Nouvel arrivé : un Peugeot professionnel

Posté par Jean-Jacques le 7 février 2016

J’avais rénové pour la Toussaint 2015 un vélo de route Décathlon de bonne facture qui m’avait été donné pour mon gamin. Il avait apprécié la position dynamique mais, hélas, ce vélo m’a été volé fin janvier.

Je me suis donc mis en quête d’un remplaçant que j’ai trouvé hier : un Peugeot professionnel junior.

Le voici après achat puis après un début de remise en état :

WP_002223 WP_002232

entre ces 2 photos, outre le changement de pose et de luminosité, j’ai :

  • enlevé la guidoline (des rubans cork marbrés bleu/jaune dans ce genre ont été commandés)
  • raccourci la gaine du frein Av d’au moins 5cm pour avoir une courbe plus directe
  • démonté les câbles (dégraissés au dissolvant : merci ma fille cadette) et les freins pour les huiler
  • tout remonté avec moult jurons (butée de gaine qui tombe ou reste dans la cocotte, brin de câble qui ne veut pas suivre les autres, étrier décentré)
  • réussi à centrer les étriers

-> il semblerait que les freins fonctionnent comme à la sortie du magasin !

puis huilage de la transmission (pour bien faire, il faudrait démonter, dégraisser, graisser ce qui doit l’être, puis remonter et huiler)
dégonflage / démontage partiel des pneus pour réaligner les valves ©Tour de Pise,  puis remontage / regonflage
pose d’un porte-bidon anodisé bleu retrouvé par hasard dans mon stock de matériel vélo
-> ce vélo commence à ressembler à quelque chose (et cette fois il est soigneusement attaché aux autres par un U + une chaîne)

Caractéristiques :

cadre en acier chromoly : H 47cm x L 52,5cm (mesures axe/axe) poids : 11,7kg d’après la fiche technique Peugeot
roues chaussées de pneus Michelin Sélect 28×590 (650x28A)
jantes Alesa « made in Belgium » en aluminium (concaves, ce qui m’a étonné) – moyeux Sachs
potence courte à plongeur Atax, 
leviers de freins Diacompe aéro (les câbles passent le long du cintre, sous la guidoline)
gaine de frein arrière passant dans le tube supérieur
freins de marque inconnue à étriers « vintages », mais avec système de relâche rapide pour démonter les roues
dérailleurs : avant Shimano SIS Altus, arrière Sachs 2000 – manettes de commande Sachs, indexée pour l’arrière
pédalier Shimano MJ avec double plateau 38-28 et manivelles 160mm
roue libre Sachs 2000 6V 13-26 (qu’il faudra sans doute que je fasse remplacer pour une avec un grand pignon > 28)
pédales de marque inconnue, corps monobloc en matériau composite de forme triangulaire avec cale-pied à sangle intégré
selle Vetta « lite gel » sur tige de selle correcte avec chariot moderne

Accessoires :

porte bidon Zéfal + bidon Spécialités TA (gris, très moche)
compteur Sigma BC301 -avec une touche de rouge pour aller vite- dont j’ai retrouvé la notice sur le ouèb (mais j’ignore s’il fonctionne)

En fouinant sur le ouèb, j’ai découvert dans un catalogue de 1995 que c’est le modèle qui était recommandé pour les écoles de cyclisme et qu’il est évolutif : les roues peuvent être remplacées par des roues de 700 (ou 622 selon la norme ETRTO) mais cela oblige à changer « certains périphériques » (les freins je suppose. Comme lesdits freins fonctionnent à nouveau correctement, je ne vais pas me lancer dans ce genre d’opération qui finit par être coûteuse et rien ne dit que l’an prochain il ne faudra pas trouver un cadre plus grand)

Laisser un commentaire

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM