Boulogne Bill. – Chateauneuf en Thymerais (28)

Posté par Jean-Jacques le 3 avril 2016

Réveil un peu après 4h car j’aime bien prendre mon temps
Arrivée en gare du Nord vers 5h25
Arrivée au siège du CCBB pour 6h30 après avoir un peu galéré pour franchir la @?#§! cyclhostile porte de St Cloud puis trouver la rue Marcel Dassault qui amène pile au bon endroit
Rien de spécial à faire sinon papoter un peu avec les organisateurs, en buvant un café à la santé d’un ami n’ayant pas pu participer, puis partir droit sur Versailles
.
La route est très calme à ces heures, la pente menant à Versailles est régulière, seuls 2 cyclos sont partis presque en même temps et, à l’occasion d’une halte pour enlever mon coupe-vent, je me retrouve seul
A l’entrée de Versailles, je loupe la bifurcation vers Buc (avec la nuit, le balisage vert n’est pas très visible : il aurait du être doublé voire triplé pour offrir plus de surface et attirer l’œil). Donc demi-tour et j’accroche un grupetto qui avance sensiblement à mon rythme. Mais ils me larguent pendant que je m’arrête pour saluer la bande des Véliziens en haut de la montée de l’aqueduc
Je continuerai donc seul jusqu’au contrôle des étangs de Hollande et, le jour s’étant levé, le balisage est désormais bien visible
.
Je retrouve avec plaisir des routes ou des secteurs parcourus lors des balades « vélotaf » dans les environs ou de mes participations au Toboggan Meudonnais ou au Rallye Alex Singer, mais je suis bien content d’arriver aux fameux étangs où je retrouve 3 collègues de forum et où je remarque 2 randonneuses dont 1 Alex Singer (avec Guylène, ça devait faire 3 randonneuses au milieu de tous ces vélos sportifs) 
Le ravitaillement est copieux, varié et de qualité, avec mention spéciale aux succulentes oranges
Je repars vers Châteauneuf en suivant ou me faisant dépasser par de nombreux cyclos mais, du côté de l’Epinette, je continue dans le zag au lieu de tourner à droite dans le zig et je débouche sur la D71… dont je découvre bien vite qu’elle est sur l’itinéraire retour
.
Ayant la flemme de remonter le chemin un peu raviné que je viens de dévaler, je me dirige donc « à rebours » vers Châteauneuf, constatant que suivre un balisage « à l’envers » constitue une plaisante gymnastique cérébrale. De plus, les « montagnes russes » boisées entre Versailles et la sortie de la forêt de Rambouillet (sillonnée de chemins forestiers et pistes cyclables goudronnées) laissent place à une route qui serpente en fond de vallée (celle de l’Eure) dans un paysage normand alternant prairies, bois et champs
Mais bon, seul à nouveau bien évidemment, c’est usant, notamment lorsque après une longue côte je me retrouve sur un plateau monotone voué aux grandes exploitations sans doute céréalières
Un peu avant Châteauneuf, vers 11h30 ou 45 me semble-t-il, je commence à croiser des groupes de cyclos déjà sur le retour dont… 2 collègues de forum qui ont dû s’en frotter les yeux…
C’est avec soulagement que je vois se profiler le clocher de Châteauneuf, puis que j’engloutis le copieux plateau repas : :bravo: le CCBB
J’y retrouve 2 autres compagnons de forum qui partent avant moi… et vers 12h45 je me remets en route à nouveau seul, face au p’tit vent cette fois 
:pleure:
Je mouline donc stoïquement sur le plateau médian, voire le plus petit dans les côtes pourtant pas bien méchantes, jusqu’à ce que je rejoigne un groupe de cyclos de Gournay/Marne arrêtés pour je ne sais quelle raison
C’est avec eux, souvent derrière, parfois au milieu (notamment dans les côtes : c’est là qu’on voit la supériorité du moulinage sur le pédalage en force), que, dans le plaisir grégaire et le confort d’un peloton qui « coupe » le vent et donne le rythme, je rallie les étangs de Hollande pour le 2ème contrôle
Je commence quand même à en avoir plein les guibolles, le creux de mon coude gauche « tire », le cuissard long de mes débuts me rappelle qu’il semble être vraiment arrivé en bout de course et n’offre plus le même confort à mon séant… bref je m’attarde un peu trop et, du coup, c’est à nouveau seul que je repars
.
Et à Dampierre, en tournant à gauche vers Versailles, j’entends soudain un grand CLACTACLANG !! Guylène se bloque quasiment : c’est la roue arrière ! Je crains un pb de casse de chaîne, d’axe, de moyeu, avant de découvrir que c’est un rayon qui a cédé au niveau de l’écrou de fixation à la jante. Comme c’est une roue à tendance sportive, il y a peu de rayons et elle a pris immédiatement un voile monstrueux
Déconnexion du frein, démontage de la roue, ligature du rayon, démontage du garde-boue (qui devait être changé), remontage et c’est avec un vélo qui roule (ouf !) sans frein Ar, avec une roue écrivant ~~~~ sur la route, telle celle d’un vélo de supermarché voué à la déchetterie ou aux P.A. sur LBC, que j’arrive précautionneusement sous une fine pluie à la gare de St Rémy-les-Chevreuses où un RER n’attendait que moi pour partir nach gross Paris
.
Bref, je suis un peu dégoûté de cette fin prématurée : j’aurais bien aimé essayer d’arriver (même hors délais) malgré le vent et le dénivelé (le brevet de 200km Noisiel me paraît moins dur ?)
Content malgré tout car en dépit de sa difficulté la rando est agréable (au moins jusqu’à Villiers le Morhiers), les participants sont sympa, l’organisation au top et, en comptant Gare du Nord-> Boulogne, je ne dois pas être loin des 180 voire 200km (au lieu des 220 prévus)
.
Et je n’ai même pas bien dormi la nuit suivante 
.

Laisser un commentaire

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM