Pour comprendre les infractions cyclistes

Posté par Jean-Jacques le 1 avril 2015

Des feux rouges grillés, des sens interdits empruntés, pas de lumières, pas de casque et pas de gilet jaune non plus. « Les cyclistes font vraiment n’importe quoi », s’exclamera-t-on, à coup sûr, en découvrant les résultats du sondage Opinionway publié ce 24 novembre 2014 et consacré à l’« impunité »  des cyclistes (ici, dans 20 Minutes Paris). Les réactions ne font pas toujours dans la finesse. Ainsi, en lisant, dans l’édition nationale de 20 Minutes que « 88 % des cyclistes reconnaissent avoir commis une infraction », l’acteur Pascal Jaubert ‏s’exclame sur Twitter : « On veut les vrais chiffres, qui doivent être plus proches de 200 %. Et on dit pas cycliste, mais fdp ! ».  …..

1/ Confusion entre l’usage et l’outil

Ceci constitue un préalable indispensable que les concepteurs du sondage n’ont manifestement pas pris en compte : il ne faut pas confondre l’usage et l’outil. En ville, de nos jours, le vélo, la moto et la voiture sont utilisés pour les mêmes usages, en l’occurrence se déplacer quotidiennement. Ces objets empruntent les mêmes équipements de voirie et cohabitent dans la circulation.

Mais il s’agit de véhicules très différents.  …..

 2/ Griller un feu rouge

Mais pourquoi les cyclistes grillent-ils les feux ? Pour gagner du temps, comme tout le monde ? Un peu. Mais aussi parce que, lorsqu’on se déplace avec ses muscles, on mesure son effort. Or, la synchronisation des feux est pensée depuis 50 ans pour s’adapter à la vitesse moyenne d’un véhicule motorisé, avec pour objectif de « fluidifier », en réalité d’accélérer la circulation automobile.  …..

3/ Remonter un sens interdit

Les rues en sens interdit ont également été conçues, dans les années 1960, pour « fluidifier » le trafic automobile. On considérait alors qu’il fallait rouler le plus vite possible.  …..

4/ Rouler sur le trottoir

Ce comportement s’explique généralement par la peur de la circulation. On préfère emprunter la voie des piétons plutôt que de s’aventurer sur la chaussée.  …..

5/ Mal s’éclairer

Les lumières permettent d’être visible. C’est juste après le passage à l’heure d’hiver, lorsque tout le monde n’a pas encore pris conscience que la nuit tombe tôt, que l’on déplore le plus d’accidents. Mais un nombre important de cyclistes, considérant le vélo comme une simple manière d’accélérer la marche à pied, ne perçoivent pas la nécessité de s’éclairer, notamment pour des courts trajets.  …..

6/ Ne pas porter de casque

Le port du casque n’est nullement obligatoire, pour la bonne raison qu’il ne protège pas contre la plupart des accidents recensés. …

accidents et trauma cranien

 

7/ Ne pas porter de vêtement réfléchissant

« C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien », disait Karl Lagerfeld. Le gilet fluo permet certes d’être particulièrement visible, mais il n’est nullement obligatoire en agglomération, pas plus pour les cyclistes que pour les piétons ou les personnes qui attendent un bus.  …..

8/ Le sentiment d’impunité

C’est vrai, les infractions sont rarement sanctionnées. C’est aussi le cas de la plupart des infractions considérées comme « mineures », mais qui entravent le cheminement des piétons, des personnes en fauteuils roulants ou des cyclistes : se garer sur un trottoir, un passage zébré ou une piste cyclable, même « cinq minutes », en bloquant non seulement le chemin mais aussi la vision des usagers.  …..

9/ La mise en danger d’autrui

Le sondage Opinionway constate « la sensation de ne pas mettre en danger autrui ». 56% des personnes interrogées estiment être moins dangereuses à vélo qu’en voiture ou sur un deux-roues motorisé.  …..

10/ Pédaler après avoir bu

Comme rien ne sert de réécrire ce qui a déjà été publié, voici un extrait du Pouvoir de la pédale : « L’alcool, ingurgité à doses plus ou moins massives, brouille la vision, limite la capacité de réaction, amoindrit les réflexes. Lorsqu’on se déplace, cela peut être périlleux… Mais le degré de dangerosité n’est pas le même selon les modes de transport. À vélo, on peut se faire mal en tombant. À moto ou en voiture, on peut non seulement heurter les autres usagers, mais aussi se faire mal avec son propre véhicule.  …..

lire l’article intégral

Publié dans infos diverses | Pas de Commentaire »

Mauvais arguments contre mauvais cyclistes

Posté par Jean-Jacques le 1 avril 2015

« Mauvais cyclistes, les PV vont tomber ! » C’est la Une du Parisien ce lundi 8 décembre 2014, à l’occasion d’une réunion à l’Assemblée nationale du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), qui va recommander de réduire le montant des amendes pour les cyclistes.

Le but ? Pouvoir les sanctionner plus souvent. A certaines conditions, cela peut être une bonne idée, sauf que Le Parisien et le CNSR font un peu trop de zèle contre la pédale.

En lisant cet article, on a en effet très envie de sanctionner plus souvent les cyclistes, qui seraient toujours plus fous et plus nombreux, pour les protéger de leur propre insouciance. Sauf que cette vision est erronée, la preuve :

  1. Mourir à vélo est rarissime en ville
  2. « Plus de cyclistes = plus d’accidents » ? C’est faux
  3. L’imprudence, c’est relatif
  4. Faut-il sanctionner plus souvent les vélos ?

lire l’article intégral paru dans Rue89

Publié dans infos diverses | Pas de Commentaire »

Moins il y a de cyclistes, plus c’est mortel (pour eux)

Posté par Jean-Jacques le 22 mars 2015

Moins il y a de cyclistes dans les rues et sur les routes, plus c’est mortel (pour eux)

accidents et part modale vélos

ou inversement : plus il y a de cyclistes, moins ils ont de (mal)chance de décéder prématurément : La source de cette info.

Publié dans à vélo, c'est plus sûr ! | Pas de Commentaire »

Tour de France : combien ça coûte ?

Posté par Jean-Jacques le 29 juin 2011

Vous vous êtes sans doute déjà demandé « mais combien coûte le Tour aux villes qui l’accueillent ? »

 Lecteurs privilégiés de ce blog, voici une partie de la réponse :

Lettre d’information de La Gazette des Communes :  Le Tour de France, un coût mais aussi un agent de tourisme pour les collectivités locales  Par A. l’AFP – Publié le 28/06/2011dans : France 

Les collectivités locales accueillant le Tour de France doivent s’acquitter d’un prix qui correspond à un ticket d’entrée auprès de la société organisatrice (ASO), auquel s’ajoutent des frais et des dépenses annexes. 

Coût pour une ville de départ d’étape en ligne, de prologue ou de montagne et pour une ville d’arrivée : 

  • Le ticket d’entrée est un « package » que supportent la ville de départ et la ville d’arrivée à chaque étape. 
  • Il est d’environ 150.000 euros hors taxes. 
  • La ville d’arrivée de l’étape supporte 60%, soit 90.000, 
  • et la ville de départ 40% (60.000 euros). 

 Coût pour une ville de repos : 

  • Le ticket d’entrée est identique: environ 150.000 euros hors taxes. 

Coût pour une ville de grand départ : 

  • Le montant varie entre 2 et 10 millions d’euros hors taxes. Il est fonction du lieu, selon que le top départ a lieu en France ou à l’étranger. 
  • La ville de Londres d’où était partie la Grande Boucle en 2007 avait versé 10 millions d’euros à ASO. Elle avait multiplié son investissement par près de 12. 

Toutes les villes d’étape du Tour doivent effectuer des aménagements et entretenir l’infrastructure routière et les parkings d’étapes. 

Elles doivent fournir des barrières pour les deux derniers kilomètres de la course, mettre à disposition des locaux suffisamment spacieux pour installer une salle de presse pouvant accueillir 450 journalistes de presse écrite. 

Elles doivent enfin s’occuper de nettoyer les lieux après le passage de la Caravane du Tour.

Mastodonte publicitaire – Des expositions, concerts ou diverses animations sont aussi organisés aux frais des municipalités. 

Pour les trois jours de course passés sur les routes de Côte d’Armor, l’enveloppe totale consacrée par les collectivités concernées atteint près de 620.000 euros.  La facture de la ville de l’Alpe d’Huez, qui accueille l’arrivée de la 19e étape le 22 juillet, sera de 280.000 euros. 

Mais pour les collectivités, ces dépenses sont infimes comparé aux retombées économiques du Tour, véritable mastodonte publicitaire car il est diffusé dans plus de 190 pays. Le Tour est aussi un « agent de tourisme » pour les régions traversées et permet au commerce local (restauration, hôtellerie…) d’accroître son activité lors de son passage. 

Environ 250 villes se portent candidates auprès des services du Tour pour accueillir une étape chaque année.

Publié dans infos diverses | Pas de Commentaire »

à vélo on dépasse les autos

Posté par Jean-Jacques le 14 janvier 2011

Les gros 4×4 urbains, les quads à chenilles, les navigateurs sur multicoques bardés d’hydrofoils n’ont qu’à bien se tenir :

sur l’eau, on dépasse les autos : http://www.youtube.com/watch?v=RvE6Xd6tgPA et vous remarquerez la performance du cycliste solo couché

pour ridiculiser les adeptes du « j’en ai une plus grosse » : http://hackaday.com/2010/09/14/quadbike-bigger-is-better/  N.B. : il faut lancer la vidéo sous la photo de la page d’accueil pour vraiment réaliser la taille de ce quadricycle à propulsion humaine

quand au quad à chenilles pour faire le kéké à Courchevel (ou ailleurs) ben faut que je retrouve le lien… patience !

Publié dans infos diverses | Pas de Commentaire »

Architecture et cyclisme : l’exemple danois

Posté par Jean-Jacques le 7 mai 2010

Le cyclisme influence la conception des infrastructures routières, mais aussi l’architecture. La preuve avec le pavillon danois de l’exposition universelle de Shangaï :

bigpavilioned03.jpg bigpavilioned02.jpg

Mon anglais étant des plus limités, je vous laisse le soin de vous plonger dans le contenu de l’article http://inhabitat.com/2010/05/03/big-unveils-spiraling-cycling-pavilion-in-shanghai/ illustré par ces photos (entre autre). Et si un(e) traducteur(trice) bénévole veut s’y coller… je suis preneur !

Ca n’a pas trainé : merci à Jess, vélotaffeur, pour sa traduction dans le commentaire ci-dessous :

Publié dans infos diverses | 1 Commentaire »

Boris Eltsine : cycliste militant pour le vélocouché !

Posté par Jean-Jacques le 7 mai 2010

C’est avec une certaine fierté teintée d’émotion que j’ai découvert une interview rare du président Boris Eltsine dans laquelle on découvre un cycliste pratiquant et, qui plus est, militant en faveur du vélocouché (voir rubrique liens) suite à une mauvaise chûte de vélo droit conventionnel.

Je vous laisse découvrir cette vidéo historique : http://www.bentrider-fred.blogspot.com/

Publié dans infos diverses | Pas de Commentaire »

qualité de l’air et modes de déplacement 2008-2009

Posté par Jean-Jacques le 22 mars 2010

L’ORAMIP (Observatoire Régional de l’Air en Midi Pyrénées) vient de finaliser une étude comparant les polluants auxquels sont exposés les personnes en déplacement à Toulouse selon leur mode de transport.

Le vélo s’en sort très bien : http://www.oramip.org/oramip/attachments/O…_transports.pdf 

Ce n’est que justice. Les conducteurs de voitures polluent l’environnement, donc tout le monde, mais se plolluent aussi eux-même un peu plus que les autres… et sont ainsi punis par là où ils pêchent, Amen !

(dès que j’ai le temps, je publie les principaux résultats de cette enquête que je n’ai pas encore lue)

Publié dans à vélo c'est plus sain ! | Pas de Commentaire »

Le « tourne à droite » : une bonne idée

Posté par Jean-Jacques le 5 février 2010

 Le tourne à droite pour cyclistes : expérimentations positives à Strasbourg et Bordeaux

Les expérimentations en cours à Strasbourg et Bordeaux du principe du « tourne à droite », qui autorise à certains carrefours les cyclistes à passer au feu rouge s’ils tournent à droite, sont « positives », a estimé le 4 février 2010 Hubert Peigné, le « Monsieur Vélo » des pouvoirs publics.

Aucun accident n’a été constaté à Bordeaux, où l’expérimentation est menée depuis mai 2009 à une dizaine d’intersections, a souligné le maire (UMP) de Bordeaux, Alain Juppé, à l’occasion de l’organisation dans la ville d’une rencontre internationale « prospective » sur la question du vélo en ville.

Encourager d’autres villes
Ces expérimentations « positives » à Bordeaux et à Strasbourg, où elle est en cours depuis deux ans à cinq carrefours, pourrait permettre d’en encourager d’autres dans « quelques autres villes », à l’initiative des mairies, a estimé au cours d’une conférence de presse Hubert Peigné, coordinateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo.

Autorisation spéciale de l’Etat
Le « tourne à droite » cycliste a pour but de « favoriser la pratique du vélo en ville mais également d’inciter les cyclistes à respecter les autres règles du Code de la route », selon la mairie de Bordeaux. Les expérimentations de Bordeaux et Strasbourg bénéficient d’une autorisation spéciale de l’Etat.

source : La Gazette des Communes – avec l’AFP | 04/02/2010 | Publié dans : Régions

Publié dans infos diverses | Pas de Commentaire »

Casque et gilet : des alibis sécuritaires !

Posté par Jean-Jacques le 3 février 2010

Le prochain Comité interministériel de la Sécurité Routière fin janvier 2010 envisagerait d’interdire aux jeunes de moins de 16 ans de se déplacer à vélo sans casque et sans gilet fluo.

Les fédérations concernées (FUBicy, FFCT, AF3V, FNAUT, Club des villes & territoires cyclables, Association des départements & régions cyclables) n’ont pas été consultées et refusent ensemble cette interdiction infondée : elles dénoncent son caractère irrationnel, inefficace, et même, contre-productif pour la sécurité routière.

Le communiqué de presse de la FUBicy du 05-01-2010 avec tous les arguments

Publié dans à vélo, c'est plus sûr ! | Pas de Commentaire »

12
 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM