La boucle Nord-Ouest de la Seine

Posté par Jean-Jacques le 25 mars 2011

Et bien ça y est, j’avais repéré ce parcours il y a pas mal de temps déjà, et je viens d’y entraîner des compagnons de route… au départ de Paris : ça change des balades du côté du Val de Marne sous le fallacieux prétexte qu’il y a des pistes cyclables le long de la Seine qui se prolongent par la véloroute des bords de Marne d’où on peut rejoindre le chemin de halage à Joinville le Pont

Superbe dimanche avec pour seule ombre au tableau l’absence de Sophie… mais cela nous a permis de tester un finalement grand parcours, terminé en apothéose par la montée de Rueil-Malmaison vers Puteaux qui a permis à Wilma convalescente de dire « Veni, vidi,vici » 

Retrouvailles porte de Clichy à l’heure dite, 11h30 (un peu avant même), et j’ai pu admirer en plein soleil le vélo resplendissant de Wilma : une vraie merveille quand on regarde les détails… 

Départ après papotage ayant trait à l’Australie où Wilma a séjourné 3 semaines, traversée de Clichy par la rue Martre et 1ère constatation : cette « autoroute urbaine » à 3 voies pourrait très bien être aménagée avec 1 voie de bus ouverte aux vélos et 2 voies automobiles… mais c’est la rue de Paris qui a été aménagée : parfaite pour la desserte locale (quoi que) elle est inutile pour les cyclistes en transit entre Paris et le nord du 92 comme nous 

Traversée du pont de Clichy où là aussi un aménagement cyclable serait souhaitable car les 2×2 voies sont étroites puis direction la mairie de Gennevilliers où la belle et longue bande cyclable sur chaussée est souvent inutilisable car squattée par du stationnement 

On rallie sans pb le parc des Chanteraines malgré les travaux de prolongation du tramway qui doivent procurer bien du plaisir aux automobilistes en semaine. Agréable traversée du parc sous les arbres en fleur :

200320112.jpg

20032011001.jpg

avant de rejoindre les bords de Seine face à l’Ile St Denis, un ancien « fief » de mariniers où des boulangers faisaient (encore de nos jours, je ne sais pas) un « pain de marinier ». 

Nous rejoignons l’Ile par le trottoir d’un pont en travaux (Wilma :  »qu’est-ce qu’on se traine quand on marche ! ») puis la traversons afin de redescendre vers le port de Gennevilliers sur une route calme bordée d’arbres, face aux berges d’Epinay sur Seine éclaboussées de soleil.

20032011005.jpg

Au passage, je signale un aménagement cyclable inutilisable car mal conçu : aux abords d’un collège, la chaussée est resserrée afin de ne laisser passer qu’un véhicule à la fois. Pour permettre aux cyclistes d’éviter ces goulots d’étranglement, des chicanes ont été aménagées de part et d’autre. Mais elles sont étroites, avec des angles trop prononcés (les trajectoires d’un vélo sont courbes) et des rebords hauts : impossible de les négocier en roulant normalement, il faut ralentir fortement, d’autant plus que ce sont des pièges à saletés (cailloux, branches, etc.). Bilan : les cyclistes ne les utilisent pas

Nous attaquons alors mon trajet « vélotaf » : un petit gauche/droite sur la 2×2 voies quasi déserte qui descend du pont d’Epinay (où un aménagement cyclable serait souhaitable, en plus, il y a la place) et nous voila sur le port que nous traversons quasiment comme seuls au monde. 

 20032011007.jpgRien à signaler hormis 2 poids lourds qui bloquent l’accès d’une portion de piste cyclable : « allo, je voudrais signaler deux véhicules en stationnement gênant et dangereux, etc. » (le poids lourd blanc dont on voit l’arrière de la remorque masque celui auquel il est collé, l’ensemble bloquant l’entrée de la piste cyclable : même pas de quoi se faufiler)20032011008.jpgpuis traversée de la zone 30 de la gare de Colombes-Le Stade et, rue JJ Rousseau, à nouveau : « allo, je voudrais signaler 2 véhicules en stationnement gênant et dangereux. Ils bloquent le trottoir et la bande cyclable sur trottoir, personne ne peut passer… » Au passage, je remarque un gars qui profite du calme des rues pour faire du vélo debout, un pied sur la selle l’autre sur la potence  Nous arrivons ensuite le long de la A86 (remarque de Wilma : « JJ, ton trajet est très riche en situations de vélotaf ») puis dans le parc P. Lagravère où nous décidons de déjeuner, à côté de la maison du parc construite dans l’esprit des « Folies » 

  20032011009.jpg

en déballant nos victuailles sur un banc : 

  • Wilma : salade de pâtes papillon/ tomate/ mozzarella aromatisée à l’huile d’olive et au basilic frais, mini sticks de sauciflard, fromage frais à tartiner 
  • Benjamin : 2 baguettes (bienvenues) 1 « rail » de pâté en croûte, tranches de sauciflard
  • moi : mixture à base de légumes et riz (ferai mieux la prochaine fois), merguez, fromage, pommes en morceaux caramélisées aux amandes grillées et cannelle (pas mauvais en revanche, me suis bien rattrapé)

C’est donc gonflés à bloc et vent dans le dos que nous repartons gaillardement en commençant par nous laisser glisser en roue libre.
  20032011010.jpg

ça ne dure pas, mais c’est pas le Tourmalet non plus

20032011012.jpg

tiens ! un skieur nautique   
 
20032011011.jpgNous arrivons au parc du Chemin de l’Ile (sous le viaduc de la A14) traité avec zones naturelles mélangeant eau/ langues de terre/ ponts de bois (vous savez, ce petit pont de bois…air connu), avec une belle aire de jeux genre Fort Boyard adapté aux enfants et « statues » en acier oxydé dépassant du sol telles des vestiges préhistoriques. La belle et récente passerelle piétonne nous permet d’enjamber la darse d’accès au port de Nanterre pour cingler vers Rueil-Malmaison. Au passage, constat d’une imperfection de conception : les escaliers sont munis d’une rampe permettant aux cyclistes de monter en poussant les vélos à la main… mais il n’y a qu’une rampe sur un seul bord de l’escalier, si un cycliste venant vers soi est déjà engagé, il faut attendre qu’il ait fini (de monter ou descendre) afin de pouvoir s’engager à son tour… pas grave mais juste agaçant (je soupçonne un équipement conçu par des non cyclistes ?)  Nous quittons le nord industrieux pour arriver vers le sud résidentiel du 92, accueillis par un premier ensemble résidentiel à l’architecture qui n’est pas sans rappeller certains bâtiments d’un grand parc d’attraction du côté de Marne la vallée
200320110131.jpg
…où, après avoir croisé un pêcheur dont l’attirail s’est mis à sonner et carillonner (un PVFM sans doute : pêcheur victime de la fièvre du matos) nous faisons demi-tour car il faut songer au retour : Wilma, car elle commence à « être sur les genoux », et Benjamin car sa douce doit l’attendre en polissant amoureusement le rouleau à pâtisserie qu’elle manie si bien paraît-il

Nous quittons alors les bucoliques bords de Seine (Golf d’un côté, berges de Seine boisées et péniches d’habitation de l’autre) pour entrer dans le monde de l’automobile puisque nous remontons jusqu’aux abords de Puteaux par un belle pénétrante à 2×2 voies, heureusement encore libre des retours d’automobilistes  partis s’oxygéner à la campagne. 

Du rond point des Bergères (pas loin de chez Erwan s’il habite toujours ce coin, tiens ? qu’est-ce qu’il devient ?) je redescends vers « mes » bords de Seine, laissant le duo de parigots plonger vers Puteaux.

Le lien vers le parcours cartographié par Benjamin : http://www.bikemap.net/route/862637

et celui vers un autre itinéraire http://www.calculitineraires.fr/index.php?id=133456#map qui, après avoir remonté la Seine le long de la rive droite, se termine sur l’esplanade de La Défense d’où il est possible de rejoindre Paris, soit en RER, soit via Neuilly sur Seine  : tout au bout de l’Esplanade, sur la gauche, un plan incliné (mixte piétons/vélos ? de fait en tout cas) permet de franchir la voie rapide sur berge et d’arriver sur le large trottoir du pont de Neuilly

Publié dans Projets, plans sur la comète, ... | Pas de Commentaire »

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM