de pneus fat Vee Rubber 26 x 3.5

Reste à l’équiper d’un garde-boue avant identique au garde-boue arrière offert par Antoine, que je pense avoir trouvé (merci Internet) chez Hubert Cycles, une boutique de Reims qui vend par correspondance.

19-11 – Après avoir évalué la faisabilité de la chose, il s’avère que ce garde-boue avant ne conviendra pas. En effet, il est impossible de le fixer sous la colonne de direction car :

  1. il serait beaucoup trop haut par rapport à la roue, ce qui serait inesthétique : ce n’est pas un VTT,
  2. sa partie arrière toucherait le rond du cadre et devrait être amputée des 3/4 ou 4/5 de sa longueur, ce qui ne rimerait plus à rien, l’objectif étant que je sois protégé un tant soit peu des projections venant par en-dessous.

J’ai donc commandé le même garde-boue arrière, que j’espère pouvoir installer après l’avoir adapté afin de pouvoir l’insérer entre les fourreaux de la fourche. Mais c’est pas gagné et je crains un os de dernière minute.

Par ailleurs la pompe, partagée entre plusieurs vélos, va trouver place le long du fourreau droit de la fourche où elle sera plus discrète et ne cassera pas la ligne du cadre.

26-11 : pour lire la suite, cliquer ici

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Mon vélo rond ou circle bike…

Posté par Jean-Jacques le 6 octobre 2017

… conçu par un jeune designer dont l’activité est partagée entre mobilier et vélo(s) avec pour point commun le travail de l’acier.

Lors du Paris cargo bike meeting de 2014, j’avais pu essayer une de ses créations : le Circle bike, Vélo rond en français. J’avais été emballé par ce concept de beach-cruiser à très gros pneus, un « fat-beach-cruiser » en quelque sorte.

Aussi, lorsque j’ai songé à m’acheter un vélo sortant de l’ordinaire pour la ville et la balade tranquille sur un itinéraire sans trop de relief (et aussi pour me la péter grave, je l’avoue), après avoir commencé à surveiller les petites annonces l’idée m’est venue de contacter Antoine Goudrand au cas où il aurait réussi à lancer une production, si confidentielle soit-elle.

Après avoir douché mes espoirs, il m’a cependant annoncé que, préparant son départ pour s’installer à Taïwan, il souhaitait partir « léger » et cherchait donc à vendre ses réalisations, dont le Vélorond à prix coûtant. Pas le premier prototype jaune que j’avais essayé (qui se trouve à Taïwan justement), mais un second, de meilleure facture puisque en acier cromo au lieu de Hi Ten

Assis très bas (avec la selle bien réglée, je pose les 2 pieds au sol), les pieds loin en avant, les bras largement écartés par le grand cintre rentrant, je me sens comme au guidon d’un de ces choppers que j’admirais étant jeunePar rapport à mes vélos de randonnée ou de route, et même mon VTT, c’est le jour et la nuit : les pneus « fat » faiblement gonflés jouant les amortisseurs et gommant toute irrégularité de la route, la position générale relax, tout incite à la détente.

WP_000126

Revers de la médaille, je peux oublier les demi-tours sur place car, entre la longueur du vélo et son faible rayon de braquage, il m’en faut, de la place. Je peux aussi oublier les pointes de vitesse et les départs « canon » : le poids de l’engin et de ses roues, la position peu aérodynamique, les gros pneus faiblement gonflés, tout ceci oblige à rouler calmement en considérant avec détachement l’agitation ambiante en écoutant Neil Young , Patrick Coutin ou Tinariwen, c’est selon…

Pour autant, il est très agréable à rouler. On pédale « autrement », et le trajet du retour depuis Paris fut un régal auquel les compliments et remarques de certain(e)s passant(e)s ont contribué : ce vélo ne laisse pas indifférent ! (mention spéciale, le long du canal de St Denis, à cette interpellation : « mais ci quoi ci vilo ?! », je vous le jure sur la tête de mes 2 chattes)

En revanche, une fois arrivé, j’ai constaté que ce que j’avais pris pour des pédales un peu « molles » était en fait une fissuration de part et d’autre de la jonction entre le tube supportant le boîtier de pédalier et le tube du cadre, les équerres de renfort avant et arrière ayant joué leur rôle en empêchant l’arrachement complet.

Antoine Goudrand a été parfaitement réglo : je lui ai ramené le vélo ce soir et il s’est engagé à consulter un cadreur parisien réputé, Belleville Machine, afin de savoir s’il suffira de simplement ressouder ou s’il faudra en plus renforcer cette partie du vélo soumise à de fortes contraintes malgré ma modeste musculature.

A suivre… et, en attendant des photos du vélo réparé, voici un diaporama réalisé notamment grâce à des photos et fichiers aimablement offerts par Antoine, que je remercie pour ce geste.

14-11 : Pour lire la suite, cliquer ici

 

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Le nouveau regard de Petit-Nuage

Posté par Jean-Jacques le 27 novembre 2016

Je souhaitais équiper mon vélo de route d’un éclairage pour mes trajets nocturnes.

C’est chose faite depuis cet automne grâce à une lampe Busch & Müller 50 lux alimentée par une discrète et légère dynamo sur jante Vélogical, au prix proportionnel à sa technologie (dis tonton, pour quoi tu tousses ?)

WP_002818

 

WP_002819 La photo est trompeuse : en réalité, bien qu’installée à l’extérieur du fourreau en raison de l’étroitesse de la fourche, cette dynamo reste très discrète.

Mise à jour du 6 février 2017 : peu satisfait de ce phare, je l’ai remplacé par un Philips Saferide 60 lux à double LED qui, comme sa version à piles/accus 80 lux, me donne entière satisfaction. En effet, son faisceau est suffisamment large, profond et homogène pour permettre de pédaler sinon très rapidement, du moins à allure soutenue. (25-30 km/h)

WP_003072

Au passage, on peut voir comment je sécurise mon Précieux sur l’un des deux plie-roues dévolu au stationnement des vélos du personnel à mon travail.

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Raleigh compétition

Posté par Jean-Jacques le 13 octobre 2016

Mon padawan n’arrêtant pas pas de grandir, pour cette rentrée de 2015 j’ai profité de mon séjour estival dans les Htes Pyrénées pour chercher le remplaçant du vélo qu’il utilisait jusqu’à présent.

De plus, les développements de ce vélo mono-plateau étaient inadaptés à la randonnée, même sur des routes au relief somme toute modeste.

C’est donc un Raleigh compétition pour dame, au cadre tout en tubes Reynolds et à la transmission adaptée à la randonnée qui, pour 50 €, a remporté nos suffrages. Le voici « dans son jus », avec la sacoche de cintre d’origine, un peu abîmée et peu pratique mais tellement « vintage » !

 WP_002506

Petit descriptif technique :

  • Raleigh Competition « Craftsman built by Carlton cycles workshop England » à la peinture noire un peu ternie
  • Cadre tous tubes Reynolds 531 
  • Potence à plongeur (grippée) + cintre : 3ttt
  • Tige de selle Milremo avec un chariot… bizarre, selle en cuir courte Idéale dame
  • Freins Weinmann 405, leviers idem avec rappel pour freinage mains en haut du cintre
  • Pédalier Stronglight 48-38-28 avec pleins de trous pour alléger, pédales Liotard 82 avec demi cale-pied Christophe en inox pour positionner correctement les pieds
  • Dérailleurs : Av Shimano (modèle ?), Ar Shimano RSX (en remplacement d’un Huret Titane alu forgé, si j’en crois l’autocollant sur la base droite) commande Ar indexée
  • Roue libre 6V qui devrait correspondre aux capacités de mon padawan
  • Poids : très raisonnable d’après mon pifomètre manuel

Après nettoyage de la transmission et du cadre, quelques retouches au pinceau à carrosserie et changement de :

  • la guidoline plastique par un ruban de cintre de type cork,
  • des gaines de freins (abîmées) pour les assortir,
  • du porte-bidon pour l’assortir lui aussi,
  • de la selle,
  • du pneu arrière,

bref 40 € et un peu de travail plus tard,  voici le résultat :

WP_002528

WP_002529  WP_002526

Il a depuis reçu une sonnette soigneusement choisie pour son look un peu « steampunk » assez raccord avec son style.

Publié dans et ceux de mon padawan | Pas de Commentaire »

Nouvel arrivé : un Peugeot professionnel

Posté par Jean-Jacques le 7 février 2016

J’avais rénové pour la Toussaint 2015 un vélo de route Décathlon de bonne facture qui m’avait été donné pour mon gamin. Il avait apprécié la position dynamique mais, hélas, ce vélo m’a été volé fin janvier.

Je me suis donc mis en quête d’un remplaçant que j’ai trouvé hier : un Peugeot professionnel junior.

Le voici après achat puis après un début de remise en état :

WP_002223 WP_002232

entre ces 2 photos, outre le changement de pose et de luminosité, j’ai :

  • enlevé la guidoline (des rubans cork marbrés bleu/jaune dans ce genre ont été commandés)
  • raccourci la gaine du frein Av d’au moins 5cm pour avoir une courbe plus directe
  • démonté les câbles (dégraissés au dissolvant : merci ma fille cadette) et les freins pour les huiler
  • tout remonté avec moult jurons (butée de gaine qui tombe ou reste dans la cocotte, brin de câble qui ne veut pas suivre les autres, étrier décentré)
  • réussi à centrer les étriers

-> il semblerait que les freins fonctionnent comme à la sortie du magasin !

puis huilage de la transmission (pour bien faire, il faudrait démonter, dégraisser, graisser ce qui doit l’être, puis remonter et huiler)
dégonflage / démontage partiel des pneus pour réaligner les valves ©Tour de Pise,  puis remontage / regonflage
pose d’un porte-bidon anodisé bleu retrouvé par hasard dans mon stock de matériel vélo
-> ce vélo commence à ressembler à quelque chose (et cette fois il est soigneusement attaché aux autres par un U + une chaîne)

Caractéristiques :

cadre en acier chromoly : H 47cm x L 52,5cm (mesures axe/axe) poids : 11,7kg d’après la fiche technique Peugeot
roues chaussées de pneus Michelin Sélect 28×590 (650x28A)
jantes Alesa « made in Belgium » en aluminium (concaves, ce qui m’a étonné) – moyeux Sachs
potence courte à plongeur Atax, 
leviers de freins Diacompe aéro (les câbles passent le long du cintre, sous la guidoline)
gaine de frein arrière passant dans le tube supérieur
freins de marque inconnue à étriers « vintages », mais avec système de relâche rapide pour démonter les roues
dérailleurs : avant Shimano SIS Altus, arrière Sachs 2000 – manettes de commande Sachs, indexée pour l’arrière
pédalier Shimano MJ avec double plateau 38-28 et manivelles 160mm
roue libre Sachs 2000 6V 13-26 (qu’il faudra sans doute que je fasse remplacer pour une avec un grand pignon > 28)
pédales de marque inconnue, corps monobloc en matériau composite de forme triangulaire avec cale-pied à sangle intégré
selle Vetta « lite gel » sur tige de selle correcte avec chariot moderne

Accessoires :

porte bidon Zéfal + bidon Spécialités TA (gris, très moche)
compteur Sigma BC301 -avec une touche de rouge pour aller vite- dont j’ai retrouvé la notice sur le ouèb (mais j’ignore s’il fonctionne)

En fouinant sur le ouèb, j’ai découvert dans un catalogue de 1995 que c’est le modèle qui était recommandé pour les écoles de cyclisme et qu’il est évolutif : les roues peuvent être remplacées par des roues de 700 (ou 622 selon la norme ETRTO) mais cela oblige à changer « certains périphériques » (les freins je suppose. Comme lesdits freins fonctionnent à nouveau correctement, je ne vais pas me lancer dans ce genre d’opération qui finit par être coûteuse et rien ne dit que l’an prochain il ne faudra pas trouver un cadre plus grand)

Publié dans et ceux de mon padawan | Pas de Commentaire »

Petit-Nuage prend de l’embompoint

Posté par Jean-Jacques le 19 août 2015

Mais c’est pour la bonne cause : devenir une randonneuse légère

Pour cela, j’ai reçu il y a peu de chez nos cousins germains un porte-paquet Xtrem SPR III pour tige de selle permettant d’éviter que les flancs de ma sacoche modulable de porte-bagage, une fois déployés, ne viennent taper dans la roue arrière comme lors de mon dernier séjour du 11 novembre à Apt.

Ce porte-paquet (donné pour 10 kg de charge utile) est bien conçu :

  • la tige de fixation, inclinée, abaisse légèrement le centre de gravité en rapprochant le porte-paquet de la roue Ar
  • sur le plateau, 2 rangées de pastilles anti vibrations
  • le cordon élastique rouge est ajustable en longueur et via différents points d’attache sous la tige de fixation
  • à l’Ar, platine de fixation pour catadioptre ou lampe
  • livré avec : une vis allen pour remplacer au besoin le système de serrage rapide (évite le vol d’opportunité) et deux adaptateurs en plastique pour tiges de selles fines

Voici ce que cela donne : WP_001914  WP_001915

Sur la 2ème photo, on voit (ou devine) que j’ai pu relier entre eux les élastiques du bas des sacoches afin d’éviter qu’elles ne ballottent.  (ils ne touchent pas le pneu)

Bon, une bonne chose de faite pour la préparation de l’édition 2015 de l’Ultime randonnée en pays d’Apt, autour du 11 novembre prochain et, surtout, de mon projet de randonnée « longue distance » sur plusieurs jours prévu pour 2016 (je ne sais pas encore à quelle époque de l’année)

le dernière évolution est là

La présentation initiale est là

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Guylène complète sa garde-robe de voyageuse

Posté par Jean-Jacques le 8 mars 2015

En prévision d’une randonnée en cyclocamping avec mon gamin et un de ses copains, Guylène, ma randonneuse « lourde », va prochainement être équipée d’un porte-bagages avant (commandé)

lowrider-hebie pour y fixer une paire de petites sacoches « vintage » trouvées par hasard à vil prix (15,00 €, c’est presque cadeau) sur un site de petites annonces :

sacoches Av 1 sacoches Av 2

Je ferai dès que possible une photo du vélo complètement équipé. (il faut que je remplace la guidoline, à moitié arrachée par l’usure)

 24 mars : et voilà, guidoline neuve posée (j’espère qu’elle tiendra) et porte-bagages surbaissé avant installé :

DSC01285 DSC01284

et à cette occasion je me suis aperçu que je vais devoir changer le porte-bagage arrière dont les soudures rongées par la rouille lâchent les unes après les autres. (nouveau porte-bagages commandé)

31 mars : nouveau porte-bagages arrière reçu aujourd’hui, voila ce que cela donne :

DSC01286  DSC01287

y’a plus qu’à rouler pour tester !!

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Petit-Nuage : vélo de route sportif et randonneuse légère

Posté par Jean-Jacques le 10 janvier 2015

J’avais vraiment envie d’un vélo léger et vif permettant de pédaler sur route plus sportivement qu’avec Guylène, ma randonneuse « lourde ».

Après avoir patiemment recherché le Graal, j’ai finalement acquis fin mars 2014 un cadre d’occasion (avec fourche, jeu de direction et boîtier de pédalier) auprès d’un vendeur qui savait de quoi il parlait. Pas de marque, mais une jolie peinture originalement marbrée sur un acier de qualité : du Columbus SLX, comme Guylène.

DSC01026  DSC01027

Et quelques semaines plus tard, TADAAAM ! :

DSC01236

Quelques informations techniques :

  • poids dans cette configuration : env. 9,5 kg (ce qui est très honnête)
  • cadre : anonyme, badgé « cycles Hébrard », tous tubes acier Columbus SLX (dans le haut de gamme d’il y a quelques années de cette marque italienne)
  • jeu de direction : Stronglight (remplacé depuis par un Tange)
  • cintre, potence aheadset (sur plongeur d’adaptation), tige de selle : Ritchey Classic (achat sur Internet)
  • brifters (poignées combinant freins/ commandes de dérailleurs) et dérailleur avant : Shimano Sora, offerts par un ami (collier de fixation du dérailleur acheté sur internet)
  • guidoline : fournie par les Cycles Guylène, le vélociste qui entretien mes vélos et a effectué le montage final et les réglages
  • gaines de câbles : Jagwire (kits dérailleurs et freins achetés sur internet – butées de gaines sur tube diagonal offertes par un ami)
  • selle : Royal Viper (récupérée sur N°1, mon premier vélo de route, elle m’avait été offerte par un ami )
  • roues : b’twin aéro SL (achetées à un ami)
  • pneus : Vittoria Zaffiro pro 700 x 23C (vendus avec les roues)
  • freins : SRAM Force (achetés à un ami)
  • dérailleur arrière : Shimano ultegra de route à chape courte (acheté à un ami) galets bleus achetés sur internet
  • pédalier : Stronglight impact triple 46-36-26 (acheté sur internet)
  • pédales : Wellgo – double face SPD (achetées sur internet)

Depuis, ce montage a évolué :

  • une sacoche Carradice Super C a pris place sur le cintre et des porte-bidon blancs basiques équipent le cadre
  • les pneus (peu résistants aux crevaisons) ont été remplacés par des Schwalbe Durano + : 23C à l’avant et 25C à l’arrière (taille maximum admissible – très bon compromis rendement / résistance à la crevaison)
  • la chaîne et la cassette 8V (offertes d’occasion) ont été changées, la cassette étant désormais une 11-30 (maximum admissible par le dérailleur à chape courte)

Quant à la sécurisation en stationnement, je la confie à un antivol mini U Abus que je peux facilement ranger dans la sacoche de cintre

Lors de l’édition 2014 de la randonnée du 11 novembre en pays d’Apt (84), voici le vélo en configuration « randonneuse légère » grâce au porte-paquet Pletscher Orion (que je pense remplacer à terme par un porte-bagage similaire plus typé randonnée) sur tige de selle et à la sacoche modulable de porte-bagage Topeak MTS trunkbag :

WP_001422

Pour conclure : que du bonheur !

La suite par ici…

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

12
 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM