Un barbu en VTT à la Fontainebelleau 2016

Posté par Jean-Jacques le 24 mars 2016

Réveil à avant l’aube pour prendre le transilien quasi désert qui me dépose en gare de Paris-nord d’où je rejoins rapidement Jean-Michel, mon acolyte pour cette sortie, à la gare de Lyon où il m’attend déjà.

Trajet très rapide en TER cyclamical (30-40mn ?) jusqu’à Fontainebleau-Avon où Marion, notre guide ©G. Bécaud, nous attend pour nous piloter jusqu’au complexe sportif de la Faisanderie.

Il n’est pas 8h : même s’il y a déjà un peu de monde les inscriptions sont vite faites, un café avalé (il y a un copieux buffet pour celles et ceux qui auraient commis l’erreur de venir le ventre vide) et nous nous élançons sur une longue ligne droite plate, ou quasiment, parfaite pour s’échauffer en douceur. La forêt filtrant le vent, je ne ressens pas autant la fraîcheur qu’à Paris.

Le parcours est impeccablement balisé Image IPB avec parfois une pré-signalisation (le luxe !) même si j’apprendrai, au poste de ravitaillement en cours de route, que sur le circuit 60-80 km, des panonceaux ont disparu ou ont été déplacés (remarque entendue à la volée lors du déclenchement de l’opération SOS balisage)

Pour conserver de bonnes relations avec l’ONF et les associations de marcheurs, de protection de la nature et tutti quanti, l’itinéraire n’emprunte que des chemins forestiers plus ou moins caillouteux, sablonneux, raides (parfois très raides), roulants ou pas… et, entre deux raidillons, les liaisons permettent de se refaire une santé… lorsqu’on ne se fait pas tabasser par les coups de raquette des empreintes de sabots de chevaux : j’avoue avoir parfois regretté d’être sur un « hard tail » comme on dit, plutôt que sur un vélo tout suspendu.

Mais d’une manière générale, il me semble que ce genre de parcours est parfait pour qui voudrait s’initier en douceur au VTT car je n’ai pas trouvé de vraies difficultés techniques, hormis les raidillons qu’on passe en moulinant « tout à gauche ».

Pour autant, il convient d’être un minimum attentif et d’éviter de faire comme ce « saumon » en fatbike que je vois soudain dans une pente raide parsemée de gros cailloux remonter vers le cycliste qui me précède sur la droite du chemin : chacun hésite une fraction de sec. de trop et décide… de se déporter du même côté ! ça se termine par une rencontre avec la chute du descendeur mais sans réelle conséquence, matérielle ou physique, pour chacun des protagonistes.

Les paysages traversés sont agréables, l’itinéraire passe au pied d’arbres remarquables, longe ou traverse des chaos rocheux et, en dehors des participants à ce rallye, il ne m’a pas semblé voir grand monde : ça doit être autre chose un w.e. estival, encore que cette forêt semble assez vaste pour offrir des itinéraires tranquilles en toutes circonstances.

131

On remarquera, outre mon air farouchement déterminé, le bien nommé Camelbag(TM) contenant, outre une généreuse poche à eau pour ne pas mourir de soif, tout le nécessaire pour faire face à une crevaison ou autre incident technique (afin de ne pas rester en rade dans les bois au milieu des loups, ours et autres sangliers), un coupe vent, une carte IGN, mes papiers + téléphone.

Au carrefour avec une route forestière accessible au motorisés, on constate la présence de camping-cars d’adeptes de la varappe, présence confirmée lorsque nous dépassons quelques « Bob l’éponge » taille adulte de couleur noire… en fait, un groupe de varappeurs(euses) avec, en guise de sac à dos, les énormes matelas de protection en cas de chute d’une paroi.

Le ravitaillement est copieux et diversifié (bananes, oranges, pommes, quatre-quart, pain d’épice, chocolat noir, emmenthal… le tout prédécoupé, café, thé, sirop…) mais, par ce temps frais, il manque LA goûteuse soupe de légumes ©Beau Mollet : une suggestion de partenariat avec un restaurateur local à faire aux organisateurs ? Et j’ai profité de l’attente de mon comparse, qui s’était écarté dans les sous-bois pour jouer au chippendale en changeant sa tenue, paraît-il, pour prendre quelques photos de vélos qui m’ont paru singuliers :

Image attachée: WP_002281.jpg Image attachée: WP_002283.jpg  Image attachée: WP_002282.jpg le seul fatbike Cannondale « lefty » (équipé d’une fourche avec un seul fourreau à gauche) que j’aie jamais vu (mais des fatbikes, y’en avait bien une dizaine au moins)

Image attachée: WP_002284.jpg le tandem d’un père et sa fille qui ont fait la boucle de 35km

A l’arrivée, sous les rayons d’un timide soleil peinant à traverser les nuages, je constate à leur dos moucheté  que certains ont quand même réussi à rouler dans les quelques rares ornières encore humides… peut-être des nostalgiques des forêts du Val d’Oise et du S-O des Hauts-de-Seine ?

En tout cas, contrairement à mes participations au rallye du Beau Mollet, j’ai gagné un lot à la tombola : un livre de la collection « L’école des loisirs » qui devrait plaire à une nièce de ma connaissance. Et pour mon plaisir, je me suis offert un pot de confiture artisanale de Quetsches à la lavande :bave: (merci la modularité du Camelbag pour ramener tout ça en plus du coupe-vent)

Bref je signe pour l’an prochain, mais cette fois pour le parcours de 50 ou 60km car 35, c’est un poil trop court

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM