Je suis un audacieux (BRM 200km de Noisiel)

Posté par Jean-Jacques le 23 mars 2014

Avec des ami(e)s du forum vélotaf, je m’étais inscrit au BRM  de Noisiel (77)  (Brevet de randonneur mondial de 200 km) organisé hier samedi 22 mars 2014 par l’Audax Club Parisien (du latin audax -> audace)

En voici le récit succint fait le soir même sur le forum (les prénoms sont les pseudonymes utilisés sur le forum) sans photo car c’est une épreuve sportive au cours de laquelle on n’a pas le temps de cueillir les pâquerettes :

Trajet aller peu agréable sous les nuages, mais avec vent de dos

Dès le début, Alérené a des soucis. Son vélo ne semble pas au point (pb de roue AR ?) et les développements peut-être trop cyclosportifs : faudrait p’têt’ essayer de changer la cassette pour une qui commence et finit avec au moins 2 dents de plus ? (plus un grand pignon « méga range » pour les côtes « de la mort qui tue » ?)

Bref le groupe Dodge-JJ puisqu’il avait été ainsi baptisé (Dodge, Saperli, Marion, Carlos45, Alérené, Youri et moi-même) finit par éclater : nous perdrons d’abord Alérené, puis Carlos45 et Youri, mais nous retrouverons Satory et Greeewy sur leur tandem avant Château-Thierry

Nous avons le plaisir de suivre l’itinéraire de la sortie « Brasserie des Trois Loups », y compris les chevaux blonds en haut de la côte de je ne sais plus où, celle qui suit le raidillon après une église

Pause casse-croûte sympa un peu après Château-Thierry, où nous rejoindra le foot-biker dépassé peu avant (ce type a fait les 200 km en « trottinette » améliorée !)

Reprise douloureuse : Dodge et Saperli partent les 1ers, puis sur leur tandem Satory et Greewy suivis du duo d’enfer (Marion et moi). Ils roulent bon train, Marion arrive à les suivre mais je fais l’élastique sans pouvoir les rattraper. Je me contente donc de ne pas me laisser larguer

On se retrouve le temps d’une pause abribus (terme latin dont l’origine remonte à Uderzo, proconsul romain qui a beaucoup oeuvré pour la diffusion de la culture gallo-romaine) afin d’échapper à une averse de pluie, ah ben tiens y’a aussi de la grêle. (finalement, nous sommes des chochottes malgré nos airs de dur(e)s à cuire)

Lorsqu’on repart, c’est finalement chacun à son rythme : 

  • Dodge, Saperli, Satory et Greewy
  • Marion qui en bave et moi, car je commence aussi à en avoir un peu plein les bottes. Donc le prétexte de ne pas la laisser pédaler seule dans la semoule tombe à pic

Il faut dire que le vent qu’on ne sentait pas à l’aller, on le sent vraiment bien maintenant ! Néanmoins, la route, vallonnée sans excès, est plaisante (notamment les vallées du Petit puis du Grand Morin) et offre de jolis paysages sous le soleil 

Hélas, on débouche ensuite sur le plateau (?) Briard : grandes ondulations de terrain, monoculture type plaine du mid-west, pas une haie pour couper le pinaise de vent de face sa race qui doit souffler à au moins 50km/h et une départementale (D216) passante en faux plat montant qui file droit devant, rectiligne à en pleurer tellement on dirait qu’on pédale sur place, avec des abrutis d’automobilistes frôleurs ou qui se rabattent devant ma roue alors qu’ils ont toute la place de doubler large (ah ! si j’avais pu coincer le con-ducteur de ce petit camion-benne transportant du bois de chauffage)

Heureusement, derrière moi un « JJ, prochaine à droite » nous fait quitter cet aperçu sinon de l’Enfer, du moins du purgatoire. Du coup, le vent on l’a de dos (béatitude et soulagement) puis à nouveau tantôt de face, tantôt de 3/4 face mais pas toujours du même côté pour varier les plaisirs, bref on est « ravis » ! mais sans trop de bagnoles, et surtout sans aucun(e) excité(e) du volant, c’est déjà ça

Enfin, c’est par des routes plus agréables que nous regagnons Noisiel avec, dans une longue descente douce, le fameux « Vas-y JJ on les fume tous » de Marion qui a repris du poil de la bête et dont le moral, à défaut de la forme physique, est gonflé à bloc. 
Le fait que l’on double et redouble souvent les mêmes cyclos au gré de nos haltes respectives, pour finir par les distancer jusqu’aux abords de Noisiel où la zone urbaine et ses feux nous met sur un pied d’égalité, n’y a sans doute pas été pour rien (et peut-être le « 2d souffle » des sportifs d’endurance ?). Et endurants, nous l’avons été : 11h15 pour boucler ce BRM, la preuve :

BRM 200km Noisiel 2014 (1)

 quelques infos :

  • Le tracé du parcours
  • 1ère étape (90 km) de Noisiel à Mont-St-Père, un peu après Château-Thierry : moyenne de 20,4 km/h, sous réserve que les heures exactes aient été notées sur mon carnet et non des heures forfaitaires par tranche de 15 mn.  (n’ayant pas noté les heures de départ des points de contrôle, impossible de calculer une vitesse moyenne pour les 2 autres étapes)
  • Pour Marion et moi, moyenne générale du Brevet : 17,8 km/h

Bon, la salle de bain doit être chaude comme un sauna, j’vais passer les 20 prochaines mn sous la douche et puis un bon p’tit restau pour fêter ça, car « je le vaut bien », à +

PS :
1- hors de question que je fasse jamais plus de 200km (suis pas fou à ce point)
2- la médaille est valable jusqu’en 2015 : j’attendrai donc 2016 pour voir si je repique au truc (ou alors l’an prochain s’il n’y a ni pluie ni vent annoncés)

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | 2 Commentaires »

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM