Tour du Vercors en cyclocamping

Posté par Jean-Jacques le 31 août 2013

Jour 1 : Grenoble – St Gervais – Pont en Royan – Gorges de la Bourne – St Julien – St Martin en Vercors

Le voyage commence la veille sous les meilleurs hospices(non, c’est plus tard que je serai à ramasser à la petite cuillère) auspices puisque parti au boulot avec armes et bagages (gros succès auprès des collègues du PC sécurité où j’ai laissé ma randonneuse chargée) il s’est avéré que contrairement à la gare de Nanterre-U celle de Nanterre-ville est un modèle d’accessibilité pour cyclistes et PMR… et le RER de cette fin de journée du 14 août est accueillant

Rapidement embarqué gare de Lyon, rapidement arrivé en « TGV vélos » à Grenoble chez l’ami qui héberge une partie de la bande et le lendemain, départ avec 9 autres comparses le long de la belle voie verte qui longe l’Isère aux eaux bleu-gris, comme si elle avait emporté avec elle les couleurs des glaciers et des roches
Elle est superbe cette voie verte : avec les falaises du Vercors sur notre gauche, on a l’impression d’être déjà à la montagne sans avoir besoin d’y monter !
Nous la quittons pour une agréable petite route qui sinue dans les vergers de noyers avant de rejoindre une large départementale qui, à défaut d’être cyclamicale et bucolique, n’est pas hostile et permet de rouler facilement à bonne allure

Nous arrivons bien vite à Pont en Royan, porte du Vercors, ses maisons suspendues sur la rivière et sa route qui monte vers les gorges de la Bourne, une montée régulière mais longue, longue… (plus de 20 km) sous le soleil et avec un petit vent de dos suffisamment lent pour que l’on ait l’impression de pédaler dans l’air immobile d’un four.
Et si ensuite nous bifurquons à droite à l’ombre vers St Julien et St Martin en Vercors, c’est pour un % légèrement supérieur me semble-t-il… heureusement, cette route ne pouvant pas monter indéfiniment, une fois arrivés en haut c’est un peu de plat puis une loooongue descente qui nous amènent au camping des Portes de St Martin et sa piscine dans laquelle nous allons bien vite barboter avec vue sur le ciel bleu, une grande barre rocheuse, la forêt et les prairies
Repas au bar du camping à base de ravioles, pizza, hamburger du Vercors, double ration de frites et que sais-je encore… Nuit calme, à peine troublée par les cris d’un rapace nocturne et les clarines de bovins (non personne n’a ronflé, c’était les autres campeurs) et réveil aussi humide que si un arrosage automatique avait été déclenché

Jour 2 : St Martin en Vercors – La Chapelle en Vercors – Vassieux en Vercors – refuge du Col de Vassieux

Le groupe des cyclistes normaux s’élance vers le refuge du col de Vassieux en Vercors avec d’autant plus d’entrain que l’on commence par se laisser glisser le long de la route en pente
Les fadas eux, ont pris la direction du col de la Machine (moi, rien que le nom je trouve que ça fait pas super envie…)
Nous arrivons ainsi très vite à St Martin en Vercors mais hélas, c’est là qu’est l’os, la route remonte vers La Chapelle en Vercors où nous faisons le plein de victuailles et d’eau à la belle fontaine surplombant la piscine municipale
Encore un p’tit coup de descente et bien vite la route remonte franchement vers le col du Proncel où, sur le final, je lâche Carlos pour régler à la loyale son compte à un sympathique cyclosportif qui nous avait doublés, rouge et essoufflé, maillot grand ouvert, en nous souhaitant bien du courage
La tête qu’il a faite quand il m’a vu le dépasser sans trop d’efforts apparents « mais comment vous faites avec les bagages ? » réponse « j’ai un bon vélo, de petits développements et je mouline pour ne pas forcer »
Arrivés au col, nous décidons à l’unanimité de faire une longue halte jugée bien méritée pour déjeuner et découvrons les premiers chardons argentés (espèce protégée) appelés Carlines

Rassasiés, nous descendons vers Vassieux, mais le démon de la course est en nous, enfin en Georges et moi car nous nous sommes tirés une bourre bien sympa, jusqu’au cimetière-mémorial à l’entrée de la ville, commémorant l’arrivée de troupes SS en planeurs qui décimèrent la population, civils et résistants confondus
C’est à Vassieux que nous retrouvons les fadas aux cuisses d’acier pour nous diriger tous ensemble vers le refuge via une jolie petite route campagnarde (à gauche en sortant du village) devenant forestière qui passe devant le Camp Nicolas Vanier avant de bien grimper « dré dans l’pentu » la bougresse !
Halte toilette à l’auge d’une source vivifiante, puis découverte du refuge, de la vue imprenable tant côté Vercors que côté Diois vu de la falaise, du charme capricieux de la cuisine au feu de bois, de la dureté des bas flancs comparés à l’herbe des campings

La nuit ne fut troublée par aucun rongeurs, sans doute effrayés d’abord par les discussions confuses et animées pré-endormissement, puis par les bruits de nos activités nocturnes (ronflements à divers degrés, petits cris d’une amie qui cauchemardait…) bref une sympathique nuit normale

Jour 3Col de Vassieux – Villard de Lans par les cols de St Alexis, de Rousset et d’Herbouilly

Départ du refuge, passage devant la salle de bain attenante (ou presque) et nous continuons sur cette petite route forestière dont le revêtement se dégrade fortement dès que nous attaquons la pente
Les tâches des rayons de soleil filtrant à travers les arbres perturbent la vision de la chaussée et il vaut mieux être sur ses gardes. Nous arrivons sans encombre à Vassieux après un petit tirage de bourre avec deux amis (oui, à vélo, j’ai souvent 40 ans de moins)
De Vassieux, nous partons plein Est vers le col de St Alexis, avalé sans pb (il en faut désormais plus pour nous impressionner) d’où nous redescendons doucement vers la route du col de Rousset où j’irai constater qu’en franchissant le tunnel tel une sorte d’Alice au pays des merveilles, on a une vue splendide sur le Diois
Après avoir rebroussé chemin, la descente vers St Agnan est un régal. Le groupe ayant pris de l’avance, je me lâche et j’ai bien du frôler les 70km/h sur cette belle route. C’est à St Agnan que l’un de nous découvre la démission de sa chambre à air arrière qu’il répare rapidement et nous rejoignons un peu plus loin la bande qui pique-nique joyeusement au bord de l’eau en regardant distraitement les Aigles de la Route qui paradent

Lorsque nous remontons vers St Martin, c’est avec l’orage sur nos talons : le ciel noircit au sud, le vent se lève, on entend un lointain tonnerre… passé St Martin, après quelques palabres le groupe se scinde pour rejoindre Villard de Lans : une partie continue directement vers les gorges de la Bourne, l’autre monte vers le col d’Herbouilly, chacun priant pour ne pas se retrouver sous l’orage menaçant
L’organisateur de la sortie détend l’atmosphère des grimpeurs « si vous entendez comme des bourdonnements d’abeilles, descendez immédiatement de vélo et couchez-vous à terre »
Finalement, c’est une guêpe qui me surprendra : une amie qui, après avoir un peu pédalé avec moi car elle est polie, me largue sur un bout de semblant de faux plat prélude à une reprise de la montée. En quelques instants, ce n’est plus qu’un petit point tout au loin tandis que je sue à grosses gouttes pour arriver péniblement à bout de cette satanée montée
La pluie arrive dans le haut de la montée, puis s’intensifie au point que dans la descente vers Villard de Lans, malgré nos blousons de pluie nous faisons une pause pour nous regrouper dans un abri providentiel

Lorsque nous repartons, le bleu gagne du terrain dans le ciel et la pluie se calme, rendant plus agréable la sinueuse descente en forêt vers Villard de Lans, après une courte halte à un mémorial de la Résistance en belvédère panoramique
Miracle d’une organisation sans faille, nous arrivons au camping sous un grand beau temps quelques minutes après l’autre groupe. Bons emplacements : herbe tendre, sol moelleux, proche mais pas trop d’un bloc sanitaire et nous avons le plaisir de voir un 11ème « collègue » nous rejoindre
Après courses, douche, baignade dans la piscine (avec toboggans !) et un bon repas autour d’une nappe improvisée tout le monde part se coucher

Jour 4 : Villard de Lans -> La Balme de Rencurel -> Col de Romeyère -> tunnel des Ecouges -> St Gervais -> Grenoble

La veille, nous avions pris la bonne résolution de nous lever tôt. Ce qui fut fait : le soleil n’a pas émergé au-dessus de la barre rocheuse et la brume nimbe encore le paysage lorsque je sors de la tente dégoulinante de rosée, comme d’hab’ (la rosée, pas mon saut du duvet). Avant d’en sortir, j’ai tout rangé : matelas et duvets, sacoches … je suis chaud-bouillant !
Nous finissons le petit-déjeuner lorsque nous entendons un formidable réchaud se déclencher : ce sont 2 montgolfières venues survoler le camping en rase-motte, l’une d’elle atterrira même brièvement… récupération d’un passager ou coup de pub ?
Le départ est facile : ça descend, et vu la fraîcheur du fond de l’air, nous avons tous sortir un blouson coupe-vent. Bien nous en a pris car les Gorges de la Bourne sont bien fraîches et impossible de se réchauffer en pédalant.
La route est magnifique, parfois taillée dans le rocher telle un tunnel auquel manquerait la paroi de gauche. Mais pas question de trop relâcher notre attention car la chaussée n’est pas nickel, l’arrivée sur le pont du carrefour avec la route de St Julien ressemble même à un champ de mines…
C’est là que nous nous regroupons… sauf… notre ami qui avait déjà des soucis avec sa roue arrière hier et qui manque à l’appel

Nous patientons en regardant passer les cyclosportifs… mais d’autres randonneurs aussi… l’inquiétude grandit aussi l’un de nous décide d’aller voir. J’arrive à lui faire laisser ses sacoches sur place et il part, bientôt suivi d’un autre
Ne sachant pas trop ce qui les attend ensuite, ceux qui ont un train à prendre et les genoux un peu mous partent vers La Balme de Rencurel, au pied de la route du col de Romeyère
L’organisateur nous avait prévenu « ça monte un peu fort au début, puis ça va mieux »… mouais… en fait ça monte raide, on croit ensuite que c’est fini mais ça regrimpe encore aussi fort, puis la pente s’adoucit enfin avant de se relever légèrement sur la dernière centaine de mètres avant le col
Pendant cette montée, deux des cyclistes rapides du groupe nous rattrapent : le pneu arrière du retardataire a déclaré forfait mais il a pu repartir grâce à une réparation de fortune (c’est lui qui avait crevé la veille : dire qu’hier en arrivant au camping il aurait pu mieux inspecter son pneu et en racheter un neuf !)
Le cycliste le moins aguerri du groupe aura vaillamment vaincu cette dernière ascension en pratiquant avec succès la technique du « fractionné » : coup de pompe -> arrêt pour un morceau de banane séchée et un peu d’eau -> en selle jusqu’au prochain coup de mou, etc.

Arrivés au col, après une pause fruits secs nous nous laissons glisser vers le tunnel
Peu avant, la route s’enfonce dans de magnifiques gorges puis bute contre un muret, seul rempart contre un à pic et un panorama dont le Vercors a le secret. Sur la gauche, la bouche béante du tunnel ressemble à l’entrée d’un train fantôme, mais pas la version fête foraine… plutôt celle d’un Stephen King des bons jours.
Brut de décoffrage, sans aucun éclairage ni marquage au sol ni dispositif réfléchissant le long de ses parois, on dirait une gueule édentée s’ouvrant sur un œsophage qui va nous avaler.
Moins poétiquement, il donne l’impression d’avoir été fini de creuser la veille et ouvert par mégarde à la circulation.
Nous nous y engageons. Je dois régler ma lampe B&M sur la puissance maximum (40 lux) pour y voir à peu près correctement car l’on n’a aucun repère et, le tunnel n’étant pas rectiligne, on n’en voit pas le bout
La lumière du jour arrive enfin et la suite de la descente aussi : on est heureux de ne pas avoir eu à monter par là ! La pente raide est très sinueuse, parfois en mauvais état, avec des  virages sans visibilité, et se rétrécit par endroits pour ne laisser que la place d’un véhicule de passer

Un attroupement sur un pont attire mon attention : en short et torse nu, ils regardent une mouche… non un homme descendre en rappel le long de la partie supérieure d’une immense cascade. Du canyonning m’a-t-on dit : moi qui croyais que cela consistait à sauter de vasques en bassins et à se laisser glisser le long de toboggans de pierre polie par les eaux…
Après 2-3 photos, je repars dans l’pentu et c’est à St Gervais que je finis par rattraper le couple de motards partis avant moi du pont du canyonning. Concentré sur mon pédalage, je traverse le village comme  une balle et finis en douceur à l’entrée de la Voie Verte où les autres membres du groupe me rejoignent

En attendant les sportifs passés par le col du Mont Noir, nous aidons une cycliste du dimanche matin (fine 40aine dynamique, cheveux courts, corsaire et brassière de sport) à ranger son vélo dans sa voiture. Au passage, je remarque que les pneus de son vélo sont sensiblement à la même pression que mon matelas autogonflant de camping.
Je le lui fais remarquer en soulignant que les grosses valves permettent le gonflage en station service… et la réponse me laisse pantois « je ne sais pas le faire, c’est comme pour les pneus de la voiture : je ne le fais jamais, c’est mon mari qui s’en occupe » (encore une handicapée de la vie ?)
Nous regagnons la rive gauche de l’Isère, plus accueillante pour une pause pique-nique et, lorsque le reste de la bande arrive auréolée de gloire et de relents de transpiration, ça tourne à la braderie de fin de marché : « qui veut finir cela ? » « il me reste encore de ceci ! » « je ne vais tout de même pas repartir avec ça ! ». Tout sera liquidé…
Après un bon café nous nous engageons sur la voie verte.

Je remarque que notre néophyte, à l’agonie le premier jour (mais la veille il avait fait Lyon – Grenoble à vélo) a repris un bon coup de pédale : il est considérablement plus vaillant qu’au départ et passe même en tête du gruppetto formé par 5 d’entre nous (« mon compteur indiquait 25 mais mes jambes me disaient : 27… 27… »)
C’est au tour d’un autre de prendre le relais et tout à coup, insensiblement, voila le Club des 5 mains aux cocottes, bien en ligne, à mouliner aux alentours de 30-35 km/h pendant une dizaine de km en prenant des relais
Le reste du trajet se fera avec le groupe au complet, en passant devant un mur de soutènement de voie rapide livré aux graffeurs, puis une zone d’habitat précaire de SDF avant que le chemin de halage ne se termine sur les quais
Fin de la randonnée devant un glacier artisanal (humm… la glace à la Chartreuse) avant de se dire au-revoir à la gare de Grenoble toute proche

diaporama du Tour du Vercors

tracé du parcours effectué à partir de la banlieue de Grenoble

Petit bilan :

Fringues : 

  • 1 polo manches courtes 
  • 1 t-shirt technique
  • 2 cuissards à bretelles (pas lavés mais portés en alternance un jour sur 2)
  • 1 boxer informe en coton genre Pervers Pépère © Gotlib (pour la nuit)
  • 3 paires de socquettes basses
  • 1 blouson léger membrané « wind protect » à manches amovibles 
  • 1 blouson de pluie
  • 1 grande serviette microfibre
  • 1 slip de bain (perdu)
  • 1 paire de tongues (jamais mises, herbe trop humide)

Cols :

  1. montée de Pont en Royan à St Julien en Vercors (car elle le vaut bien, cf. polémique sur le site du club des 100 cols)
  2. Col du Proncel
  3. Col de Vassieux
  4. Col de St Alexis
  5. Col de Rousset
  6. Col d’Herbouilly
  7. Col de Romeyère

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM