Séjour à Ste Cécile plage (Camiers 62) 07-2017

Posté par Jean-Jacques le 6 août 2017

Cette année, Rayan et moi sommes retournés sur la Côte d’Opale, non au camping municipal d’Etaples sur Mer comme il y a 2-3 ans (?), mais dans un de ceux de Ste Cécile plage (commune de Camiers – 62) le camping Arc International qui, auparavant réservé au personnel de la cristallerie-verrerie d’Arques (vous savez : Arcopal, Arcoroc, etc.) s’est récemment ouvert au public (il faut bien vivre…)

Samedi 15-07 : en raison d’importants travaux menés par la SNCF pour rénover voies et aiguillages, tant à Paris Nord qu’à Creil, après 2 annulations de billets (dont une constatée en arrivant en gare, 30 mn avant le départ) nous arrivons à partir avec 3 trains au programme : Paris – Compiègne via Mitry-Mory en grande banlieue Est, Compiègne – Amiens (1h de correspondance) et enfin Amiens – Etaples/Le Touquet

Mais grâce aux personnels, tout se passe bien et, partis vers 14h30, c’est à 21h30 que nous arrivons enfin à destination sous un faible crachin (mais il nous en faut plus)

Le gérant nous pilote jusqu’à un emplacement tranquille, près d’un accès à la plage, que je n’aurais pas su trouver tant le camping est vaste. La tente est vite installée et, après un petit tour sur la plage, on s’endort pour une bonne nuit.

Dimanche : petit-déjeuner près des sanitaires où je commets l’erreur fatale : je branche mon téléphone portable pour le recharger et le perds de vue quelques minutes. Lorsque j’y retourne, il a disparu. Il faut dire que depuis un moment, je ne fréquentais plus que de petits campings hors saison, parfois avec des sanitaires verrouillables de l’extérieur avec une pièce de monnaie… bref, ça m’apprendra.

Après-midi : sortie au Laby parc de St Josse, où Rayan a constaté que lorsqu’on grandit, bien des amusements et attractions perdent de leurs attraits. Mais on s’est malgré tout bien amusé en faisant la course en kart à pédales, en jouant au mini golf, et en se régalant d’un copieux sandwich « américain » (c’est à dire avec frites). Le ciel gris clair n’a pas empêché de ressentir une impression de beau temps.

En soirée, instauration du « rituel » auquel nous ne dérogerons pas : aller à pied par la plage jusqu’à Ste Cécile manger une glace, ou une gaufre par temps frais, et revenir par la route

Lundi : relâche, beau temps, baignade et inscription à une animation « accrobranche » proposée par le camping. Le tarif préférentiel proposé est devenu carrément imbattable lorsqu’à l’accueil de l’accrobranche, sur les 30€ donnés en billet de 20€ + chèque vacances de 10€, on m’a rendu 10€ de monnaie. 

Mardi : animation accrobranche à Opalaventure et c’est tant mieux car la journée promet d’être très chaude : autant être sous et dans les arbres qu’en plein cagnard. Nous nous sommes lancés sur les parcours « découverte » (env. 2h30) et une fois l’appréhension de la première tyrolienne passée, Rayan ayant vaincu son vertige s’est éclaté et moi, je me suis bien amusé à retomber en enfance quand, à Senlis, avec les copains je jouais les Tarzan dans la haie qui séparait le lotissement de Bon Secours 1 des champs qui allaient devenir Bon Secours 2.

Et en rentrant de Ste Cécile où j’avais fait quelques courses, j’ai le plaisir de constater que malgré les courants d’air Rayan a réussi à allumer mon petit réchaud à combustible solide et à préparer la soupe.

Mercredi : après une nuit en partie passée dans les grondements et les lueurs d’éclairs d’orages dans l’arrière-pays, visite de Nausicaa à Boulogne sur Mer, où nous sommes allés à vélo bien sûr. Trajet agréable par beau temps, avec le vent globalement favorable, mais à l’arrivée seulement 4-5 pauvres « pince-roue » sur la grande esplanade, tous occupés bien sûr. Heureusement nous avons pu attacher nos vélos à des barrières de police.

Visite plaisante, mais j’aurais aimé voir plus d’aquariums et moins d’exposés et commentaires… Sans doute cela sera-t-il amélioré après l’ouverture de la gigantesque extension en cours de construction. En tout cas, on a apprécié les grands aquariums, dont ceux des requins et des otaries joueuses, les hublots périscopiques façon « sous-marin » permettant de passer la tête dans le fond de récifs coralliens, la simulation de passerelle de navire de haute mer dans la tempête, avec écrans panoramiques éclaboussés d’embruns, communications radio et mouvements du plancher.

Le soir, pour ne pas avoir de vaisselle à faire et fêter notre départ anticipé, Rayan n’ayant pas réussi a se faire de copains, dîner à la friterie de Ste Cécile. On n’a pas regretté. Pour Rayan : un hénaurme sandwich kébab américain de bien 30 cm de long avec frites pour 2 personnes normales ; pour moi : un cheese-burger au maroilles (accompagné des frites que Rayan n’a pu finir), une révélation culinaire.

Jeudi : après une nuit calme, rangement et pliage pour un départ anticipé,  Nous avons bien fait : en petit-déjeunant sur le pouce à Ste Cécile, le temps qui s’était couvert a viré à la bruine (je n’aurais pas aimé décamper sous la pluie). Je décide de profiter d’une accalmie pour partir et, à peine sortis de Ste Cécile, la bruine reprend, rapidement suivie d’une vraie pluie.

En raison de nos équipements de pluie légers et incomplets, c’est trempés jusqu’au slip que nous arrivons en gare d’Etaples. Mais comme la température est douce et que nous sommes à l’abri, on attend tranquillement l’Intercités qui, cette fois, va nous ramener directement jusqu’à Paris.

Peu de photos suite à la disparition de mon « photophone » le lendemain de notre arrivée, mais j’ai néanmoins réussi à bricoler un diaporama que voici.

Laisser un commentaire

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM