• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Mon N°1 : un p’tit pour la route !

Posté par Jean-Jacques le 13 juillet 2010

« On a tous en nous quelque chose du Tour de France… » et effectivement, à force de pédaler pour aller travailler, on finit par avoir envie d’aller « plus loin, plus vite, plus haut »… non, en fait on a tout simplement envie d’avoir un vélo adapté à faire autre chose

Dans mon cas, envie de « tailler la route », c’est à dire un vélo avec des pneus fins, un cadre léger, une position aérodynamique… bref un vélo « de course ». Voici celui que j’ai récemment acheté d’occasion :

  •  Marque : Number One (hum !)
  • Cadre acier
  • Equipement : freins et transmission tout Shimano RSX (commande des dérailleurs par pivotement des leviers de frein)
  • Pédales : 1 paire Look automatiques (sur la photo) + 1 paire Shimano PD-A550 avec cale-pieds à lanière cuir et catadioptres
  • Cintre : Europa ITM
  • Selle : Bassano Frontera Kolor (sur base noyaux d’abricots + renforts noyaux de pêche : « raccord » au niveau couleurs mais insoutenable sur plus de 45km) remplacée par une selle Royal Viper blanche, toujours de compét’ mais plus souple et plus ergonomique donnée par un « collègue » cycliste. En plus, comme elle est blanche, je vais pouvoir tourner dans des films non pas « de téléphones blancs » mais « de vélos à selle blanche » !
  • Jantes et moyeux : « no name »
  • Pneux : Michelin Tracer 23C

J’y ai rajouté :

  • Une petite sacoche de guidon (avec système anti bascule « maison » dont je ne suis pas peu fier)
  • Un « combo » antivol : U + câble
  • Un porte paquet fixé à la tige de selle et qui fait accessoirement office de garde-boue d’urgence (le rectangle noir sous le porte paquet est un boîtier de rangement pour bricoles)
  • installé les pédales Shimano, plus polyvalentes que les Look puisque pouvant s’utiliser sans chaussures spécifiques

et voila ce que cela donne :

number1.jpg 

poids dans cette configuration : 17,8 kg env. (le porte paquet n’est pas des plus légers, de même que les antivols et dans la sacoche il y a de l’outillage et des bricoles)

Bilan : il donne l’impression d’avancer tout seul, on a donc envie d’aller vite. Heureusement, contrairement aux véhicules motorisés on est rapidement rappelé à l’ordre par les limites de ses capacités physiques… mais on se sent quand même un peu plus proche de Fabian Cancellara, Greg Lemond et autres Raymond Poulidor (pour ceux qui connaissent encore)

Prochaines modifications :

  1. Poser des gardes-boue efficaces et fins (donc chers ?) afin de pouvoir rouler plus facilement par tous les temps
  2. Remplacer la potence que j’ai du complètement transpercer (efficace, mais une horreur esthétique) pour boulonner le serrage de cintre (pas de vis « foiré ») et comme de plus elle est un poil basse et que rouler cassé en deux, j’ai jamais aimé la performance à ce point…
  3. changer la guidoline fatiguée

number1detail.jpg version 2 : Mon N°1 : un p'tit pour la route ! dans Mes vélos numero-1-300x225

 

Publié dans Mes vélos | Pas de Commentaire »

Masse critique atteinte !

Posté par Jean-Jacques le 2 juillet 2010

Hier soir jeudi 1er juillet, participation à la « masse critique » organisée à Paris par Vélorution! http://velorutionuniverselle.org/articles/spip.php?article60

Une « masse critique » cycliste, c’est lorsqu’il y a tellement (trop diront certains) de vélos sur la chaussée que ce sont eux qui imposent leur rythme à la circulation, à l’inverse donc de ce que l’on vit quotidiennement 

Cette 1ère (pour moi) « masse critique » était sympa et m’a permis de retrouver « Me Abel », Huissier de Justice Cycliste chargé du décompte des participants (env 300), Le Boche, Sevaudrey, Bourgogne Rouge et Christophe (un de ses enfants), et 2-3 autres vélotaffeurs dont je persiste à ne me rappeler ni le pseudo ni le prénom… (oui je sais, honte à moi, shame on me…)

Elle m’a par ailleurs permis de découvrir que le jardin Tino Rossi (point de rassemblement sur les quais près de l’Institut du Monde Arabe) est « saturé » de noctambules profitant de la nuit pour pique-niquer, boire un coup, disctuter, etc. je n’en croyais pas mes yeux de banlieusard

Bon, maintenant je vais faire mon grincheux

Le thème était, je cite : 22h30 : Masse critique nocturne lumineuse : sortez les lumières et tout ce qui brille ! # Départ : jardin Tino Rossi 75005 Paris et force me fut de constater… que les vélorutionnaires sont plus doués pour jouer les ninjas (voir ce terme dans le lexique) que les Lumière Man car j’ai rapidement renoncé à compter les vélos dépourvus ne serait-ce que d’un éclairage AR basique. Les Vélorutionnaires et leurs sympathisants se sentent-ils libres, trop libres sans doute, pour :

  1. respecter la législation
  2. suivre leurs propres consignes lorsqu’ils organisent une manifestation (un comble !) ??

Mais les drapeaux et vélogirafes (5 ou 6 il me semble) étaient là pour compenser…

Pas d’anicroche avec les 2 ou 4RM, malgré, par exemple, 3-4 tours de la place de la Bastille (dont 2 derrière une superbe blonde en Vélib’ mais… « emportés par la foule qui nous… » etc. bref : rien), et même si parfois le manque d’encadrement a fait se relâcher les rangs du cortège, ce qui est propice aux infiltrations d’indésirables.

Un semblant de « staff » s’est d’ailleurs assez rapidement mis en place pour aider à faire face à quelques petites tension très vite détendues. Un faux air de Paris Rando (voir le site Paris rando vélo) du vendredi soir avec quelques 2RM énervés, la plupart restant calme et essayant de jouer la carte « trottoir » pour essayer de tirer leur épingle du jeu… mais se trouvant bloqués lorsque le cortège tournait en leur coupant la route : bien fait ! na !

Comme l’a remarqué un « collègue » : intéressant de voir ce qu’une petite masse provoque (sympathies de piétons du bord de trottoir ou d’habitants à leurs fenêtres, car on faisait pas mal de bruit, voire de certains automobilistes).

Bilan : positif, pédaler dans la douceur de cette nuit d’été fut bien agréable (de toute façon, je n’aurais pas dormi plus tôt avec la chaleur accumulée dans mon palace pendant la journée) de même que le retour par les berges quasi désertes du bassin de La Villette puis du canal de St Denis

Pas de photo de la manif ni de mon vélo superbement décoré d’une guirlande lumineuse clignotante de Noël (sur pile accu chargée par capteur solaire) qui courait le long du cadre et terminait en montant le long d’une hampe en bambou ornée d’un drapeau tricolore (et je n’étais pas dans les plus excentriques !) mais si j’en trouve… en revanche, voici quelques slogans dont je me souviens et que je laisse à votre appréciation :

- On avance, on avance, on n’a pas besoin d’essence

- Le pétrole ça pue, ça pollue et bientôt y’en aura plus

- Arrêtez les voitures, pédalez et respirez

Publié dans Actions ! | Pas de Commentaire »

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM