Balade gourmande dans le Vexin français

Posté par Jean-Jacques le 19 avril 2010

C’est en lisant La Gazette du Val d’Oise, hebdomadaire acheté pour patienter un samedi matin à la laverie automatique, que j’ai découvert l’existence d’un moutardier artisanal à Gouzangrez – ferme pédagogique de la Distillerie – sur le plateau du parc régional du Vexin français au nord-ouest de Pontoise

M. Delacour vient de se lancer dans la culture de la moutarde (1 ha) et en fabrique à ce jour 3 types vendus en pots de 100 g à la ferme, à la maison du parc régional et dans quelques épiceries locales, notamment celle de Marines où l’on peut aussi trouver les 3 sortes de bière du Vexin (blonde, blanche, ambrée au miel), du lapin en compote (de la Ferme du Lapin Compote), etc. :

  • classique (forte) au vin blanc – 2,50 €
  • à l’ancienne, avec les graines croquantes, aromatisée au champagne – 3 €
  • forte, aromatisée à l’alcool de poire (fruits de la propriété + distillation maison) – 3 €

Il a acheté les graines (originaires du Canada, comme 90% des graines en France) à un agriculteur de Provins et fait moudre sa récolte dans l’Oise, sous la meule de pierre d’un des derniers meuniers artisanaux

Vous serez vraisemblablement accueilli par l’aboiement grave d’un vieux labrador qui, une fois cette formalité d’usage accomplie, vient volontiers recevoir des caresses puis, en toquant à la porte d’entrée principale en haut de quelques marches, par Mme Delacour, une petite bonne femme pleine d’énergie. Lorsque je suis passé, elle était en sweat polaire orange, pantalon noir de course à pied et les chaussures de running étaient rangées dans un panier d’osier à l’entrée

En projet, des moutardes parfumées aux noix, raisins secs, etc.http://www.ile-de-france.chambagri.fr/tourisme/agri/delacour.asp

Trajet depuis Enghien : http://www.openrunner.com/index.php?id=533750 soit un peu plus de 40 km aller que j’ai parcourus en environ 2h30 (mais il faut dire que j’avais un p’tit vent de face et que je cherchais ma route)

Mais je conseille de partir de Méry-sur-Oise (gare SNCF du réseau Paris nord) la partie urbaine Enghien -> Méry étant peu intéressante, jalonnée de nombreux feux de circulation avec de surcroit une chaussée en très mauvais état par endroits (les rigueurs de cet hiver ont aggravé les dégradations qui existaient déjà en 2009)

Pas vraiment de difficultés, hormis les franchissements des vallées et, sur le plateau du Vexin, les longs faux plats parfois agrémentés d’un vent que rien ne vient freiner. En revanche, on est accompagné par les trilles des alouettes ou un vol de rapace, on peut contempler les fins sillons laissés par les semoirs qui transforment certains champs en jardins zen (version FDSEA) 

Les vallées procurent fraîcheur et ombrage et chaque village traversé offre des charmes différents

Les amateurs de raidillons pourront s’en payer une tranche supplémentaire à Montgeroult en montant à droite jusqu’au château, puis à Us : au lieu de prendre à droite au rond point au pied du village, monter tout droit vers l’Eglise et la contourner par la gauche avant de tourner ensuite à droite pour rattraper la route de Gouzangrez

Pour déjeuner : la vaste cour de la ferme qu’on repère de loin grâce à sa cheminée en briques ou, sur le chemin du retour après Ableiges, les abords boisés de l’étang des Aulnes (étang privé : accès interdit) le long de la Viosne que l’on peut longer à pied

Pour les plus courageux, une boucle supplémentaire d’un peu plus de 12 km permet de rejoindre Commeny où l’on peut visiter la Maison du Pain : http://ecomusees-vexin-francais.fr/pain.htmlpuis Théméricourt où se trouve la ferme-brasserie de la bière du Vexin : http://www.ile-de-france.chambagri.fr/tourisme/agri/sargeret.asp (éviter d’en boire trop avant de repartir à vélo : ça « coupe » les jambes) et de revenir à Us en passant par Vigny : je testerai un de ces jours afin de vous en dire plus

 

 

Une Réponse à “Balade gourmande dans le Vexin français”

  1. modele (canada) dit :

    « les rigueurs de cet hiver ont agrave une situation qui existait deja en 2009″ ->b ca me parait pourtant pas si evident :)

    En France, l’hiver 2008-2009 a été rigoureux et l’état des routes en 2009 a donc été fortement dégradé par le passage des bus et poids lourds lors du dégel. L’hiver 2009-2010 ayant été lui aussi froid et long, ça ne s’est pas amélioré : même si des portions de chaussée ont été refaites depuis, globalement c’est un trajet que je n’aime pas faire à vélo, préférant le court-circuiter en prenant le train qui m’amène directement là où il devient plaisant de pédaler

Laisser un commentaire

 

mademoizl |
Environnement TCHAD |
adminactu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | carsplus production
| RADIO JUSTICE
| JCM